Leçon de politique publique – Un mot: « Opportunité »

De retour d’un magnifique voyage dans l’ouest du pays: Victoria, Vancouver, Banff, Lac Louise, puis de retour à partir de Calgary. Beaucoup de souvenirs en banque, de superbes images, de belles rencontres et un profond sentiment de gratitude. (Pour les abonnés à ma page Facebook, j’y ai déposé quelques images ici et ici).

Parmi tous ces souvenirs, il y en a un qui intéressera sûrement les abonnés de ce blogue et qui se résume en un mot: « Opportunité ».

L’opportunité pour une jeune fille de 22 ans, finissante au baccalauréat en biologie de l’Université Laval rencontrée à l’Aquarium de Vancouver. Elle venait tout juste d’obtenir un emploi permanent à l’Aquarium. Jeune fille de Rosemère qui avait choisi d’étudier à Québec parce que, disait-elle, le programme lui permettait de voyager et d’aller à la rencontre de la diversité du monde animal (ex: îles Galapagos). Fière de se définir comme « très travaillante », elle avait réussi son bacc tout en travaillant quelques heures par semaine à l’Aquarium de Québec. L’anglais? Parfaitement bilingue. Ce n’est qu’en nous entendant parler en français qu’elle a « switché » comme on dit et qu’elle a poursuivi ses explications portant sur ces adorables loutres dont elle connaissait la personnalité et les habitudes.

L’opportunité de ce jeune homme de 26 ans qui nous a entendus parler en français au restaurant Cactus Club Café à Vancouver. Plus jeune, il était allé en Alberta apprendre l’anglais. Aujourd’hui il est fier de nous remettre sa carte d’affaires: Manager du Cactus Club Café de la rue Burrard en plein centre-ville de Vancouver. Un gars qui a fait son cours à l’École de tourisme, d’hôtellerie et de restauration au Collège Mérici à Québec. Son projet de carrière: ouvrir des Cactus Club Café partout dans le monde.

L’opportunité d’une jeune femme née à l’Ile du Prince Édouard ayant habité Shawinigan dans ces jeunes années du secondaire. Sa mère, d’origine québécoise, tenait à ce qu’elle apprenne le français. Aujourd’hui, elle est membre du personnel du Rocky Mountaineer et se qualifie comme une « work-aholic ». En saison morte, elle est guide au Mexique.

Et puis, il y a ce jeune d’origine française dont le père a immigré au Canada pour devenir guide à Kamloops, BC, ville à mi-chemin entre Vancouver et Banff et renommée pour le outdoor et à peu près tous les sports d’extérieur. Pour lui, travailler dans un hôtel lui permet de faire la vie qu’il a choisie: une vie dans la nature, un accès aux plus majestueuses montagnes de ski au pays, un environnement jeune, prospère et excitant.

Terre d’opportunités! Voilà ce qu’ont découvert ces gens qui nous reconnaissent rapidement à la langue que nous partageons.

Bien sûr, en voyage, on garde toujours un oeil sur ce qui se passe chez-nous. Survolant les titres d’articles, la distance nous permet malheureusement de constater trop souvent l’insignifiance des controverses qui animent les débats, dans ce cas-ci, le départ pour Toronto d’un artiste montréalais anglophone.

J’avoue ne pas avoir fouillé la question. L’on raconte que l’artiste en question quitte le Québec pour des raisons politiques. Dommage. Pour le Québec, bien sûr. Parce qu’en mettant l’accent sur l’aspect politique de sa décision, on cache peut-être les véritables raisons d’une émigration de Québécois vers des terres d’opportunités plus prometteuses et épanouissantes.

Voilà, en tout cas en ce qui me concerne, une leçon de politique publique. Je comprends que le Québec est vieillissant, qu’on obsède sur l’efficacité du système de santé et sur l’extraordinaire morbidité d’un État endetté au service d’une population dépendante de services dits « publics », « universels » et « gratuits ».

Il serait peut-être temps qu’on se penche sur les conditions qui font que nos jeunes, nos « work-aholics », nos entrepreneurs, nos passionnés, nos aventuriers trouvent ici, les opportunités qui feront d’eux des agents multiplicateurs de rêves, de prospérité et de richesse qui permettent l’essor de tout le reste.

21 réflexions sur “Leçon de politique publique – Un mot: « Opportunité »

  1. Ces opportunités pour les jeunes canadiens sont un sujet tabou dans ce Québec pris en otage par les nationalistes..

    « Une » des raisons évoquées par le jeune artiste talentueux anglophone québécois de quitter le Québec a exclusivement atteint la corde sensible de certains chroniqueurs.

    Il a eu le malheur d’exprimer aussi son état d’âme devant le climat devenu étouffant à Montréal pour les anglophones depuis la charte des valeurs et le retour en force du mouvement indépendantiste..

    Pourtant beaucoup de jeunes francophones ont aussi choisi de quitter le Québec refusant de demeurer captifs des dogmes qu’on tente de leur imposer..

    Bienvenue Joanne! dans la réalité québécoise.. vous vous rendrez vite compte que rien n’a changé, bien au contraire!

    La pipolisation bat son plein… et si la tendance se maintient les jeunes canadiens ambitieux opteront pour n’importe quelle province canadienne mais surtout pas le Québec pour y vivre une expérience enrichissante..

    Après « la Cazingate » voilà Marie Chantale Toupin qui accapare notre beau monde médiatique.

    Navrant ce Québec en manque de hauteur!

    • Et pourtant, il y a bien quelques ministres libéraux qui ont fait le saut en politique en grande partie motivés par l’horreur que leur inspirait le projet de charte du PQ. Je remarque comme vous que ça ne vole pas haut côté controverses. Symptôme de paresse de la part des chroniqueurs et commentateurs à mon avis.
      Il se passe tellement de chose côté politique publique et projets de loi que ça m’étonnera toujours.

    • … et j’ajouterais à ce commentaire lucide que ce sera certainement enrichissant pour ces jeunes ET enrichissant pour la communauté qui aura la chance de pouvoir compter sur ces jeunes allumés et ouvert d’esprit!

      Mais consolons-nous, nos médias ne sont pas si indifférents que cela devant nos jeunes: les carrés rouges et communistes de l’UQAM sont leurs chouchous ….

  2. Durant ma carrière presque chaque fois en voyage au Canada à l’exception du NB ceux qui parlaient le français provenaient tous du Québec par choix ou opportunité de trouver un emploi à temps plein.
    Un cadeau de mon père à l’age de 15 ans (1965) de suivre des cours parlés de perfectionnement d’anglais ce qui plus tard m’a baucoup aidé après mes études. Ce qui est très normal aux USA, Europe et ROC de foncer comme développement professionnel. Lorsqu’on regarde au Québec cette mentalité de se refermer sur sa langue maternelle comme excuse. Cela explique souvent que c’est toujours politiquement la faute des autres et un référendum sur l’indépendance sera la solution miracle…!
    Il est malheureux de voir la concentration style demi-vérité des articles sur la langue et les finances fédérales contre le Québec.

  3. En effet Joanne, les Leitao et Coiteux étaient motivés de se lancer en politique par l’horreur que leur inspirait le projet de charte du PQ.

    Ce qui est le plus frustrant c’est la couverture biaisée des médias..

    Aujourd’hui on choisit de mettre l’accent sur Marie Chantale Toupin pour faire diversion de la nouvelle des deux projets de loi qui seront mis de l’avant par le PLQ pour combattre la radicalisation et les crimes d’honneur..

    Histoire d’empêcher le PLQ de se faire du capital politique en ce jour d’élection??

    On insiste par contre sur la colère des citoyens qui ont à voter dans Jean Talon dont l’accès au stationnement est rendu difficile en raison de travaux, une dizaine de photos à l’appui.

    Quoi de mieux qu’une photo de Bettman coiffant un article histoire d’entretenir la flamme en ce jour d’élections peut-être?

    Très important aussi de mettre l’accent sur Martin Cauchon histoire de semer le doute sur l’honnêteté du clan Desmarais…

    Voilà un échantillonnage de ce qui fait la Une… en ce 8 juin..

    On verra ce soir de quelle façon les citoyens de la région auront réagi à la campagne de grande séduction dont ils auront fait l’objet en cette fin de campagne…

    Ce sera très déterminant sur l’humeur ambiante..

    Je ne serais pas surprise d’une réponse mitigée conforme au ras-le-bol généralisé par les méthodes infantilisantes de la classe politique.

    JF Lisée qui disait hier en entrevue à Christiane Charest que PKP allait dans les radios de Québec conscient qu’il était de les avoir dans sa poche!!!!

    • Vous avez tellement raison Hélène…Les médias sont biaisés ces temps-ci! Et en plus je viens d’apprendre que Duceppte reprend du service au bloc!!!
      Sincèrement une double victoire libérale serait une bonne réponse au PQ et surtout à PKP et son arme de séduction massive Julie (Dixit Michel David du Devoir)
      Ce midi à Normandeau-Duhaime il a été question de la déclaration de JF Lisée, j’espère que la petite poche sera très très petite sur les résultats de ce soir. C’est une tactique pour faire changer de bord les radios de Québec….

  4. Symptôme de paresse de la part des chroniqueurs et commentateurs?

    Voici pour me conforter dans l’attitude sans indulgence qui est la mienne face à la motivation des journalistes.

    Alec Castonguay.. grand dossier.. « L’art delà guerre selon PKP »… l’actualité juillet 2015

    AC a suivi PKP pendant les quelques mois de la course à la chefferie comme il l’avait aussi fait pour Philippe Couillard..

    Il faut absolument lire ce dossier des plus éclairant..

  5. Je suis bien contente de votre retour Joanne; Vous nous avez manqué. Je peux vous dire qu’une de mes filles a passé l’été de ses 15 ans en Alberta et elle est revenue bilingue. Mon fils est allé à Banff y travailler pendant 3 mois et son anglais s’est beaucoup amélioré. C’est vrai qu’il y a beaucoup de Québécois qui y vont pour travailler et qui apprécient la qualité de vie et la diversité du Canada..
    Ces jeunes n’en veulent pas de la séparation du Québec, ils sont ouverts au monde. Arrêtons de vouloir les confiner dans une langue mais au contraire donnons-leur la chance d’en parler plusieurs…

  6. Joanne,
    Bien contente que vous soyez de retour…
    D’accord avec tes propos et ceux de Claudette concernant la langue.
    Quelle richesse que de pouvoir parler au moins deux langues et surtout l’anglais….
    Langue des affaires et langue internationale…
    Tous les jeunes devraient l’apprendre et même une troisième langue comme en Europe….
    Quel beau pays on a et mon désir est de visiter l’Ouest Canadien un jour!

  7. Claudette, ce à quoi on assiste c’est à une tentative du PQ d’asséner un coup fatal à la CAQ..

    Jean Lapierre l’a très bien décrit. Par contre lui il prête cette intention aux deux partis PLQ et PQ..

    Comment croire en l’objectivité des Lapierre, Martineau, Durocher, Bock Côté, Dumont alors qu’on apprend dans le dossier d’Alec Castonguay qu’ils ont leur entrée dans l’intimité des Péladeau??

    Je crois que le PLQ aimerait remporter les deux comtés mais je suis loin d’être certaine que le PLQ souhaite la disparition de la CAQ comme c’est le cas pour le PQ.. la disparition du PQ ça oui…

    Je ne croyais pas le PQ autant pressé d’en finir avec la CAQ.. j’étais d’avis qu’il aurait mis leur machine pour la CAQ, comme ce fut le cas aux dernières élections, se donnant trois ans pour soudoyer l’aile souverainiste caquiste.

    Cela nous éclaire sur la détermination qui les anime de nous imposer l’indépendance.

    Joanne aimerait qu’on s’en tiennent à ce qui se passe du côté politique publique et projets de loi.

    Comment se faire entendre quand les journalistes s’activent à souffler sur les braises nationalistes dans l’espoir de voir le Québec s’enflammer..

    On verra ce soir.. j’en suis venue à espérer que la CAQ l’emporte dans Chauveau..

  8. Johanne.

    Moi mes enfants sont bilingues car très jeunes ils sont allés
    étudier l’anglais à l’étranger et j’en suis très fière, ils sont ouverts sur
    le monde, pas seulement sur le petit Québec séparatiste.

    En passant je n’ai plus aucune confiance aux journalistes qui
    ont comme patron PKP, comment voulez vous qu’ils soient
    intègres….. Je n’y crois vraiment pas.

    Claire

  9. Ceux qui tout comme moi ne peuvent plus supporter la couverture politique TVA, les résultats des élections sont diffusés en direct au FM 93… Éric Duhaime\Nathalie Normandeau en compagnie de Margaret Delisle et de Gérard Delteil…

  10. Vous auriez pu nous rencontrer lors de votre passage à Victoria. Nous y sommes depuis juillet 2013 et nous avons quitté le Québec précisément pour ce que vous dites: l’opportunité. Pas tant pour nous que pour notre jeune garçon. Nous souhaitions qu’il ait l’opportunité de grandir et de se développer dans une société qui privilégie la responsabilité individuelle, l’ouverture sur le monde et qui offre de nombreuses opportunités personnelles et professionnelles. C’est ce qu’on ne trouvait plus au Québec et que nous avons eu le bonheur de trouver ici.

  11. Victoire du PLQ.. mais le PQ toujours dans le déni…

    Bravo! aux électeurs de Jean Talon et de Chauveau…

    Il ne faut pas que la CAQ meurt.. Adrien Pouliot a très bien fait! pourquoi pas le futur chef de la CAQ??

    Il faut que s’arrête l’hémorragie.. C’est tellement triste de lire qu’autant de jeunes quittent faute d’opportunité.

    • Excellente suggestion Hélène. Adrien Pouliot à la CAQ, c’est un mouvement qui pourrait avantager la CAQ.

  12. Amener-moi Adrien Pouliot à la CAQ et je deviens caquiste.
    J’ai déjà voté caquiste et je pourrais le refaire.

  13. En tant que quelqu’un qui se considère toujours Albertain, et de quelqu’un né en C-B, merci d’avoir fait ce voyage! J’aimerais voir un plus grand nombre de personnes faire ce type de voyage. Je suis toujours de l’avis que d’autres personnes de l’ouest doivent également faire le voyage au Québec (j’ai déjà amené pas mal d’amis de l’Alberta au Québec pour faire le même sorte de voyage). Côté mentalité et style de vie, l’ouest n’est certes pas l’Ontario — Et à mon avis, il y a bien plus (!) en commun entre l’ouest et le Québec qu’il existe entre l’Ontario et le Québec. C’est toujours une expérience très révélatrice, pour dire le moindre – et ce dans les deux sens. J’en suis pas mal fier de vous. Brad 🙂

  14. Une chance qu’on est Canadiens, imaginez la jeune fille de Québec dans un Québec indépendant, être obligée de faire une demande d’immigration, une demande de permis de travail,demander une carte verte pour aller travailler a Vancouver, la, tout ce qu’elle a eu a faire, c’est de paqueter ses affaires et partir travailler a Vancouver, no questions ask, merveilleux le Canada quand même.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s