Le débat Globe and Mail

J’ai écouté presque la totalité du débat hier soir portant sur l’économie. Avant de lire les remarques des commentateurs et analystes officiels, voici mes impressions.

  1. Justin Trudeau m’a épuisée. Par moments, j’aurais souhaité qu’il respire. De toute évidence, il se croyait vraiment dans un match de boxe où il voulait clairement contrôler le ring. Ça n’a pas marché. Alors que la veille, la presque douzaine de candidats républicains avait réussi à respecter l’espace de parole des autres, Trudeau et Mulcair étaient incapables de ne pas empiéter sur le premier ministre. Le ton et l’enthousiasme (!) de Trudeau, loin de dégager aisance et assurance, démontrait plutôt qu’il postulait pour un poste de chef de l’Opposition officiel. En d’autres termes, il ne s’est pas qualifié comme premier-ministrable.
  2. Thomas Mulcair avait l’avantage d’être au milieu des deux autres candidats. Physiquement et également sur sa vision de l’économie canadienne. Si on fait abstraction de l’idéologie et de l’ADN (socialiste) du NPD, un auditeur qui ne connaît que peu de choses en politique pouvait trouver que Mulcair était beaucoup plus responsable que Trudeau pour ce qui est des déficits et de l’endettement public. Le public canadien anglais a sans doute également reconnu en Mulcair un candidat premier ministrable.
  3. Stephen Harper m’a paru comme celui qui était le plus à l’aise, à la fois pour défendre son bilan que pour convaincre les Canadiens qu’après avoir réussi à passer au travers des différentes crises (pire récession depuis Grande Dépression, crise immobilière, crise bancaire mondiale, crise reliée à la chute du prix des matières premières, ralentissement de la croissance économique en Chine, etc.), ce n’était guère le temps de retourner à un cycle de déficits et d’augmenter les taxes.

Comment je qualifie le positionnement des partis jusqu’à présent:

  1. Trudeau – Retour au déficits parce que le Canada a besoin que le gouvernement investisse massivement dans les infrastructures. L’idée d’une « Infrastructure Bank » qui permettrait aux municipalités d’emprunter à des taux équivalents à celui du gouvernement fédéral. Augmentation des impôts du 1% pour diminuer ceux de la classe moyenne. Trudeau se présente également comme un partenaire des provinces et un partenaire des municipalités. En fait, Trudeau, c’est le candidat de la « bonne entente » et des « bons sentiments ». Clairement le candidat le plus à gauche des trois, officiellement.
  2. Mulcair – Mulcair continue de se présenter comme le premier ministre des programmes sociaux et de l’environnement, et de tenter de dégager l’impression que son parti est raisonnable et responsable. Le problème demeure que 1) Mulcair est à la tête d’un parti socialiste même si le mot n’apparaît plus dans la constitution de son parti 2) Mulcair a un programme qui intervient largement dans les champs de compétence des provinces et 3) Mulcair est vulnérable aux puissants lobbies environnementaux et à une gauche canadienne influente, admirablement financée et sans aucun sens de la réalité économique.
  3. Harper – Après avoir réussi à gérer le Canada par temps de multiples crises, le message de Harper est clair: Ce n’est pas le temps de retourner à une époque d’irresponsabilité et de déficits. Ce n’est pas le temps d’augmenter les taxes. Si Harper est fier d’une chose, c’est d’avoir réussi à passer au travers de ce cycle de crise sans pour autant avoir diminuer les transferts aux provinces et tout en diminuant les taxes et impôts des particuliers et des entreprises.

Il se dira beaucoup de choses sur les programmes des candidats. Certains voteront sur un seul enjeu. Pour les uns, ce sera les pipelines; pour les autres, ce sera des garderies à 15$, le niqab, etc.

Avant de voter, on devra toutefois nous rappeler que le rôle d’un gouvernement fédéral dans notre confédération est loin d’être sexy. Parmi ces rôles:

  • Assurer la sécurité de la population canadienne et de son territoire;
  • Assurer la défense des valeurs canadiennes au Canada et à l’étranger lorsque des coalitions internationales le jugent avisé;
  • Établir les conditions structurelles de la prospérité coast-to-coast: fiscalité concurrentielle, libre-échange interprovinciales et ententes commerciales internationales, infrastructures de transport, etc.

À contrario, ce n’est pas le rôle du gouvernement fédéral de mettre son nez dans les compétences provinciales: aide à la famille, éducation, santé autrement qu’en redonnant aux principaux intéressés, soit aux familles, un plus grand pouvoir d’achat au moyen de baisses de leur fardeau fiscal.

En ce sens, la maturité de l’électeur d’un gouvernement fédéral pourrait se mesurer à deux choses:

  1. Comprend-il bien le rôle et les limites du gouvernement fédéral à faire des cadeaux « sexy »?
  2. Comprend-il bien l’idéologie à la base des partis en présence.

À la fin, la question est simple: En qui ferons-nous confiance?

Pour les mordus, voici les avis des « pundits » des télés publiques, Radio-Canada et CBC

18 réflexions sur “Le débat Globe and Mail

  1. Merci! Joanne.. très bon résumé du débat..

    Tasha semble avoir un penchant de plus en plus difficile à cacher pour Justin Trudeau..

    Daniel Lessard est celui dont l’analyse se rapproche le plus de la vôtre..

    Au Québec, en ce moment, on sent le PQ inquiet par l’attrait qu’exerce le NPD.. Bernard Landry, dans une lettre ouverte. prévient les Québécois des effets néfastes du NPD pour le Québec..

    Pour vous Joanne, advenant que le besoin changement l’emporte, quel serait le moindre mal entre le PLC et le NPD.

    Est-ce que ce serait possible que Mulcair démontre le leadership nécessaire pour garder sous contrôle la frange socialiste du NPD comme ce fut le cas pour Harper avec sa frange réformiste??

    Justin Trudeau, à mon avis, n’est vraiment pas prêt à occuper la plus haute fonction du pays.. Tasha Keiriddin semble avoir succombé à son charme!! Me semble qu’on l’a connue plus pragmatique!

    • J’ai la même impression de vous, Hélène, pour ce qui est de Tasha. Le moins pire entre le NPD et le PLC? Il faut imaginer ce qui se passerait dans le camp conservateur si Harper perd ses élections: course à la direction du parti sûrement. Et puis, avec un gouvernement minoritaire, le parti au pouvoir n’aura pas le choix de calmer ses ardeurs pour avoir la confiance de la chambre et faire passer son budget. Alors que ce soit Mulcair ou Trudeau qui l’emporte, le budget sera un amalgame des deux visions. Pas une bonne nouvelle. Les deux vont opter pour plus de dépenses pendant qu’au Parti conservateur, il y aura sûrement une course à la chefferie.

    • Pour mettre des liens en commentaire, vous n’avez qu’à insérer l’hyperlien. Faites « copier » au haut de votre browser (fureteur quelconque) et « coller » dans votre texte.

  2. Moi je suis d’avis que, quelque soit le résultat, le prochain gouvernement va être très minoritaire, et donc qu’on sera de nouveau en élections très bientôt au moins une autre fois.
    Il y a un malaise certain dans l’élection possible de n’importe quel des 3 grands partis.
    N’oublions pas non plus que l’électeur moyen n’est certainement pas très ferré sur le contenu des programmes ni des équipes proposées; donc il peut arriver n’importe quoi.

  3. Bravo Joanne pour votre exposé en faveur d’un vrai gouvernement fédéral centré sur ses missions fédérales soit : défense nationale, ambassades, monnaie et banques, douanes et pension de vieillesse et cesser de se mêler des compétences des états provinciaux. Ce serait un pas vers un véritable autonomisme.

    J’aimerais voir le fédéral privatisé Radio-Canada sous la forme de PBS au USA qui appartient à ses auditeurs. Le fédéral pourrait abolir sur 10 ans la subvention à Radio-Can de 1 milliard par an et s’en servir pour baisser les impôts fédéraux des particuliers.

  4. On devrait aussi privatiser les ports et aéroports fédéraux excepté pour la portion douane qui resterait fédérale et transférer les ponts fédéraux au Québec après la construction du Pont Champlain et transférer les points de taxe de la taxe sur l’essence aux provinces pour financer ponts et autoroutes. L’assurance-emploi devrait être confié à un organisme autonome du gouvernement canadien pour éviter qu’on pige dans les surplus et ces surplus pourraient être conservés pour les années de chômage élevé.

    • Bonjour Jean-Claude,
      D’accord sur quelques-uns de vos points, entre autres, la privatisation ou la mise hors service de R.C. Nous avons tellement de choix maintenant…avons-nous vraiment besoin d’une télévision d’état.?? C’est périmé.
      Je ne suis pas d’accord au transfert des aéroports et ponts fédéraux aux provinces. Il semble que tout ce que nos gouvernements provinciaux ont touché depuis une quarantaine d’anné vire en M…. et j’ai plus confiance au Fédéral pour gérer ces infrastructures….Quant à la taxe sur l’essence, notre province se nourrit déjà grassement de ce revenu et je ne vois pas pourquoi le fédéral devrait s’en priver pour encourager nos irresponsables. Rappelez-vous que les augmentations de taxes sur le carburant que nous subissons depuis plusieurs années proviennent du Provincial. Pour l’assurance-emploi, j’en ai payé depuis que Trudeau père a changé les rèles en 1972 ou 1973 et a décidé que tout le monde en payait. Je n’en ai jamais retiré un sou, et s’il y a des surplus, je suis d’accord à ce que Paul Martin a fait il y a une douzaine d’années, soit s’en servir pour baisser la maudite dette..et si un autre gouvt. responsable fait la même chose, quelqu’en soit le parti, je serai le premier à applaudir… Je connais des gens qui travaillent 5-6 mois par année, paient environ 1000.$ de cotisations et retirent 15,000$ annuellement en prestations de chômage et ils clament haut et fort que cette caisse leur appartient . Ma réponse pour eux est que cette caisse appartient plutôt à ceux qui, comme moi, n’en ont jamais retiré un sou et pourtant je suis d’accord à ce que le gouvt s’en serve pour baisser la dette, ainsi tout le monde en tire profit…pas seulement nos amis parasites. Si jamais il y a des années de chômage élevé, ils n’ont qu’à augmenter les cotisations comme ils ont fait dans le passé ou resserrer les règles d’éligibilité, ça encouragerait peut-être les parasites notoires à se trouver un emploi régulier. Pour certaines personnes, retirer du chômage six mois poar année est une manière de vivre et je ne suis pas d’accord avec cette mentalité de «loser». Comme l’expression populaire le dit si bien »CA NE FAIT PAS DES ENFANTS FORTS»

      Bonne fin de journée, Jean-Claude

    • Merci pour vos commentaires cher Marius, toujours intéressant de vous lire. Je suis plus décentralisateur que vous car je suis souverainiste mais nous avons plusieurs idées communes. Je sais que vous m’avez écrit il y a plusieurs semaines que vous étiez pour l’abolition du sénat et nous sommes d’accord pour Radio-Canada. Pour l’assurance-emploi, je suis d’accord avec vous que certaines personnes en profitent plus que largement. il faudrait avoir un taux de cotisation régional au lieu de provincial pour s’ajuster au chômage régional. De plus, je crois qu’il y a moyen de voir ce qui se passe avec ceux qui sont toujours au chômage. Cependant, je veux pas fermer les régions à industries saisonnières car celle-ci font aussi rouler l’économie. Des prestations de chômage dans ces régions est largement compensés aussi par l’impôt fédéral des individus, tps, impôts corporatifs et taxes provinciales diverses des gens de ces régions là.

      Pour les ports et aéroports, je crois que vous m’avez pas compris, je parle de privatisation. C’est seulement pour les ponts que je parle de décentralisation vers le Québec et un transfert des taxes pour entretenir ces derniers et les autoroutes. Le fédéral transfert des fonds au provinces pour financer les routes, je parle donc de remplacer ce transfert par l’autonomie.

      Le Céli est en passant révolutionnaire car en le faisant passer à 10 000$ selon certains analystes comme la revue Money Sense, il devient un moyen d’épargner pour la retraite sans nous pénaliser au retrait. Je pense même qu’il pourrait compenser le passage de la retraite de 65 à 67 ans et même permettre de le repousser plus tard à 70 ou 75 ans éventuellement. Les épargnants pouvant ramasser un magot pour vivre plusieurs années sur leur épargne avant de retirer la pension canadienne. Le Céli est a mon avis la meilleure politique de Harper sur le plan fiscal et économique de son règne.

  5. J’espère que les québécois et ontariens de droite vont être conséquents et appuyer les conservateurs. Il ne faudrait pas qu’un mouvement anybody but Bloc/NPD se dessine et qu’on se retrouve avec un gouvernement libéral dépensier au fédéral. On a assez des libéraux à Québec et à Toronto, faudrait pas en avoir aussi au pouvoir à Ottawa. J’espère que les gens ont eu leur leçon avec le tandem Couillard/Wynne.

  6. Les analyses de pacotilles de Pierre Fortin sont la référence des péquistes et de JF Lisée, en particulier..

    Leurs arguments jovialistes ne résistaient pas à l’analyse lapidaire qu’en faisait Martin Coiteux avant son saut en politique.

    J’ai été déçue de voir le gouvernement Couillard accorder à Luc Godbout le mandat sur l’élaboration de solutions en vue de corriger les points faibles de l’économie québécoise…

    Et plus encore, quand le PLQ semble vouloir en endosser les conclusions en lieu et place de celles faites par la Commission Robillard..

    Il s’agit là du cercle vicieux dans lequel le Québec se retrouve placé, dans le contexte de polarisation souverainiste/fédéraliste qui sévit depuis de trop nombreuses années.

    Au Québec les relations fédéralistes/souverainistes reposent sur un non-dit.. veiller à ménager les susceptibilités nationalistes.. en raison d’une couverture de presse partisane.

    Tant que cet abcès ne sera pas crevé, le Québec va continuer à tourner en rond..

    Le NPD fait montre de malhonnêteté en faisant miroiter le bien-fondé d’instaurer des garderies à 15$ pour tous les Canadiens en vantant le modèle du Québec, lequel modèle s’avère très coûteux et n’aura finalement été profitable qu’aux syndicats et surtout pas aux contribuables.

    Pierre Fortin est l’économiste chouchou des séparatistes celui-là même qui « probablement » s’active à démontrer combien un Québec séparé sera plus prospère… preuve,. truffées de raccourcis intellectuels, à l’appui…

    Je pense que l’effet PKP pour le PQ pourrait signifier la fin d’un cycle.. ce projet d’indépendance ne tient pas la route économiquement en raison principalement de ceux qui le portent.. le fanatisme n’a rien de rationnel.. il embrouille les esprits.. dont celui de l’économiste Pierre Fortin.

    Le 19 octobre, le seul choix crédible qui s’impose c’est le PCC de Stephen Harper.. A moins d’être masochistes..

  7. Jean-Claude,
    Tu réfléchis comme un Conservateur mais tu vas voter Bloc ????Plusieurs personnes qui sont nationalistes (ce n’est pas une maladie malgré ce que certaines personnes peuvent en penser) ne voteront pas Bloc…Je voterai Conservateur parce que c’est le seul gouvt que je sens responsable et il l’a prouvé dans le passé………Harper n’est pas un «taxeux» comme les deux autres chefs de parti. Il préfère laisser l’argent dans les poches des contribuables plutôt que de taxer pour faire vivre un paquet de fonctionnaires. Harper est de la nême trempe que Mike Harris, PM conservateur de l’Ontario, qui avait remis cette province sur les rails après le fiasco que le NPD Bob Rae avait laissé après seulement quatre années au pouvoir….. N’oublions pas non plus que Harper a baissé la TPS de 2%….et ce n’est pas de sa faute si nos requins provinciaux irresponsables se les sont appropriés. Quant aux gens qui ont des emplois saisonniers et qui passent la moitié de leur vie à parasiter sur le chômage, ils devraient déménager et, non, ils ne sont pas un actif pour nous….et si on faisait comme sur eux, le pays serait en faillite. Ils retirent beaucoup plus de l’État qu’ils en redonnent…..Ils pourraient déménager pour améliorer leur sort, mais non, ils préfèrent travailler 5-6 mois par année et passer leur hiver à prendre de la bière et jouer aux dards à l’hôtel du village. S’ils passaient autant de temps à se chercher un emploi stable qu’ils en passent à l’hôtel, ils se trouveraient facilement un emploi régulier… Je ne ressens aucune pitié pour eux. Comme tu peux voir, je ne suis pas du type travailleur social ..Je n’ai jamais rien eu financièrement des gouvts et, lorsque je travaillais et qu’un des deux paliers de gouvt. annoncait qu’il présenterait un budget, je me demandais toujours combien de $$$$$ de plus ils viendraient chercher sur ma paie. . .Comme l’a si bien dit Bernard Landry lorsqu’il était PM du Québec «même les oiseaux sont assez intelligents pour changer de place lorsqu’ils ne trouvent plus de nourriture»….et BOF j’en ai ASSEZ DIT….

    Bonne soirée Jean-Claude …mes commentaires négatifs ne réflètent pas ce que je pense de toi….

    • Merci Marius pour votre réponse étoffée. Toujours un plaisir d’échanger avec vous !!! De mon côté, je trouve que les conservateurs ne vont pas assez loin sur certaines questions, il faudrait abolir en entier certains ministères fédéraux et décentraliser. Je vous comprends sur la question des chômeurs récurrents. Je suis par contre sensible pour les régions à emplois saisonniers mais dans le grand Montréal et dans la capitale nationale Québec, il faudrait diminuer les prestations pour les gens qui sont chômeurs récurrents que vous appelez des parasites.

      J’appuie le Bloc pour défendre l’autonomie du Québec et des provinces à Ottawa et l’auto-détermination de la nation québécoise. J’ai toujours par contre, trouver le PQ et le Bloc trop à gauche à mon goût. Cependant, les souverainistes de droite et de centre se bouche le nez en attendant l’accession au statut de pays pour le Québec. Par la suite, le débat se fera entre gauche et droite comme dans tous les pays normaux.

  8. P.S. Marius, je ne crois pas que le règne de Maurice Duplessis était la grande noirceur excepté pour l’omniprésence de l’Église Catholique. Je crois que Duplessis et Lesage ont été les meilleurs champions de l’autonomie provinciale par leur succès respectif. J’admire personnellement M. Duplessis, J. Lesage, R. Lévesque comme nos meilleurs premiers ministres. Je salue aussi les décisions courageuses de Lucien Bouchard pour le déficit zéro bien qu’il a par la suite créer des programmes sociaux comme les garderies nationales et l’assurance-médicaments qui furent deux erreurs majeures de son règne. Robert Bourassa pour la construction de grand barrage et sa tentative de réformer la constitution avec Brian Mulroney. Jacques Parizeau fut un grand haut fonctionnaire et bon ministre des finances mais il fut pas assez longtemps premier ministre pour laisser sa marque à cause de l’échec de son référendum. Pauline Marois fut une déception malgré qu’elle a prise quelques bonnes décisions rapides au début de son court règne. Jean Charest et Daniel Johnson fils furent à mon avis des serviteurs du fédéral au Québec comme P. Couillard.

  9. Le nationalisme n’est pas une maladie sauf quand il s’enfonce dans un orgueil collectif et une soif de dominer.. (l’Histoire regorge de dérives de tels nationalismes..)

    Un nationalisme sain peut aussi s’épanouir dans un grand ensemble.. Question de volonté..

  10. Un peu hors-sujet, j’ai trouvé cet vidéo du group RebelMedia parlant d’un interview que Justin Trudeau a donné sur CTV Halifax qui a déraillé mais les médias essaient de ne pas trop ébruiter la chose.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s