Les indépendantistes cocus

PKPDuceppeBalounesLe chef du Bloc québécois Gilles Duceppe avait beau vouloir minimiser les effets de la décision de la FTQ de larguer le Bloc, il n’en demeure pas moins que le signal qu’envoient les alliés naturels syndicaux aux souverainistes est percutant et révélateur.

Après le rejet par la population québécoise du Bloc québécois à la dernière élection de 2011 (leur nombre de sièges est passé de 49 obtenus en 2008 à 4!), voici maintenant que ce sont les syndicats qui choisissent d’aller « voir ailleurs » avec le NPD, suivis quelques jours plus tard de Québec solidaire qui prend ses distances.

Au grand désarroi des indépendantistes, rien n’y fait si on se fie aux derniers sondages de Léger et de CROP. Effet Duceppe? Estompé. Effet PKP? Nul. Des « bye-bye » de la promise Julie en route vers sa cérémonie de mariage en plein site évoquant l’histoire et le patrimoine du peuple canadien français? Bon simplement pour épater la galerie et les fans de politique-spectacle.

Résultat? Une chute de 5 points depuis juin pour le PQ, combinée avec une chute de 5 points également pour l’option depuis que Pierre Karl Péladeau en est le chef selon le dernier sondage CROP. Pour ce qui est du Bloc québécois, le coup de sonde est dévastateur: seulement 21% selon Léger ou 16% selon CROP, alors que le parti récoltait tout de même 23% des voix lors de la dernière élection de 2011.

Conclusion?

Nous sommes bel et bien en train d’observer une fin de cycle caractérisé par l’instrumentalisation de la cause indépendantiste par les alliés traditionnels du Parti québécois.

Ne nous y trompons pas. C’est bien de cela dont il s’agit. Tant que la défense de la cause pouvait servir les intérêts des FTQ, CSN et compagnie, tout était pour le mieux. Maintenant que la population veut passer à autre chose – peut-être a-t-elle finalement compris que l’adhésion de certains groupes corporatistes au projet de pays se résumait à augmenter leurs privilèges? – les « sauveurs » et la convergence extrême ne suffisent plus.

Est-ce ce qui attend le Parti québécois à la prochaine élection provinciale? Je vais m’aventurer et vous dire que je le crois sincèrement. La tendance est trop lourde pour qu’il en soit autrement. En fait, si j’étais militante d’un 3e parti à l’Assemblée nationale, je serais confiante que le scénario de fin ce cycle se reproduise au Québec en 2018.

Paradoxes et « chum rebound »

Par ailleurs, comment expliquer que la population québécoise, si jalouse de ses juridictions et méfiante des chevauchements entre le fédéral et le provincial, accepte de flirter avec un parti aussi centralisateur que celui du NPD? Comment être indifférent à la nature fondamentalement opportuniste du chef du NPD:

  • Un gars qui démissionne, en 2007, du Parti libéral du Québec pour courtiser le Parti conservateur du Canada (lire Mulcair’s secret meeting with the Tories de Martin Patriquin)
  • Un ex-thatcheriste qui vante les mérites du libre-marché et du non-interventionnisme étatique qui se présente pour le NPD réputé être le parti le plus à gauche au Canada (exception faite du Parti vert)
  • Un gars qui dénonçait jadis les pratiques électorales syndicales alors qu’aujourd’hui, il accepte allègrement l’appui de la FTQ
  • Et pour citer un tweet de Gérard Deltell: un gars qui « veut un BAPE provincial sur un territoire fédéral et veut un ministère des affaires municipales fédéral sur un enjeu provincial!!!« 

Je vais m’aventurer à mon tour à tenter une explication. Elle n’est pas jolie, un brin cynique, mais très probable.

Si j’ai appris une chose en observant la politique, c’est qu’une période électorale n’a rien à voir avec la politique publique proprement dite. Les machines (des partis, des médias, des maisons de sondage, des lobbies, des tiers-partis) jouent leur jeu, misent, perdent une journée, en gagnent une autre et tentent de faire jouer l’opinion publique en leur faveur.

Plus précisément, je crois maintenant que les choix de la population ont de moins en moins à voir avec une quelconque philosophie politique des chefs et des partis. Les enjeux? Pas importants. Les incohérences des plateformes politiques? Pas le temps de regarder ça. La qualité de vie des citoyens s’est-elle améliorée ou détériorée durant le mandat de l’actuel gouvernement? Une question apparemment non pertinente. Anyway, on en veut toujours plus.

Si l’économie, les emplois et la bonne gouvernance des finances publiques sont parmi les priorités des Canadiens et Québécois, comment expliquer que nous voulions coucher avec un parti aux racines dépensières, et particulièrement vulnérable aux pressions de leurs alliés syndicaux?

Le facteur-clé: le contexte

Tout est histoire de contexte, voilà ce avec quoi ont à jongler les stratèges politiques. La population jugera-t-elle que le temps est venu de privilégier l’alternance? Pour ce qui est du Québec, la pertinence du Bloc québécois est-elle périmée? En Ontario, par exemple, jugeront-ils sage de voter pour un parti fédéral accro aux impôts (NPD) alors qu’ils viennent de voter pour Kathleen Wynne qui augmentera les taxes sur la masse salariale des entreprises avec sa réforme des régimes de retraite, et qu’ils ont encore en souvenir le passage du NPD de Bob Rae (1990-1995)? Celui-là même qui était, lui aussi, très attaché à la cause environnementaliste mais qui a presque triplé la dette de l’Ontario (de 35,4 G$ à 90,7 G$ en 5 ans)?

On dit que les électeurs ont toujours raison. Peut-être. Mais de la même façon qu’une femme qui vient de rompre avec son amoureux se choisira un « chum rebound », est-il imaginable qu’une population tout entière veuille se divertir avec un « parti rebound »? Curieux parallèle, non?

Certainement. Mais le problème avec ça, c’est que le « rebound » peut coller longtemps. La vie des partis se compte en décennies…

Bref, un changement de cycle, s’il est inévitable, n’est pas toujours celui qu’on aurait espéré. Peut-être faudra-t-il, en effet, s’enfoncer davantage pour réaliser que l’État est de plus en plus impuissant à combler tous nos désirs. Voyez ce qui se passe en Alberta (NPD), en Ontario (avec Kathleen Wynne) et puis au Québec (avec le NPD)…

Ce ne serait pas une bonne nouvelle.

Certains racontent que nous ne connaissons pas l’effet qu’aura une période électorale de 11 semaines. En effet. On verra bien. Ce que nous connaissons, par contre, là, maintenant, ce sont les risques pour le gouvernement en place, découlant d’une élection à date fixe. Pour cela, au moins, on a à féliciter Stephen Harper d’avoir respecté sa promesse. Une autre chose à mettre dans la colonne des « Il a dit ce qu’il ferait; il a fait ce qu’il a dit ».

23 réflexions sur “Les indépendantistes cocus

  1. Très bonne analyse…

    On assiste peut-être enfin aux derniers soubresauts du mouvement indépendantiste.

    L’espoir d’un retour au pragmatisme risque par contre d’être déçu…. un écart s’est creusé entre les jeunes et les vieilles générations..

    Les « Boomers » n’ont pas su cultiver l’esprit de sacrifice.. Ce sont eux qui, pour la plupart, se rangeront derrière le NPD..

    Tant que la relève ne se fera pas dans les bulletins d’information ce sera encore et toujours cette mentalité égocentrique qui prévaudra..

    Ils sentent la fin de leurs privilèges et ne se font aucun scrupule à pervertir l’information à leurs fins partisanes..

    Thomas Mulcair et Pierre Karl Péladeau sont deux imposteurs.. les contradictions qui parsèment leurs parcours respectifs devraient logiquement les disqualifier… et au NPD et au PQ..

    Cet « Aura » préfabriqué repose uniquement sur la complaisance des médias. Procédé inverse qui a cristallisé l’aversion démesurée envers Stephen Harper..

    Il semble que le mouvement souverainiste hors du radar, on s’apprêterait, en parfaite insouciance, à se tourner vers le NPD.. encore et toujours sensible aux discours jovialistes..

    Dommage pour les jeunes générations.. qui elles ne demandent que de se mesurer aux défis du monde moderne.. alors que ce que l’on fait c’est de leur servir un modèle qui les garderait à la remorque de l’État pour toujours et à jamais…

    Élire Thomas Mulcair reviendrait à voir le Canada prendre un virage socialiste.. une première pour le Canada.. Le modèle français, un exemple à suivre??? Vraiment???

    Pourquoi changer une formule gagnante? Le Canada a su se maintenir aux rangs des décideurs de ce monde..

    Ce serait injuste et inconscient de rejeter le gouvernement conservateur.. les deux alternatives qui s’offrent ne sauront qu’anéantir les efforts concluants des Conservateurs décentralisateurs..

  2. Les syndicats défendent leurs intérêts comme les patrons…dans ce cas le NDP et le PLC ont promis d’abolir la promulgation de la loi C-377, sur la transparence des dépenses syndicales, le réalisme est de voter pour ceux qui peuvent faire quelque chose dans ce sens…

    Pour le reste, la déconfiture du Bloc et plus ou moins du PQ, l’article de Block-Coté sur le JDM,

    http://www.journaldemontreal.com/2015/08/20/lepuisement-de-la-question-nationale

    ressemblait à un avis de décès. On ne peut rien prédire avant l’élection de 2018, et c’est loin, 3 années…

    Pour le reste on ne peut pas dire que l’économie canadienne et québécoise ressemblent à des champs de roses, l’obsession du tout-pétrole du gouvernement Harper (qui aurait pu prévoir la décision des Saoudiens ?), la hausse du dollar canadien, ont réellement détruit une part importante de l’industrie manufacturière au Canada.

    Je ne suis pas un verdâtre mais le projet de Trans-Canada est franchement invendable non seulement au Québec, mais aussi en Ontario et en Colombie-Britannique, aucun partage des profits, les risques sont réels pour traverser le St-Laurent et les arguments sur la per-équation du PM de la Saskatchewan sonnent un peu juste (de toute facon au Québec, maintenant tous les projets industriels sont considérés comme malfaisants…).

    Les contradictions de Mulcair…oui et alors ? Le NDP semble installé sur un sommet au Québec, reste l’Ontario, ou le PLC semble nettement remonter

  3. Combien ont pris la peine d’aller rencontrer leur député à leur bureau d’Ottawa? Très peu j’en suis convaincu.
    Moi j’y suis allé, et je le regrette.
    Lors de mon entretien, le député de mon comté (NPD) m’a candidement révélé qu’il était à Ottawa uniquement pour toucher un salaire le temps que ça dure, et qu’aider ses électeurs ne faisait pas partie de ses intentions vu que son parti n’est pas au pouvoir.
    Est-ce l’exception, ou bien la norme?
    En tout cas, quelle désillusion!

    • Admettez que l’on puisse être surpris quand on lit vos propos…Le NDP n’est pas forcément ma tasse de thé, mais ou j’habite, une député NDP élue en 2011, on peut dire qu’elle est très présente et disponible

    • … et vous nous demandez de croire en ce que vous venez d’écrire. S’il y a des gens qui embarquent dans vos propos, ils sont bien naïfs !!! Pourquoi un député tiendrait-il un tel discours ?

  4. La question que l’on devrait se poser c’est:

    « Pourquoi le PLC et le NPD acceptent que les syndicats puissent garder le secret sur ce qu’ils font de leur pouvoir? ». Dans l’intérêt des citoyens ou dans l’espoir de battre les Conservateurs?

    Le pouvoir syndical est menacé par la loi 377.. ceux qui ne voient pas l’abus qu’ils en font portent des œillères..

    Mathieu Bock Côté qui affiche son pessimisme c’est pour le moins révélateur de la réflexion qu’il porte sur la Cause… en perte de vitesse…

    Ainsi donc l’économie canadienne et québécoise ne serait pas un jardin de roses?

    On sait bien! ! L’économie avec les yeux du cœur, un État bien arrosée à la sauce providentielle NPD ou PLC.. succès assuré?????

    Les risques reliés au transport du pétrole par oléoduc sont moindre que ceux reliés au transport par train ou par bateau.. c’est la réalité que les disciples de la nouvelle religion écologique se refusent de discuter.. ils perdraient en crédibilité.. la démagogie c’est plus payant!

    Les politiciens qui aspirent à la plus haute fonction d’un pays doivent mériter ce privilège…

    Le Québec est en mal d’éthique.. les imposteurs que sont les Mulcair et PKP bénéficient d’une indulgence renversante..

    • Ce n’est pas une question de démagogie mais de risques industriels. On peut vous signaler que l’oléoduc en question ne remplace pas les trains mais S’AJOUTE aux trains…Je n’écoute pas Equiterre ou GreenPeace ou Breton avec ses transports électriques mais ce projet est mal vendu, mal ficelé, l’Ontario aussi a conclu qu’il n’y avait aucune retombée industrielle pour la province. De plus ce projet malgré la solidité technique est en terrain inconnu, le St-Laurent est une artère vitale pour l’alimentation en eau potable, l’agriculture et la pèche. On peut vous rappeler que ce qui est vanté dans le projet (détection des fuites sur la partie immergée du projet par exempel) n’a jamais été essayé nulle part, et que les systèmes terrestres censés faire la même chose, sont en général défaillants. Il n’y a aucune provision financière pour nettoyer en cas de fuite, je peux vous renvoyer à la guérilla judiciaire du passé, et en cours même maintenant, aux factures démentes, suite à la catatrophe de DeepWater dans le golfe du Mexique…

      Rien a changer sur l’économie canadienne qui n’est pas un champ de roses

  5. Effectivement, c’est assez bizarre de constater que notre jungle québécoise se précipite sur le NPD, parti très centralisateur tel que la population rejette. La seule explication est que notre niveau de jugement est assez atteint, que les élections sont devenues un exercice de concours de popularité. Mais attention, Mulcair et le NPD sont incapables de nous garantir une assise politique de base et sont probablement un très gros feu de paille. Pauvres petits syndicalistes.

  6. Une mauvaise gérance du fédéral de la part du NPD ou PLC avec leurs programmes coûteux à la solde des écologistes et des syndicats et qui vont amener déficit par dessus déficit va finir très certainement par amener des hausses d`impôts, taxes et tarifs fédéraux ainsi que de l`austérité qui va favoriser à nouveau les indépendantistes québecois.

  7. Une mauvaise gestion du fédéral de la part du NPD ou du PLQ pourrait résulter aussi en une augmentation de la dette québécoise.. Un Canada et un Québec décotés? Pas certaine qu’un tel contexte favoriserait les indépendantistes…

    Je pense que les indépendantistes jouent leur va-tout en raison du vieillissement de leurs partisans mais aussi en raison de la stabilité économique canadienne actuelle…

    Les plus ardents d’entre eux , on commence à les voir disparaître lentement mais sûrement… et les médias québécois ne manquent pas de souligner avec regret le départ de ces grands patriotes…

    Une mauvaise gérance du fédéral aurait pour conséquence de faire prendre toute une dégringolade du Canada par rapport au rang de tête qu’il occupe parmi l’ensemble des pays de la planète..

    Un appauvrissement assuré! Mais c’est pas grave l’important c’est d’être heureux tous égaux!!

    .

  8. Si j’étais stratège pour les souverainistes, je soutiendrais le NPD. Ce parti centralisateur veut étendre ses tentacules dans des secteurs strictements de jurisdiction provinciales comme dans le cas des garderies. Quel terreau fertile pour les chicanes entre les deux paliers de gouvernement. Mais je ne suis pas stratège alors je me dis çà se peut pas….

  9. Ce n’est pas un peu déjà ce qui se passe..

    Le NPD reçoit au Québec en partie l’appui des souverainistes

    Le ver souverainiste est toujours dans la pomme canadienne

    Avec le Bloc dans les estrades ça n’a pas été concluant alors qu’avec le NPD c’est sur la patinoire que les indépendantistes évolueront.. Certains pourraient devenir Ministre…. bordel assuré!

    ..

  10. Très bon comme toujours Mme Marcotte.

    Honnêtement, je ne sais pas ce qui est le plus triste, la déconfiture du Bloc ou la montée des cônes orange.

    Toutefois, je ne comprends pas pourquoi Gérard Deltell semble être confiné à un rôle de second plan ainsi dans la campagne. Il peut incarner un certain changement ce que semble vouloir les émotifs du Québec. S’il se réveille il pourrait peut-être demander à Mulcair pourquoi il a re hypothéqué sa maison 11 fois depuis 1980 et s’il connaît maintenant quel est le taux exact d’imposition des entreprises. Il ne le savait pas le 17 juin dernier, mais il savait qu’il voulait monter le taux par contre.

  11. Ça ressemble à moins d’un revirement pendant le prochain débat des chefs en français à la mort pour le Bloc Québécois. On verra d’ici 3 ans si Pierre Karl Péladeau réussira à raviver la flamme et relancer son parti qui est de plus en plus moribond aux yeux des gens du Québec.

    Pour le NPD, il faut se questionner sur Thomas Mulcair et ses intentions véritables. Je pensais dans les dernières semaines l’appuyer mais je commence à me poser de sérieuses questions sur lui et son parti. J’entendais parlé des scandales du NPD qui s’est fait rembourser des dépenses du parti et des députés par l’État fédéral ce qui est scandaleux. On se scandalise du scandale de 90 000$ de Mike Duffy et des autres sénateurs mais ils sembleraient que les deux autres partis qui veulent gouverner on fait bien pire.

    Je n’aime pas non plus l’acharnement que font certains médias sur Harper car ce dernier qu’on appui ou pas certaines de ses politiques à quand même tenu pas mal ses promesses donc le respect des élections à date fixe. Je trouve que les conservateurs auraient dû baisser les taux d’impôts et simplifier le système au lieu de créer de nouvelles déductions pour respecter le conservatisme fiscal qui est ce qu’à de plus séduisant à offrir l’idéologie conservatrice traditionnelle.

    • Espérons que Mme Marcotte, avec sa nouvelle chronique au FM 93 , va en parler de ces
      scandales des autres partis, dont on entend à peu près rien dans les médias. Les conservateurs
      n’ont rien volés : ils ont simplement remis l »argent. Les médias veulent bien entrer ce faux scandale
      dans la tête des gens : ils en font un très gros scandale : cela fait la nouvelle tous les jours…

    • Parti comme c’est là le seul oui que PKP aura obtenu est celui de Julie lors de leur mariage. Pierre Karl Péladeau dit qu’il a 3 ans pour répondre aux questions de la population pour la souveraineté du Québec et que son équipe va y travailler. C’est à voir et donnons la chance au coureur. Cependant, il n’y a pas d’enthousiasme jusqu’à maintenant avec l’accès à la chefferie de PKP et le retour du jedi Duceppe.

      Est-ce que le fait que les syndicats tournent le dos au Bloc est la conséquence de l’élection de PKP réputé dur envers les syndicats? Le PQ sans les syndicats peut-il former un gouvernement en restant social-démocrate classique ou va-t-il virer vers une droite nationaliste plus populiste ce qui pourrait être intéressant si le parti a un programme équilibré sans tomber dans un virage à la front nationale. Je pense qu’il a de la place au Québec pour un nationalisme de droite modérée qui va choisir une immigration qui veut s’intégrer, faire la promotion d’un Québec français, qui va développer notre richesse et gérer les finances publiques prudemment.

      J’ai peur du projet 59 du PLQ de P. Couillard qui comme le dit Richard Martineau va empêcher les gens de critiquer les religions comme l’Islam. Un deal qu’aurait fait Couillard avec les leaders musulmans afin d’obtenir leur coopération dans le combat contre la radicalisme. Je préfère la libre expression à l’américaine ou un peu critiquer et dénoncer les différentes religions. Je pense à des intellectuels athées qui comme Michel Onfray, français ou Richard Dawkins, britannique dénoncent avec efficacité et intelligence les contradictions et non-sens des religions monothéistes. Je n’ai rien contre la croyance en un dieu personnel et la vie après la mort mais je crois comme ces gens là que les religions organisés nous manipulent, mentent, racontent des niaiseries et encouragent les guerres et l’intolérance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s