La CAQ mérite-t-elle de vivre?

Pour écoutez ma chronique du mercredi à Bouchard en parle du 93,3 FM, cliquez ici. – Je vais peut-être vous surprendre, mais je ne partage pas l’opinion de la plupart des analystes qui croient que la prochaine élection provinciale se fera sur l’axe constitutionnel. À mon avis, malgré tous les efforts qu’y mettra le nouveau chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, la « ballot-box question » ne portera pas sur l’indépendance du Québec. Si la tendance se maintient, ce qui se passe au Bloc se passera au PQ à la prochaine élection.

Mais pour que ça se passe, cela prend une alternative au Parti québécois et François Legault prétend l’offrir avec la CAQ.

Est-ce que la CAQ mérite de vivre? Est-ce que cette supposée polarisation entre fédéralistes et indépendantistes va lui permettre de prendre sa place? Est-ce que les journalistes et les médias vont lui offrir la visibilité que le parti mérite?

Je ne suis pas personnellement attachée à la CAQ, mais je pense qu’il faut reconnaître que ces dernières années, c’est la CAQ et non le PQ qui a agi comme le parti de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale et qui agit comme la mouche du coche gouvernemental.

Pensons, par exemple, à leur dénonciation de l’investissement d’Hydro-Québec dans l’éolien et du financement de la cimenterie de Port-Daniel, à leur appui du projet de loi 3 sur les régimes de retraite du secteur municipal. Selon la CAQ, s’il y a maintenant une Loi sur les effectifs dans l’administration publique qui permet au gouvernement de dénombrer le nombre de ses employés (il l’ignorait jusque là!), c’est qu’elle aurait été facilitée dû aux nombreuses interventions de la CAQ en début de mandat.

Bon. Je n’ai pas compris pourquoi la CAQ avait voté contre le projet de loi 10 (abolition des agences de santé) et je suis allergique aux réflexes interventionnistes de François Legault en matière économique, mais il n’y a pas de parti parfait (cela dit, il serait peut-être temps de comprendre, chez les libéraux autant que chez les caquistes, que la Caisse de dépôt n’est pas un instrument politique qui règlera tous les problèmes économiques du Québec).

Pour revenir à nos moutons, si le Parti libéral du Québec se sent à l’aise de proposer une réforme des élections et des commissions scolaires, un ménage dans le bordel informatique ainsi qu’une libéralisation de la vente d’alcool au Québec, c’est qu’il y a un parti, à l’Assemblée nationale, qui risque fortement d’appuyer ces initiatives.

Hier, le chef de la CAQ François Legault a annoncé un retour aux sources pour son parti: la priorité va redevenir l’Éducation. Bien. Aujourd’hui, il annoncera le positionnement de la CAQ en matière constitutionnelle.

LE RISQUE

Il n’y a pas si longtemps, François Legault était d’avis que « le pays imaginaire (du PQ) nuit au pays réel ». Je prétends qu’en déclarant ceci, Legault démontrait qu’il était davantage connecté sur l’opinion populaire que sur celui d’une base indépendantiste dure qu’il ne réussira jamais à récupérer au Parti québécois.

Aujourd’hui, le chef de la CAQ prétend qu’il lui faut se positionner plus clairement sur la question nationale. Ce faisant, alors que la très grande majorité de la population n’y porte plus aucun intérêt, il s’amène dans l’arène de PKP et accepte de jouer le jeu.

L’histoire le dira mais je crois profondément que c’est une erreur. La seule clientèle à qui cela plaira sera celle qui a fait carrière autour de la question nationale, aux médias, et étonnamment aux libéraux. Peu importe l’étiquette qu’il se donnera, il n’y gagnera rien. De la même façon que l’ADQ n’a rien gagné à se déclarer « autonomiste », la CAQ ne gagnerait rien à débattre de la question nationale, de champs de compétence, de monnaie, de CF-18 et quoi d’autre.

En ce qui me concerne, la seule avenue gagnante pour la CAQ et Legault en cette matière serait de discréditer toute forme d’argumentation provenant du camp Péladeau et Dieu sait que la tâche serait aisée. À la limite, les seules questions auxquelles il doit répondre sont les suivantes: 1) si la CAQ est élue, y aura-t-il un référendum? et 2) si le PQ est élu, la CAQ est dans quel camp: celui du Oui ou celui du Non. Point. Paragraphe.

RÔLE DE LA CAQ

Plutôt que de répondre aux pressions d’un PKP pressé de faire l’indépendance, le rôle d’une CAQ qui prétendrait être une alternative aux libéraux se résume à peu de choses: talonner, surveiller et exiger que le gouvernement livre des résultats.

Il n’est pas du tout évident que le gouvernement libéral réussisse, malgré tout leur discours de rigueur budgétaire et de « rénovation » de l’État. Pour l’heure en tout cas, peu de résultats visibles et quantifiables. Combien de fois nous a-t-on présenté des « plans de réforme » qui se sont butés le nez sur le mur de la résistance: des lobbies, des « systèmes », des caucus, du Conseil des ministres? Du chef du gouvernement lui-même? On n’a qu’à penser à Jean Charest…

Croit-on vraiment qu’on réussira à « contrôler les coûts en santé »? Le projet de loi 59 sur le discours haineux: quelle farce, entre vous et moi. Et la réforme de la gouvernance des écoles: redonnera-t-elle vraiment une liberté aux directions d’écoles et aux enseignants? Réussira-t-on enfin à investir là où ça compte?

Non. Le risque de la CAQ n’est pas d’exiger davantage des libéraux; il est plutôt de devenir un substitut au Parti québécois qui baignerait dans un nationalisme coûteux et dépassé qui ne répond plus aux aspirations des Québécois ouverts sur le monde.

Bref, on verra bien ce que Legault annoncera aujourd’hui, mais une chose est sûre en ce qui me concerne: l’énoncé à l’effet que « le pays imaginaire nuit au pays réel » est toujours vrai.

Cette entrée a été publiée dans CAQ. Bookmarquez ce permalien.

12 réflexions sur “La CAQ mérite-t-elle de vivre?

  1. Entièrement d’accord avec ton approche à l’effet que l’orientation de la CAQ sonnera la fin du PQ avec PKP, ce qui rejoint ma pensée que PKP sera le fossoyeur du PQ.
    Ce matin on en saura plus avec la conférence de presse que donnera François Legault.

  2. Tous les politiciens sont extraordinaires tant qu’ils ne sont pas élus…et un coup en place, tout ce qu’ils ont dit avant ça, est oublié et tous se conduisent comme des épais….

    • Hugo.
      Beaucoup de gens ont voté Libéral parce qu’ils ne voulaient pas voir P. Marois au pouvoir. .. Durant cette élection fédérale, plusieurs vont voter NPD ou Libéral parce qu’ile ne veulent pas voir Harper au pouvoir. Je suis Conservateur et je vais voter Conservateur dans mon comté même is je ne sais pas encore qui va se présenter. Je vis dans un comté gauchiste….PQ au Provincial et NPD au fédéral. Je suis du style centre-droit et je ne marcherai pas sur mes principes, même si je sais d’avance que le candidat conservateur n’a aucune chance dans mon comté.

  3. Le début de la fin du PQ sera la vaporisation totale du Bloc et de son vénérable chef retraité (de luxe à $140,000 par an) .

    Rien d’intelligent ne sort de la bouche de Pierre Karl Péladeau. Le seul danger serait de donner une nouvelle vie au PQ en éliminant Revenu Québec par exemple. Je ne pense pas que Couillard tombe dans le piège. Espérons.

    J’ai realisé récemment que certaines personnes à qui je parle n’ont pas connu Expo 67 ! Alors vous imaginez que la litanie Péquiste est aussi très  »alien » à leurs oreilles.

  4. Il faut un bon capitaine épaulé d’un équipage de qualité pour faire voyager le bateau jusqu’à bon port.
    Mais en politique, il faut également que le capitaine ait du panache, ce qui semble manquer à François Legault.

  5. Bonjour Madame Marcotte,

    Je ne sais trop si l’emploi du mot « mérite » est justifié dans ce cas-ci. Ce qui me semble évident toutefois, c’est que la pérennité d’un parti politique est directement liée à sa capacité d’incarner et communiquer une vision idéologique claire et d’attirer en son sein des candidat(e)s de qualité. Or, voilà justement où le bât blesse depuis que M. Legault dirige la CAQ. D’une part, il a souvent entretenu par le passé un flou sur bien des enjeux (« On verra! », répondait-il à répétition) et, d’autre part, les « candidats-vedettes » ont tendance à déserter ce parti-là d’une année à l’autre. Je ne suis ni membre, ni militant de la CAQ, mais on peut penser que M. Legault se plait à diriger des troupes dociles qui jamais ne lui font ombrage…

    Tout compte fait, peut-être que la CAQ gagnerait à avoir à sa tête un(e) autre dirigeant(e)…

    Au plaisir!

  6. Je ne fais plus confiance à François Legault..

    La mouche du coche dans « le rond rond » de la routine quotidienne à l’Assemblée Nationale c’est une chose mais c’est quand « la soupe devient chaude » que Legault a démontré ses faiblesses et ses contradictions.

    Moi j’abonde dans la perception d’Antagoniste: « Le compte à rebours du retour de François Legault au PQ est parti ».

    D’ailleurs PKP l’a invité directement sur sa page Facebook à se joindre au PQ.. énumérant leurs atomes crochus..

    Ce « présumé » retour à sa base de Legault n’est, à mon sens,que de la poudre aux yeux, histoire de ne pas voir les Caquistes déserter le parti.. étirer le temps jusqu’en 2018 pour ensuite les enjoindre fortement à donner leur appui au PQ dans une élection référendaire.

    Ce matin , François Legault en conférence de presse devrait, selon Jean Lapierre, s’identifier comme fédéraliste modéré..

    Il accuse le PLQ de fédéralisme radical???? Les autres provinces non nationalistes tirent le maximum du fédéral. pas en raison d’un supposé radicalisme..

    Un Québec indépendant pourrait aussi choisir un système fédéraliste..

    Le fédéralisme n’est pas une idéologie c’est un système de gouvernance. ce sont les indépendantistes qui ont travesti le sens des mots à leurs fins idéologiques..

    Ce n’est pas réjouissant! mais je pense que la CAQ a été le fossoyeur de l’ADQ.. La droite pragmatique est orpheline.

    Sur cet aspect. les péquistes ont gagné.. Ils visaient clairement la polarisation dans laquelle on se retrouve et François Legault a joué un rôle déterminant dans ce retour au bipartisme..

  7. Le problème avec la CAQ c’est son manque d’encrage idéologique. La CAQ est un parti supposément de droite qui veut utiliser les fonds de pension des Québécois pour faire du dirigisme économique et qui à l’avant dernière élection projetait de taxer 100% du gain en capital (comme le PQ).

    Bref un parti sans conviction, la CAQ c’est n’importe quoi, pas étonnant que les électeurs ne s’y retrouvent plus et/ou ne lui font pas confiance. Au moins avec l’ADQ on savait à quoi s’en tenir, quel dommage qu’elle n’existe plus!

  8. Du nationalisme à la peite semaine, à la poursuite du PQ…dans le 450..Le PLQ ne veut pas (peut pas) piétiner les conventions collectives il n’y aura aucune réforme majeure. Revenu Québec va rester à Québec et la SAQ va être la victime expiatoire.

    En 2018, ce sera le pays ou rien d’autre…Legault au PQ ? Il n’y a pas de place pour 2 rois sur le même trone et les déclarations de Legault aujourd’hui ( Un référendum…) sont vraiment pathétiques…

  9. J’ai de moins en moins confiance en Legault.Ses récentes déclarations nous font voir le péquiste qui veut quêter des privilèges à Ottawa. C’est une rengaine qu’on entend depuis des décennies.
    A défaut d’avoir l’appui de la population pour le pays imaginaire, les indépendantistes veulent l’arracher morceau par morceau. Autonomiste ou indépendantiste, du pareil au même.
    La CAQ avec Legault comme chef, non merci.

  10. Pas de place au PQ pour deux rois, peut-être? Mais ils vont régler cela plus tard.

    Étrange la sortie de PKP ce matin… Legault se butera aux écueils constitutionnels, dit-il… ce qui serait souhaitable quand on cherche à recréer une grogne contre le fédéral, non??

    Legault va à l’encontre des recommandations de Robillard sur Revenu Québec, lesquelles réduiraient les coûts pour le Québec… Il cherche à créer une crise, des conditions gagnantes en complicité avec le PQ, peut-être?

    J’ai entendu Michel Hébert admettre que la gestion de ce dossier par le fédéral serait davantage efficace mais que la correction de ce dédoublement « ne passera jamais » chez les nationalistes québécois..

    Il est clair pour moi que Legault est en mission.. Il tente de contrecarrer l’intention avouée de Philippe Couillard de voir insérer dans la constitution le Québec comme société distincte..

    Les chances de Philippe Couillard existent.. Il a réactivé des rapports cordiaux avec les autres provinces canadiennes en toute bonne foi.. exempt du but caché des indépendantistes.. le pays, rien de moins…

    Alors les indépendantistes s’activent pour faire échouer les démarches de Couillard dans ce sens.

    J’ai remarqué que la conjointe du leader parlementaire de la CAQ reprend du gallon à TVA… mon côté suspicieux n’est jamais bien loin..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s