Le parti des médias en campagne électorale

Il y a une expression qui circule dans le Canada anglais, une expression qui est largement véhiculée par les analystes et commentateurs d’allégeance plutôt conservatrice. Il s’agit du « Media Party ». Le réseau Rebel en fait pratiquement sa marque de commerce en dénonçant les biais des médias telle que la CBC et en tentant d’offrir un contrepoids à ce que ces derniers offrent au public.

À titre d’exemple, Brian Lilley expose ici l’instrumentalisation par les médias de la crise des réfugiés dans l’intention de critiquer spécifiquement le chef du Parti conservateur Stephen Harper. Autre exemple, Ezra Levant qui dénonce les tiers-partis, dont celui des médias, qui participent à l’élection fédérale, etc.

Le mérite du réseau Rebel (né de la disparition du réseau Sun News) soutenu essentiellement par des contributions privées est très exactement cela: un réseau qui offre un contrepoids nécessaire au Parti des médias qui chante en choeur les vertus des partis de centre gauche tout en ne cachant plus leur mépris sincère pour une philosophie conservatrice « malveillante ».

Critiquer le contenu des médias n’existe pratiquement pas au Québec. Qui s’y risque parie gros et les partis politiques le savent trop bien. C’est moins le cas aux États-Unis. Des émissions comme Reliable Sources à CNN examine comment les journalistes font leur travail et offrent une tribune aux critiques de la couverture médiatique. Plusieurs ouvrages font également état du penchant de gauche des médias écrits et télévisés vs. celui de droite des radios parlées.

Cette critique des médias n’existe à peu près pas au Québec, à l’exception de certaines radios parlées (qu’on qualifiera de « radios-poubelles ») qui ne se gênent plus pour illustrer le manque d’objectivité de Radio-Canada (ex: Anne-Marie Dussault), les biais flagrants de certains chroniqueurs-vedettes (Manon Cornellier du Devoir, Josée Legault du Journal, Vincent Marissal de La Presse) ou encore l’obsession anti-Harper de soi-disants analystes ou courriéristes parlementaires sur Twitter!

Dommage, parce qu’il me semble que la présente campagne électorale ne peut offrir meilleure occasion d’examiner la teneur de la couverture médiatique. Humblement, je compile chaque jour les articles des trois grands quotidiens La Presse, Le Journal de Montréal et Le Devoir qui portent sur la campagne électorale fédérale. À ce jour, j’en compte tout près de 600. Rigoureusement et avec la meilleure intention du monde, je classe les articles selon leur degré de neutralité. Cet article est-il neutre? Présente-t-il les diverses positions des partis? Est-il plutôt favorable ou défavorable à un parti en particulier?

À mi-parcours de la campagne électorale, je ne suis pas surprise du résultat. En compilant les 600 articles lus et parfois, bien relus, j’arrive à ce qui suit: 46% de tous les articles portant sur la présente campagne électorale fédérale peuvent être qualifiés de neutres, alors que le quart d’entre eux (25%!) offrent une critique négative du gouvernement Harper. Honnêtement, c’est à se demander si les commentateurs politiques vont se donner la peine d’examiner l’offre politique des deux autres partis que sont le NPD et le PLC ou s’ils vont continuer d’être aussi complaisants envers ceux-ci.

Bref, le jour de l’élection n’est que le 19 octobre prochain. Depuis le déclenchement de cette campagne électorale, Stephen Harper aura été le chef le plus couvert, en tout cas, dans les trois grands médias écrits. Il aura aussi passé à travers plusieurs tempêtes: 1) Duffy ou la crise autour du remboursement d’une dépense de 90 000 $, 2) la supposée récession qui n’en est pas une, et maintenant 3) la crise des réfugiés syriens sur laquelle surfent les partis d’opposition et les bonnes âmes pour illustrer la supposée froideur de Stephen Harper.

Bref, trois événements qui mériteraient un sérieux examen de conscience de la part de nos médias, trop empressés à combattre leur adversaire idéologique plutôt qu’à saisir l’occasion de faire oeuvre pédagogique auprès de la population et à bien servir l’exercice démocratique.

PartiDesMédias

 

16 réflexions sur “Le parti des médias en campagne électorale

  1. L’ojectivité des médias, quelle farce. Bravo Joanne, tu fais bien de dénoncer cbc/r-c et autres sources biaisés. Sonts prêts a nous enfoncer davantage pour faire plaisir à leurs amis syndicalistes.

  2. Les radios de Québec ont contribué à faire perdre les dernières élections à la CAQ en lâchant lâchement le seul parti de droite au Québec. Maintenant ils se retrouvent gros jean comme devant avec des libéraux dépensiers au pouvoir. J’espère que les radios de Québec ne lâcheront pas les conservateurs pour appuyer Justin! Ce serait une vraie catastrophe d’être gérés par des libéraux à Ottawa et à Québec!

    • Cher Hugo, Il faudra bien qu’un jour vous en revenez des gens qui ont voté PLQ plutôt que la CAQ.😉 Cela dit, rien n’indique que la CAQ aurait fait mieux, particulièrement en matière de négociations de conventions collectives. Pour ce qui est du résultat de l’élection fédérale, je doute qu’il y ait une grosse promotion pour le Parti libéral mais sait-on jamais.

    • «le seul parti de droite au Québec» (la CAQ)

      L’ex vedette du parti, Duchesneau appuit le NPD. La CAQ c’est pas un parti de droite, la CAQ c’est n’importe quoi!

  3. Marc Trépanier, j’espère que vous n’avez pas la prétention que les journalistes de Québécor sont des journalistes « neutres ».

    Qui était le patron d’Ezra Levant sur Sun News TV? PKP? Tiens! donc..

    Serait-ce que PKP se servirait de ses médias qu’il possède pour passer ses messages??

  4. Et si les gens qui ont voté PLQ avait finalement voté pour la moins pire des alternatives…

    Antagoniste.net « L’ostie de constitution »

    François Legault, 18 mars 2014: « Si les gens veulent qu’on travaille sur l’économie et non pas sur un référendum… ils voteront pour moi »..

    Le même Legault, 2 septembre 2015: François Legault propose de tenir un référendum sur une réponse constitutionnelle.

    « Le Québec avait besoin d’un deuxième parti pour parler d’un ostie de référendum? » (Antagoniste)

    François Legault c’est le genre de politicien qui trouve ses convictions dans un focus group…. Quand il se lève le matin, il ne se demande pas « comment je pourrais rendre mes idées plus populaires ». Mais « quelles idées je devrais avoir pour être populaire. (Antagoniste)

    PS les péquistes sont devenus fous à lier…. une école de formation pour les militants péquistes… Ayoye!

  5. Tout cela s’articule autour de Radio-Canada/CBC qui est à la fois juge et partie, il est clair que dans un nouveau mandat Harper il y aurait de nouvelles coupes à RC.

    Harper aurait du fermer tout ça (ou presque) en début de mandat. Il ne l’a pas fait et maintenant il paie pour.

  6. un peu comme hier aux nouvelles de R-C. Plusieurs reportages sur les élections et comment le gouvernement Harper, et plus spécifiquement Stephen Harper, est mauvais pour la démocratie…

  7. Oui nous avons votés, à Québec, pour le moins pire . Mais surtout pour nous débarrasser, une fois pour toute,des péquistes.
    Pas très confiante en M. Couillard et son équipe. Surtout qu’il ne coupe pas où nous aurions voulu qu’il le fasse; dégraisser l’état.
    J’espérais en la CAQ pour une prochaine élection(2018) mais la proposition de M. Legault de reparler constitution a dégonflé ma « balloune ». Il me restera le choix de ne pas voter.
    Espérons que les 3 prochaines années offriront des choix intéressants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s