Cliniques privées, frais accessoires et accessibilité: Réglez ça, M. Barrette!

Avec des taux de croissance des dépenses en santé et services sociaux de 1,4%, 1,9% et 2,9% pour les trois prochaines années, le ministre de la Santé Gaétan Barrette n’a ni les moyens ni le luxe de priver les citoyens d’un accès aux cliniques privées qui réclament depuis plus de dix ans que soit réglé de façon décente et transparente le financement de leurs activités (rf. Budget 2015-16, page A.31).

On rappellera en effet que, selon le Conference Board du Canada, les dépenses en santé ont crû, en moyenne, de 5,2% depuis 10 ans et que selon certains analystes, aucun redressement des finances publiques ne sera possible ni durable si l’on persiste à maintenir les structures, dogmes, pratiques en place et si l’on continue à plier l’échine devant les lobbies qui se soucient davantage de la « santé au public » que de la « santé du patient ».

Plus encore, on n’aura beau éliminer le palier des agences, cela ne prend pas la tête à Papineau pour imaginer que cela ne sera pas suffisant. On parle de milliards de dollars ici. On parle d’un régime qui vampirise toutes les autres missions de l’État dont l’éducation, la solidarité sociale et la justice.

Seulement voilà, avec d’un côté les changements au code de déontologie mis de l’avant par le Collège des médecins, et de l’autre, l’interdiction aux médecins de facturer directement les patients pour autre chose que le coût de médicaments, les cliniques privées de santé sont dans un cul-de-sac et ne peuvent plus financer leurs cliniques. Conséquence?

La loi interdit aux médecins de facturer les coûts des ressources matérielles et humaines des services offerts en cabinet. Pour financer l’achat de plusieurs appareils diagnostics coûteux dans leurs cliniques et leurs cabinets, les médecins ont au fil des ans adopté certaines pratiques, comme facturer aux patients des frais bien supérieurs au prix coûtant pour certains médicaments. (Rf. La Presse, Frais accessoires: Québec interviendra)

Solution? En janvier 2014, le ministre actuel Gaétan Barrette voyait la chose des plus simplement. « De deux choses l’une : soit Québec paie aux médecins ces frais d’exploitation, soit il les autorise formellement à facturer les patients ». Il avait bien raison alors; il a raison aujourd’hui, à l’exception du fait que la première option n’est pas possible. Par conséquent,

CONSIDÉRANT:

  • les contraintes budgétaires du gouvernement du Québec;
  • que les services offerts en cliniques privées sont également disponibles dans les hôpitaux (l’accès ne sera pas défini en fonction du portefeuille du patient);
  • que le réseau public n’a pas la capacité de fournir le service actuellement dispensé par les cliniques privées;
  • que l’accessibilité doit être le facteur déterminant lorsque vient le temps de permettre la diversification des moyens de dispenser les services et de les financer.

IL EST TEMPS D’AUTORISER LA FACTURATION aux patients et de permettre aux cliniques privées de continuer à dispenser des services et soins de santé.

En effet, qu’y aurait-il de moralement indécent à établir une plage acceptable de coûts pour de telles interventions et de donner aux patients la liberté de choisir le service, soit à l’hôpital, soit dans une clinique privée, moyennant un coût supplémentaire? Rien. Absolument rien. Et s’il y a profit du côté des cliniques privées, c’est parce qu’elles sauront faire mieux au même coût (au fait, est-ce ce dont ont peur les partisans du monopole public en santé? De se voir comparer?)

Enfin, quelle belle opportunité également d’officialiser publiquement et de façon transparente le financement mixte tout en s’assurant d’un maximum d’accessibilité.

Les lobbies « anti-privé » sont inquiets? Établissons le coût à celui du système public! Je parierais que les cliniques en seraient fort heureuses et trouveraient quand même le moyen d’être plus efficientes et de livrer davantage aux mêmes coûts… et ce, dans un environnement libéré des contraintes imposées par une organisation du travail sclérosée et dictée par des clauses de conventions collectives étouffantes.

22 réflexions sur “Cliniques privées, frais accessoires et accessibilité: Réglez ça, M. Barrette!

  1. Officialiser publiquement et de façon transparente le financement mixte..

    Comment expliquer que de plus en plus de médecins quittent le public pour le privé? C’est certainement plus payant.

    Les cliniques privées réfèrent aussi les patients au public et souvent ce sont des contacts qui permettent des rendez-vous plus rapprochés..

    Les médecins propriétaires de cliniques privées sont aussi des hommes d’affaires pour qui comptent les profits…

    Et depuis quelques années on voit apparaître de plus en plus de cliniques privées.. Difficile à croire que ce ne serait pas payant!!

    Ce n’est vraiment pas évident d’établir un partenariat public/privé mixte « en toute transparence ».

    Le système mixte n’existerait-il pas déjà mais derrière des portes closes??

    Ce que j’avance c’est juste le fruit de mon questionnement?

    • Le système « mixte » existe déjà (à l’aide des frais accessoires) mais à partir de juillet, ils seront interdits. De là, le problème. On a caché la contribution des usagers à l’aide de ce mécanisme; il est temps que le gouvernement le permette de façon transparente. Il appartiendra aux citoyens de choisir par la suite.

    • Pour répondre à votre opinion je dirai ceci: Couillard après avoir démissionné en 2006 et rejoindre le privé dont une clinique en arabie saoudite, il a donc en agissant ainsi envoyé un signal clair que n’importe lequel des médecin du Quebec peut aussi le faire et comment pourrait-il être d’avis contraire aujourd’hui maintenant qu’il est premier ministre?

      À mon avis Couillard est parmi l’un des pires hypocrites qui aura servi le Quebec de toute son histoire!

  2. Ce qui est inquétant, c’est que , comme dans l’éducation, on paie la peau des fesses pour le système et tout les gens que je connais envoient leurs enfants au privé. Mes taxes scolaires ont presque triplé
    en 20 ans , mais pas la qualité de l’éducation. Barette frappe sur le bon clou. Commençons par forcer nos petites pricesses `à travailler 40 heures semaine. On parlera du privé ensuite.

    • Vous avez parfaitement raison, moi je n’ai pas d’enfant et ma soeur envoi ses enfants au privé et nous payons des taxes scolaires tous les deux. Pour le ministre Barette, il serait bon que les gens comprennent qu’il vient de charcuter la réforme Couillard de 2004. Finalement son court passage à titre de ministre de la santé de l’ère Charest aura été un désastre complet. Faut croire que les québecois sont masochistes pas à peu près pour se faire baiser de la sorte! Je peux pas croire qui en a qui sont aveugle au point de lui faire encore confiance???

  3. Les cliniques privées attirent de plus en plus de médecins. L’impression que j’en ai c’est que ça coûte cher.

    La publicité attire beaucoup de citoyens de la classe moyenne mais ils finissent par retourner au public en raison des coûts.

    Finalement, ces cliniques semblent demeurer un service pour les riches.

    Les cliniques spécialisées ont certes à investir des sommes considérables dans des outils de travail à la fine pointe de la technologie. Pour faire leurs frais elles facturent leurs clients à des coûts plus élevés et cette clientèle semble consentante.

    Si le résultat se traduisait concrètement par un désengorgement des salles d’urgence, alors pourquoi pas?

    Si elles refusent la transparence le gouvernement n’a pas à céder à ce qui s’apparente à du chantage.

    Pour les cliniques privées sans spécialisation particulière auxquelles ont recours les citoyens sans médecin de famille, c’est le système mixte qui prévaut. Une fois fait le bilan de santé, les clients sont redirigés vers le public pour les examens plus pointus. Ces cliniques s’occupent de prendre les rendez-vous.

    C’est vraiment très complexe! D’un côté les médecins du public et leurs conventions collectives et de l’autre les médecins du privé lesquels laissés à eux-mêmes pourraient créer une saignée au public, offrant aux médecins une alternative trop attirante.

    On ne peut comparer avec les écoles privées, gérées de façon transparente et dont la preuve a été faite qu’un élève au privé coûte moins cher au gouvernement qu’un élève au public.

    Dans toute société avancée, le privé doit faire partie des choix.

    • Pourriez-vous m’expliquer vous madame Beaulieu puisque vous me sembler être très articulée, si Philippe Couillard avait tort ou raison d’abandonner sa profession de médecin au Québec pour aller soigner des gens en Arabie Saoudite? Il me semble qu’un homme honorable et qui aurait eu à coeur ces concitoyens du Québec n’aurait jamais agi de cette manière, je me trompe ?

      Nous avons tellement besoin de médecin ici, plein de gens n’en ont pas et en quittant la province Monsieur Couillard devait connaître ce fait ?

    • Linda, vous n’avez pas tort de vous interroger si Couillard aurait dû soigner d’abord les quebecois au lieu d’abandonner les gens malades du quebec et aller en arabie saoudite pour soigner plutôt les gens là-bas?

      Si Legault et Marois s’était positionné à marteler cette question lors de la dernière campagne électoral, jamais Couillard n’aurait remporté les élections, jamais au grand jamais. En plus, même élu, aucune de ses promesses n’ont ensuite fait parti de ses plans. Ça s’appèle s’en faire passer toute une ça madame !

      Si mon père était encore vivant, il aurait dit qu’on cé faite royalement enc?ler !

    • @ Linda Massé | 18 juin 2015 à 15:16:

      Je ne veux pas vous répondre à la place d Mme. Beaulieu mais oui, vous vous trompez!

      Premièrement, notre premier Ministre, Monsieur Philippe Couillard n’est PAS médecin de famille mais un spécialiste. Son départ pour l’Arabie n’a en rien affecté l’accès aux médecins que vous décriez mais qui découle en fait de la mise à la retraite de nombre d’entre eux par le Parti Québécois à l’époque où Pauline Marois était aux commandes du Ministère de la Santé. Nous payons encore pour cette erreur monumentale.

      J’ai dans ma propre famille deux médecins qui ont quitté le Québec (un aux USA et l’autre en Ontario) lorsque les péquistes ont pris le pouvoir et devinez quoi? Ils n’ont absolument pas l’intention de revenir vivre ici contrairement à ce que Monsieur Couillard a généreusement accepté de faire (il aurait parfaitement bien pu demeurer ailleurs qu’au Québec!!!). C’en est devenu un « running gag » lors des réunions de famille. Et en plus, tenez-vous bien, je ne les considère absolument pas comme des parias parce qu’ils ont voulu élargir leurs horizons professionnels au lieu de simplement se limiter à une pratique sporadique digne de la médecine de brousse dans une province en quasi-faillite et également à élever leur famille dans un environnement plus accueillant et plus dynamique.

      Deuzio, dans notre Canada actuel, depuis quand est-il illégal et déshonorant de pratiquer la médecine (ou toute autre profession) ailleurs qu’au Québec? Parizeau a étudié, ô horreur, en Angleterre au lieu de profiter de notre formidable système universitaire. En est-il ressorti infâme à vos yeux? Dans votre Québec indépendant, vous forceriez tous nos médecins et autres professionnels à demeurer emprisonnés dans votre républik du Québec pour les contraindre à pratiquer leur profession ici? Que pensez-vous alors des médecins qui ont quitté leur pays pour venir pratiquer ici au Canada (Québec)? Ils ne sont pas honorables et n’ont pas à cœur le bien-être de leurs ex-concitoyens peut-être? À quand des barbelés autour du Québec? La Corée-du Nord vous sert-elle de modèle?

      Votre commentaire pue la démagogie et la vile partisanerie et est en parfaite symbiose avec la nouvelle ligne de parti de votre nouveau chef.

      Au Parti Québécor, on s’éloigne de Parizeau (qui considérait le PQ comme un parti en ruines et on ne se demande plus pourquoi!) et de René Lévesque et on se rapproche de Goofy et de Mickey Mouse.

  4. Comme vous pouvez le constater Joanne, votre entêtement a ne pas prêter oreilles qu’à ceux ayant le même opinion qu’Hèlène Beaulieu (2-3 personnes tout au plus) fait fuir tous les bons blogueurs!

    Pour faire levée votre blogue, il vous sera nécessaire de faire un virage de 180 degrés, rien de moins sinon vous risquer de demeurer longtemps dans l’anonymat!

    À titre d’information, un collègue et moi avons utilisés plus ou moins 10 pseudonymes différents sur vos articles… c’est donc dire que personne ne se bouscule à la billetterie aux portes de votre guichet!

    La richesse d’un blogue est de savoir proposer des sujets qui pourraient nourrir la controverse… il faut être en mesure de toucher les cordes sensibles dans l’opinion des blogueurs (melting pot d’idées) afin non seulement d’attirer une audience de qualité mais aussi d’attiser en elle le désir de poursuivre article après article sous le chapiteau de votre forum de discussion!

    Bonne réflexion!
    Christian Gravel (ma véritable identité)

    • Robert Caron: Merci pour vos recommandations à propos de mon blogue mais je vous recommande plutôt d’en créer un vous-mêmes. Le blogue d’une personne reflète ses intérêts et le mien n’a pas à nécessairement soulever la controverse, particulièrement sur la question de la souveraineté. Par ailleurs, je suis particulièrement satisfaite de la fréquentation des gens sur mon blogue. Une infime partie de personnes qui y accèdent y déposent des commentaires. Enfin, que vous deviez recourir à l’utilisation de pseudonymes reflète bien une certaine lâcheté; pour ma part, je n’ai pas de temps à jouer à ce jeu là. Les gens me connaissent, savent qui je suis et j’assume mes prises de position, contrairement à celui ou celle qui recourt à l’anonymat ou qui joue à la chaise musicale avec ses pseudonymes. Aucune autre réflexion à y avoir de ma part.

    • Les couteaux volent bas ici Messieurs Caron-Gravel inc… malgré que je vous donne totalement raison sur le dernier paragraphe:  » La richesse d’un blogue est de savoir…  »

      Je fréquente les nombreux blogues sur MSN et tout le monde à droit à son opinion malgré qu’il a une méchante gang qui savent pas quoi dire et connaisse à peu près juste l’histoire d’la mousse au fond de leur nombril à part ça rien d’autres. J’ai pas peur de féliciter quelqu’un qui a des opinions censés. Mais y en a qui s’prenne vraiment pour le pape, la reine what’s so ever… et endors les autres avec des mots à 5 piastres pour épater la galerie.

    • Merci Stéphane Tremblay de nous ouvrir les yeux sur ces affreuses nouvelles et peut-on espérer que quelqu’un quelque part puisse remettre en doute la légitimité de gouverner du parti libéral actuel ?

  5. Maintenant Joanne, il serait temps que votre blogue parle DES VRAIES AFFAIRES!

    Fait à noter, le professeur Saint-Martin s’est lui-même identifié devant la commission Charbonneau comme un partisan libéral.

    « Selon toutes les preuves dont on dispose, c’est le Parti libéral du Québec qui est le plus touché par toutes ces affaires-là, qu’on aime ça ou pas. Les faits sont là. Les chiffres sont forts », a-t-il fait remarquer.

    Il s’agit bel et bien d’un libéral qui parle ainsi de son parti et non le moindre Denis St-Martin responsable des questions d’éthiques politiques de l’Université de MTL!

    http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/2014/10/27/005-commission-charbonneau-parti-liberal-corruption.shtml

    • Assez Intéressant comme lien. Après l’avoir parcouru en entier, je ressens la gêne d’avoir voté libéral à la dernière élection. Il est inconcevable de laisser notre futur entre les mains d’un tel parti politique !

  6. M. Gravel,
    Tiens…tiens…tiens…
    Le chat sort du sac! M. Gravel….alias M. Caron… Alias Roy….
    J’avais détecté votre stratagème….
    Une tactique pas très loyale de votre part..
    Est-ce une façon de nous faire entrer de force vos idées séparatistes?
    Agissez-vous ainsi dans tous les blogues?
    Ma valeur première: le RESPECT, le RESPECT des opinions des autres….
    Mon opinion est aussi valable que la vôtre, même si elle vous déplaît!

  7. Matière à méditer: La parabole de la paille et de la poutre!

    (Denis St Martin) « Le prof St Martin a aussi noté que le Québec vit une forme de nationalisme économique fait d’un partenariat avec les patrons, les syndicats, le gouvernement et les entreprises d’économie sociale.

    Selon lui, à cause de cette convergence d’intérêts visant le nationalisme économique, la frontière entre l’intérêt public et l’intérêt privé peut être difficile à distinguer.

    Il en a pris pour preuve un extrait d’écoute téléphonique dans lequel on attendait Tony Accurso critiquer le fait qu’un contrat d’autoroute allait être accordé à des Chinois plutôt qu’à des entreprises québécoises. »

    Et que propose le PQ? Un nationalisme économique plus marqué encore?

    Sur ce, je prends une pause vacances.

    Loulou, ne lâchez surtout pas!

    • Bien-sûr, il s’agit là de mon opinion, mais si je devais maintenant choisir entre un nationalisme économique présenté par le parti libéral ou le PQ, je choisirais ce dernier puisque la commission Charbonneau et les différents témoignages confirment avec éloquence toute les magouilles faites par le parti libéral. Je ne suis pas idiote même s’il m’arrive de faire ironiquement blonde, mais pas toujours, il serait assez ridicule de fermer les yeux sur les agissements incroyables des libéraux. Comme il est difficile de comprendre pourquoi des gens soucieux et honnêtes adhèrent encore aux parti libéral ? Mon mari et moi en avons vraiment des nausées depuis quelques temps surtout que nous étions passablement impliqués au niveau local pour le parti libéral.

      On apprend de ses erreurs.

    • Ma cher Linda, vaut mieux un péquiste qui a peu à offrir et qui dit la vérité qu’un rouge qui vous promet la mer à boire pis le ciel avec pendant qu’il augmente tes taxes et tes impôts et se prend une ristourne sur les contrats publics!

    • Bien sûr, mais il faudrait d’abord se souvenir que le PQ avait promis d’éliminer la taxe santé. Au lieu de cela, il l’a augmenté. Du gros n’importe quoi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s