Pourquoi et pour qui voter (1 de 2) : Le changement?

Soyons humbles: nous votons avec nos émotions. Selon certains analystes, « le cerveau est fait pour ressentir et non pas pour réfléchir. Instincts et intuitions primaires déterminent le vote et les stratégies des campagnes électorales ». Encourageant, n’est-ce pas? L’important? L’image, le charisme, la personnalité.

On aura beau comparer les plateformes électorales, évaluer le bilan du gouvernement en place, parcourir de savants cadres financiers, comparer l’expérience et les C.V. des chefs de partis, tout ça prendrait le bord dans la boîte de scrutin. À la fin, la question est simple: En qui faisons-nous confiance pour défendre nos intérêts personnels et corporatistes et pour promouvoir nos préférences philosophiques en matière de politique publique?

Je suis donc bien consciente que mes deux prochains blogues n’influenceront personne, d’autant qu’ils risquent d’être, eux aussi, colorés de mes préférences personnelles. Par respect pour ceux qui ont bien voulu répondre à mon sondage sur Facebook et sur mon blogue personnel (à savoir quelle serait, selon eux, la « ballot-box question » – la question de l’urne), je me suis tout de même résolue à compléter l’exercice.

En compilant les réponses des gens, on pourrait résumer les différents thèmes qui risquent d’être déterminants dans la boîte de scrutin de la façon suivante:

  • LE CHANGEMENT DE GOUVERNEMENT
  • LES ENJEUX RELIÉS À LA SÉCURITÉ ET AUX QUESTIONS IDENTITAIRES – La loi anti-terroriste C-51 , réfugiés, immigration, assermentation à visage découvert et le niqab, intervention militaire contre l’État islamique, retrait de la citoyenneté à des terroristes C-24
  • L’ÉCONOMIE – équilibre budgétaire, emplois, taxes et impôts, accord transpacifique, C-377, crédits d’impôts aux fonds des travailleurs, accès à l’assurance-emploi, âge de la retraite à 67 ans, etc.
  • L’ENVIRONNEMENT ET L’IDÉE D’UN CANADA VERTUEUX – pipeline Énergie-Est, la cause des changements climatiques, le statut du Canada dans le monde, etc.
  • L’INDÉPENDANCE DU QUÉBEC ou l’axe fédéraliste-souverainiste – Eh oui! Il y a encore des gens pour qui cette question est celle qui déterminera leur vote…

Ce premier texte porte sur la question du changement alors que le deuxième portera sur les 4 autres enjeux potentiellement déterminants du vote du 19 octobre prochain.

Le changement de gouvernement

Hors de tout doute, cette campagne a été une campagne anti-Harper. La rhétorique est simple et simpliste: le bilan de Harper est désastreux, la réputation du Canada a été souillée sous le régime conservateur, Harper ne croit ni à la science ni aux changements climatiques, il déteste les femmes, est d’extrême-droite, méprise les médias, a tout misé sur le pétrole, a appauvri la classe moyenne et accentué les écarts. Bien sûr, rien de tout ça n’est vrai (sauf peut-être son mépris pour les médias qu’il qualifie de gauche) si on se donne la peine de déconstruire la propagande. (Lire également Lysiane GagnonPaul Journet et un article du National Post portant sur l’obsession du pétrole).

Bref, rien de bon à retenir de cette ère supposément ultraconservatrice. Les mêmes analystes qui, lors de la crise financière, ont fait pression pour que le gouvernement fédéral intervienne massivement dans l’économie avec de monstrueux plans de relance, lui reprochent aujourd’hui d’avoir fait des déficits et donc, d’avoir augmenté la dette.

Les gens qui critiquaient le fédéral d’intervenir dans les champs de compétence des provinces semblent tout à coup nostalgiques d’une époque où la dynamique canadienne reposait sur les « chicanes entre le fédéral et les provinces ». Désormais, nous serions disposés à voter pour des partis qui veulent s’ingérer dans des compétences strictement provinciales: garderies, éducation, santé, etc. En passant, Trudeau appelle ça des « infrastructures sociales ». Créatif, non? La fête dans le camp PKP, quoi!

Les mêmes qui critiquent le gouvernement conservateur de ne pas « écouter les provinces » lui reprochent de ne pas avoir rempli ses promesses touchant le Sénat (alors qu’il n’y a aucune solution possible en dehors d’un consensus entre les provinces).

Oubliés donc, la diminution des 2 points de TPS, le respect des compétences provinciales, l’utilisation du français d’abord dans toutes les conférences de presse du premier ministre, le dur retour à l’équilibre budgétaire après la pire crise financière depuis la deuxième guerre mondiale et ce, sans pour autant diminuer des transferts aux provinces ou augmenter les taxes et impôts.

Place à ce que certains Canadiens ont appelé le « Harper Derangement Syndrom », ou encore le « Anybody but Conservatives (ABC) ». Retour souhaité du balancier, d’un pouvoir exercé principalement à partir du Canada central (Ontario et Québec) plutôt qu’à partir d’une Alberta « sale, polluante » qui fait honte à la gauche canadienne de David Suzuki, auteure du manifeste d’inspiration communiste Un grand bond vers l’avant : Manifeste pour un Canada fondé sur le souci de la planète et la sollicitude des uns envers les autres. Non mais c’est-ti pas beau ça?

Certains premiers ministres provinciaux s’en sont même mêlés: la PM Rachel Notley de l’Alberta appuie ouvertement le NPD de Thomas Mulcair, la « fan-finie du Parti libéral du Canada et première ministre de l’Ontario Kathleen Wynne appuie Justin Trudeau, et Radio-Canada ne se prive pas de l’avis de l’ex-premier ministre de Terre-Neuve, Danny Williams, qui trouve les tactiques de Stephen Harper « borderline racistes ». Rien de moins.

Le retour du « consensus laurentien »?

Nostalgie également, pour une gouvernance où le pouvoir et l’influence politique émanaient de ce que les auteurs Bricker et John Ibbitson du The Big Shift ont désigné comme les « élites laurentiennes »: un petit groupe « sélect » qui, jusqu’à l’avènement des conservateurs en 2006, contrôlaient les leviers politiques et culturels du Canada. Leur vision du Canada? Selon ces auteurs, celle d’un pays fragile dont le gouvernement a pour mission de garder le Québec à l’intérieur de la Confédération, de protéger l’identité canadienne du puissant voisin américain et d’agir comme le « peacekeeper » de la planète (traduction libre).

Ajoutez à cela (et ça, ça vient de moi), une vision où le Canada serait un leader en matière de changements climatiques (d’où leur frustration), une gouvernance basée sur des consensus plutôt qu’un leadership déterminé basé sur des principes à l’opposé de ceux soutenant un État interventionniste et dépensier, et vous avez là, des élites politiques, d’affaires et médiatiques extrêmement frustrées de la dernière décennie sous Stephen Harper.

Alors que bon nombre de politiques du gouvernement conservateur de Stephen Harper rejoignaient l’avis d’une majorité de Canadiens et/ou de Québécois (ex: abolition du registre des armes à feu, resserrement des peines de prison, transparence syndicale (C-377), visage découvert à l’assermentation citoyenne, respect des champs de compétence provinciale, une approche modérée et sécuritaire en matière de réfugiés syriens, etc.), on comprend la frustration de certains groupes qui ont leur propre vision d’une nation canadienne vertueuse, propre qui éclaire le monde de sa sagesse.

Ce Big Shift, ce déplacement du pouvoir politique et financier vers l’ouest sera-t-il un phénomène qui durera? Sera-t-il vulnérable à la baisse du prix du pétrole? Résistera-t-il à cette ferveur du monde politique (ontarien et québécois) pour la cause climatique et une course au développement vert (coûteux et lourdement subventionné) des énergies vertes qu’on peine à rentabiliser?

Peut-on imaginer un trio libéral formé d’un gouvernement libéral de Justin Trudeau et de deux gouvernements provinciaux dirigés par Kathleen Wynne et Philippe Couillard, ces derniers du moins, qu’on pourrait qualifier de religio-environnementalistes?

Bref, aux lendemains du 19 octobre, est-ce à un retour du balancier du pouvoir auquel nous conviera l’ensemble de la population canadienne? Si c’était le cas, bien que l’ouest canadien souffre de la baisse du prix de son pétrole, on ne pourra certainement pas dire que le Canada central redevient l’âme de la nation à cause de son pouvoir financier.

En effet, dans un article intitulé With twice the debt of California, Ontario is now the world’s most indebted sub-sovereign borrower, on peut y lire ce qui suit:

Ontario, the world’s most indebted sub-sovereign borrower, is ploughing ahead with Canada’s most ambitious infrastructure plan — risking the censure of Standard & Poor’s and underperformance for its $307 billion of bonds.

Qu’est-il donc arrivé à l’Ontario, dites-moi? Sont-ils sérieusement en train d’envisager élire deux gouvernements à la philosophie Tax & Spend? Quant au Québec, eh ben, ne tournons pas le fer dans la plaie, voulez-vous?

La Presse appuie Justin Trudeau

Cette idée de nombreuses frustrations accumulées chez les « élites laurentiennes » ne pourrait pas être plus flagrante que celle que l’on retrouve dans l’éditorial du quotidien La Presse en appui à un gouvernement de Justin Trudeau.

En tout cas, c’est certainement ce que nous suggèrent les propriétaires de La Presse dans un éditorial non signé, surprenant autant pour le fond que pour la forme.

« Les Canadiens auront le pouvoir de reprendre la destinée de leur pays des mains de la minorité ultraconservatrice qui le gouverne depuis 2006″, est-il écrit. Pour la famille Desmarais, le gouvernement Harper aurait rompu avec une tradition de gouvernance « modérée », serait resté campé sur ses positions idéologiques, aurait lamentablement échoué à relever le principal défi auquel est confronté le Canada (le dossier des changements climatiques) et aurait passé au hachoir à viande manichéen la politique étrangère du pays.

Wow! Prenant bien soin de parler des « conservateurs-réformistes », le rédacteur de ce texte reproche au leader du Parti conservateur d’exploiter la division et les préjugés. Plutôt, Justin Trudeau, souligne-t-il, « croit au dialogue et recherche le consensus et les compromis. Il évite les attaques personnelles. Il aime les gens et ceux-ci le lui rendent bien. Il y a du Laurier en lui. »

Le problème avec ce genre d’énoncé est qu’on doit supposer que les meilleures solutions proviennent du dialogue et de la recherche de consensus. Je ne suis pas de cet avis. Nous élisons un gouvernement. Qu’il gouverne. Nous pouvons le remplacer si cela ne fait pas l’affaire.

Pour ce qui est des consensus et des dialogues entre élites bien-pensantes, ils n’ont souvent comme résultat que celui de faire la somme des politiques de tous et chacun, toutes aux frais du citoyen contribuable alors que celui-ci ne participe nullement à ce fameux dialogue.

Je ne tiens pas non plus à ce qu’un premier ministre se « fasse aimer » et « qu’il aime les gens ». C’est curieux, ce genre de raisonnement. Très féminin, non? En fait, je demande très peu de choses à un gouvernement fédéral: assurer ma sécurité, protéger la notion de propriété, respecter et faire respecter les contrats entre personnes et sociétés, établir une infrastructure qui motive les gens et les entreprises à travailler, épargner, investir et à assurer leur propre retraite, ouvrir les marchés pour nos producteurs  et représenter le Canada sur la scène internationale.

Je ne demande pas non plus à ce que mes élites politiques soient en mode « Sauvons la planète ». En fait, je trouve l’exercice extrêmement prétentieux, particulièrement lorsque les priorités de nos gouvernements (sécurité, santé, éducation) sont délaissées au profit de lubies idéologiques.

Finalement, parlant d’idéologies, je ne cesserai jamais de m’étonner que certaines élites – dont l’auteur de l’éditorial de La Presse – attribue le monopole des positions idéologiques à leurs adversaires politiques. Pour leur information, il n’y a jamais de consensus. Toute décision fait payer la note à un sous-ensemble de citoyens plus ou moins visibles. Il n’y a pas eu, non plus, dans la dernière décennie, de gouvernement ultraconservateur comme il n’y a pas eu de dommage à la réputation du Canada si on se fie aux sondages scientifiques internationaux. Au contraire. Il semble que dans le cas de Stephen Harper plus particulièrement, on lui reprochera à droite de ne pas l’être suffisamment alors qu’à gauche, il passe pour être un ultraconservateur… Le gars, en deux mots, ne peut jamais gagner.

Le rédacteur de La Presse invitait au débat. Voilà ma contribution. Mais honnêtement, avec de tels propos sans nuances, ce texte est digne du qualificatif « simpliste ». C’est même à se demander si les liens d’affaires ou familiaux entre les familles Desmarais et le Parti libéral du Canada ne sont pas les principaux déterminants de leur franche partisanerie et de ce texte qui dégage davantage de frustration qu’autre chose.

À suivre un 2e texte sur les autres enjeux.

25 réflexions sur “Pourquoi et pour qui voter (1 de 2) : Le changement?

  1. «Pour ce qui est des consensus et des dialogues entre élites bien-pensantes, ils n’ont souvent comme résultat que celui de faire la somme des politiques de tous et chacun, toutes aux frais du citoyen contribuable alors que celui-ci ne participe nullement à ce fameux dialogue.»

    Ça s`est exactement vrai. On l`a vécu beaucoup au Québec justement. Pas pour rien que le fardeau fiscal au Québec est énorme.

    Malheureusement, je pense que Trudeau va être élu et même majoritaire. Et ce que je pense aussi, c`est que les Canadiens et les Québecois vont le regretter. Car d`une manière ou d`un autre, une vrai récession va frapper à nouveau et les déficits à Trudeau en pleine période de croissance économique mondiale(même si elle est faible) vont faire doublement mal.

    Et je pense aussi qu`à cause de Trudeau, le Canada va devenir moins apprécié sur la scène internationale car il ne voudra pas prendre d`engagements ferme contre le terrorisme(il veut désengager le Canada de la coalition internationale anti-EI.) Sans compter que le Canada deviendra encore plus une passoire à intégristes religieux avec une justice encore plus molle que maintenant.

  2. Les Desmarais veulent sans doute le départ de M. Harper pour le remplacer par Jean Charest qui retournerait en politique fédérale à la tête d’un Parti Conservateur du Canada qui redeviendrait progressiste-conservateur comme à l’ère Mulroney. Il faut cependant souligné que M. Mulroney fut un bon premier ministre canadien dans le contexte de l’époque et les efforts qu’il fit avec M. Bourassa pour que le Québec signe la constitution et aussi y inclure les revendications des peuples autochtones. Son gouvernement a signé le libre-échange et mis en place la TPS qui facilita le travail d’équilibrer les finances publiques par le PLC de Jean Chrétien et de Paul Martin. Jean Charest n’a pas un aussi bon bilan comme p.m. du Québec ayant grossi la dette du Québec, n’ayant pas réformé l’état comme promis, gouverné le Québec pendant les années des scandales dans la construction, a grossi la fonction publique du Québec, etc. Son bilan est par contre assez bon au niveau environnemental et international.

  3. Finalement dans ce Canada tant honni par les indépendantistes, ce sont des familles francophones qui mènent le bal quoiqu’on tente de nous faire croire le contraire.

    Les PM du Canada des dernières décennies, ces décennies de guerre idéologique entre fédéralistes et indépendantistes, ont été de souche québécoise: les Pierre-Elliot Trudeau, les Brian Mulroney, les Jean Chrétien.

    Et aujourd’hui ce climat de division entre francophones se perpétuent entre les descendants des fédéralistes Desmarais et le fils spirituel désigné des indépendantistes PKP…

    Ce qui déplait dans le gouvernement Harper c’est que ce soit un anglophone.. et ô sacrilège! de l’ouest…

    A leurs yeux, l’Histoire du Canada ne devrait pas être détournée de son centre..

    Ce pays a pris forme dans le Haut et le Bas Canada et les politiciens de ces deux provinces ont toujours su souffler le chaud et le froid entre elles.. maintenant un statu quo fragile mais réconfortant.. lequel statu quo elles parvenaient à imposer au reste du Canada.

    Depuis l’élection de Stephen Harper, ce « red neck » de l’Alberta, ces familles francophones rongent leur frein.

    Plus jamais il faut laisser le pouvoir décisionnel du Canada leur échapper vers l’ouest.

    Alors, on sort l’artillerie lourde.. indifférent à la stabilité économique et aux transferts qui ont bénéficié aux provinces les plus pauvres sous le gouvernement Harper, dont l’Ontario et le Québec..

    Je trouve complètement scandaleux que ces deux provinces s’apprêtent à spolier cet héritage.

    Ces élites laurentiennes se prétendent vertueuses tout comme le font les élites indépendantistes québécoises.. alors que c’est la soif du pouvoir qui les guide.. et un orgueil nationaliste sous fond de domination … des relents du peuple élu de Lionel Groulx…

    J’ai voté PCC hier.. Je souhaite que les citoyens canadiens ne se laissent pas berner par la démonisation du PCC de Stephen Harper en cours.

    Brian Mulroney, qui avait, à la surprise générale, incité les Canadiens à voter Stephen Harper il y a quelques mois, est étrangement silencieux!!!

    Bravo! Joanne.. votre analyse est tellement pertinente..

    Bravo! pour votre persévérance! Certains semblent avoir abandonné le combat comme Antagoniste, par exemple.. vous n’en êtes que plus admirable..

  4. Le problème au Québec est que des gens qui se disent de droite votent libéral, autant au provincial qu’au fédéral. Ils ont pas compris que les libéraux sont d’ardents défenseurs du gouvernemaman!

  5. Faut-il rappeler que dans le contexte du tout sauf Pauline, PKP le poing en l’air, la CAQ décevante, c’est le trio économique qui s’est joint à Philippe Couillard qui nous aura fait voter stratégique.

    Et jusqu’à maintenant, ce choix demeure le plus avisé face au PQ et la CAQ qui se ratatine comme une peau de chagrin.

    D’ailleurs les Caquistes accusent le PLQ de leur avoir volé leurs idées.

    Que le PLQ pige dans les idées de centre droit, moi j’applaudis.

    Si Harper remportait l’élection.. je pense que le PLQ pour le Québec demeure le meilleur choix. Et ce serait une mauvaise nouvelle pour les indépendantistes.

    Advenant l’élection de Trudeau ou de Mulcair, le PLQ de Couillard se retrouverait avec le défi immense de défendre un Canada plus centralisateur.. pendant que les indépendantistes requinqués s’activeraient à créer les conditions gagnantes pour le référendum..

  6. Je suis allé voter hier P.M. La procédure s’est alourdie…pourquoi ….y-a-t-il eu trop de manigances dans le passé?? En entrant, une personne demande de voir une pièce d’identité. Ensuite, on attend notre tour. Lorsque notre tour arrive, on nous redemande encore une pièce d’identité; je suppose que l’on ne fait pas confiance à la personne à la porte. Ensuite on vote, après, le greffier écrit notre nom avec un crayon au plomb et nous demande de signer à côté de notre nom. Par après il dit à son collègue qui est assis à côté de lui: M.BRISSON A VOTÉ, comme si le gars à côté et moi ne le savions pas….ça fait super fonctionnaire……..J’ai voté Conservateur, même si je sais à l’avance que le candidat conservateur dans mon comté n’a aucune chance d’être élu puisque j’habite dans un comté gauchiste qui a voté NPD en 2011, après environ 20 ans de BQ.

  7. Merci Joanne!
    Je voterai PCC de Stephen Harper pour la 1re fois. Je fais davantage confiance au parti conservateur, les autres partis ne me convainquent pas de voter pour eux.

    • Hélène,
      Allumez ma lanterne…..Quel est votre truc pour voter deux fois??? Avez-vous deux adresses de résidence ??? Le 12 octobre à 19:20 vous dites «J’ai voté PCC hier» autrement dit vous auriez voté le 11 octobre, soit dimanche.. Le 13 octobre à 09:10 (mardi) vous écrivez «Je voterai PCC de Stephen Harper pour la première fois»….Qui dit vrai ?? êtes-vous certaine d’avoir voté??? Si vous avez voté, avez-vous vraiment voté PCC??? ?? Bizarre tout de même…..

      Bonne journée

    • Mme Marcotte
      Merci de la correction …… OUF !!!!

      Les derniers sondages indiquent que le Parti Libéral est à deux ou trois points de former un gouvernement majoritaire.. Eh bien, il faudra se rendre à l’évidence que les canadiens aiment les déficits. Pas étonnant qu’ils soient endettés à 163%…. et qu’à l’élection municipale de 2005, un imbécile m’avait que des dettes ce n’était que du papier……..

  8. Patrick, je pense qu’Antagoniste en a ras-le-bol de la rivalité malsaine Québec\Montréal attisée par certains animateurs de la région de Québec.

    Il nous qualifie de plus en plus souvent de villageois.. et savez-vous quoi, il m’arrive de penser qu’il a un peu raison… les sacs de papiers sur la tête pour aller voter, le tollé contre Denis Coderre et le déversement des eaux usées, une pratique pourtant présente dans notre région..

    Se pourrait-il que cette rivalité se retrouve exacerbée délibérément sous fond de frustration d’un retour des Nordiques qui aurait avorté??

    On dirait en effet qu’Antagoniste est devenu désabusé.. Pas sûre qu’il vote encore PCC.. voter comme les villageois?

    Dommage! Je le trouvais tellement souvent pertinent..

  9. Pingback: Pourquoi et pour qui voter? (2 de 2) | Le blogue de Joanne Marcotte

  10. Je ne crois vraiment pas que ni le PLQ, ni le NPD se laisseront intimider par ces démonstrations puériles.

    Et pourtant ce sont ces deux partis qu’il faudrait convaincre.. Une fois élus, ils reculeraient? Voyons donc!

    Par contre le PQ serait mort de rire. La table serait mise pour une Charte des valeurs québécoises prise 2.. les péquistes salivant devant la perspective des conditions gagnantes qui apparaîtrait avec l’élection d’un de ces deux partis centralisateur

    Moi je pense que la seule façon pour ceux qui dénoncent le port du Niqab de se voir écouter c’est de voter pour le PCC..

    Le Bloc, on oublie cela.. Il ne prendra jamais le pouvoir.

    Aussi je suis déçue de voir Éric Duhaime et Sylvain Bouchard encourager ces enfantillages..

    On a l’air de quoi? Du pays qui se classe en tête des pays les plus sécuritaires au monde??

    Le 19 octobre prochain, si l’hystérie collective s’amplifie, on pervertira l’exercice fondamental pour toute démocratie qui se respecte, le droit de vote, en grotesque vaudeville.

    On est en train de tout bousiller… Retrouvons nos esprits..

    .

  11. David Suzuki…communiste…je suis heureux de lire ceci, pour confirmer que je ne suis pas aveugle.
    Je peux vous conseiller de lire Le Capital de Marx, que vous n’avez surement pas lu, et non Marx n’était pas communiste mais économiste, pour commencer, avant d’énoncer des énormités de ce genre.
    Pour le reste, Harper a un dossier peu reluisant sur de nombreux sujets, motamment la transparence, sa campagne permanente pour empêcher les scientifiques employés par le gouvernement du publier, sa campagne sur le niqab, une menace imaginaire, ou il s’est trouvé à patauger dans le même marigot que le Bloc, son incapacité chronique à maintenir des relations cordiales avec la présidence américaine, notre principal client, etc..
    Si Harper est battu, au moins si Trudeau tient ses promesses on mettra fin au programme démentiel d’achat des F35…plus de 40 milliards de $..pour rien.
    Le reste la bougeoisie d’affaire laurentienne contre les cow-boys de l’ouest..who cares…

  12. Et les Libéraux ont un dossier reluisant? Et le scandale de commandites? Oublié?

    Ceux qui tirent les ficelles derrière Justin ce ne serait pas le clan Desmarais\
    Chrétien.. Vous savez les Desmarais, qui avec leur filiale Total, possèdent des parts dans les Sables bitumineux de l’ouest..

    Who cares de la bourgeoisie d’affaire laurentienne contre les cowboys de l’ouest?

    Eh! bien, les lucides qui refusent de changer pour pire.. Je me méfie de ceux qui s’autoproclament modérés en diabolisant l’autre. Cela soulève la suspicion sur leurs intentions.

    Faire la guerre une fleur au fusil relève de l’angélisme. La menace islamiste est bien réelle. Et le Canada est devenu un acteur important dans la lutte contre le terrorisme.. C’est la sécurité du monde occidental qui est en jeu.

    David Suzuki est un imposteur.. Il vit dans un luxe ostentatoire.. Quand il avait été accusé de fraude, les médias avaient fait en sorte d’étouffer le scandale.

    Harper fait ce qu’il dit. Avec lui on sait à quoi s’attendre. Et non ce n’est pas la déchéance de notre pays mais la stabilité économique…

    Mulcair ou Trudeau ne pourront pas faire ce qu’ils disent sans replonger le pays dans les déficits. Et le contrôle relâché sur les mesures de l’immigration rendra notre pays moins sécuritaire, c’est une évidence.

    Lysiane Gagnon, la gauchiste a écrit une chronique exprimant un malaise certain sur la démesure médiatique anti-Harper.. Non le Canada ne vit pas une grande noirceur.

    Et oui c’est la dégringolade assurée pour un Canada dirigé par des néophytes..

    • Vous êtes l’une des intoxiqués de l’islamisme…Un petit rappel historique. Ce qui se passe au Moyen-Orient n’est que la conséquence directe et qui paraît lointaine des accords Picot-Sykes de 1917, visant à partager cette partie du Monde entre la France et la GB après le démembrement de l’empire turc, création de pays artificiels, Irak, Koweit, occupation de la Syrie et du Liban par la France.
      Le calme et la paix reviendront dans ces pays le jour ou les puissances occidentales cesseront d’y pateauger. Depuis les aventures de Bush…les armes de destruction massive..ou sont-elles..? plus de 1 million de morts dans cette partie du monde, destruction de l’Irak, destruction de la Lybie (une opération qui visait à éliminer Kadafhi pou éviter qu’il ne parle…), bombardements sans limite des zones tribales au Pakistan, etc.. On peut ajouter l’écrasement de la révolte chiite à Barhein, par l’Arabie Saoudite, avec les excellents blindés légers fournis par…Bombardier, 3000 morts, etc..ISIS ou Daech n’existerait pas si le Quatar ne l’avait pas financé au départ et pourquoi donc ? La Syrie, allié traditionnel à Moscou a rejetté l’oléoduc gazier provenant du Quatar au profit de celui provenant de Téhéran et de la Russie, donc permettant la poursuite de la main-mise du gaz par Gazprom sur le marché européen…

      Plus de 1 million de morts, plusieurs pays détruits, vous pensez donc que les gens vont continuer à attendre les beautés du marché triomphant peut-être ?

      Les islamistes comme vous les appelez sont modernes, très modernes. ils utilisent la terreur, les médias, Internet, les réseaux sociaux, les armes modernes, ils vendent du pétrole, trafiquent le pillage des oeuvres d’art auprès de collectionneurs chinois et russes sans scrupules,etc..

      Tous ceci très loin, mais vraiment très loin de votre catéchisme, sans perspective historique, et le projet de loi C-51 est liberticide.

    • @ alain maronani

      Les accords secrets de Sykes-Picot sont signés en mai 1916 (et non 1917) auxquels participent aussi les russes. La révolution bolchevique en octobre 1917 viendra modifier le plan de partage des territoires occupés par l’Empire ottoman en excluant de façon définitive les russes.

      Si Poutine est aujourd’hui en Syrie ce n’est certainement pas pour aider Assad, ni pour détruire l’EI, ceci n’a tout simplement été que l’occasion idéale pour la Russie de reprendre ce qu’elle a perdue il y a près de 100 ans, au grand desarroi des occidentaux.

      Personne n’a intérêt d’enseigner la vrai histoire, surtout pas les médias officiels. Au lieu de vous en prendre à Hélène, je vous conseille de voter pour celui qui aura le plus de chance de rendre les médias plus objectifs. Ce n’est certainement pas celui qui s’en sert présentement de tous les médias publics pour manipuler l’opinion des électeurs.

  13. Je ne me considère aucunement intoxiquée de l’islamisme.

    J’exècre la démagogie des Richard Martineau, Sophie Durocher et Mathieu Bock Coté qui eux versent dans l’islamophobie inspirée par les Finkielkraut et Zemmour qui fleurent le racisme.. .. les judéo chrétiens blanc de souche, le peuple élu!!.

    Cela ne veut pas dire qu’il faille nier le terrorisme inspiré de l’islam radical et se fermer les yeux sur les actes barbares qu’ils commettent..

    C’est une honte pour l’humanité..

    Malheureusement pour empêcher le monde de sombrer dans la barbarie et protéger la démocratie occidentale, les privilégiés que nous sommes doivent se sentir concernés.

    Et oui des loups solitaires, qui font mine de s’intégrer pour mieux nous détruire, se doivent d’être traqués.. et pour ce faire les mesures de l’immigration être resserrées.

    La récupération du Niqab ne me rejoint aucunement. J’ai voté PCC pour la stabilité politique et économique… le Canada se situe en tête de liste pour la sécurité et la qualité de vie. Il faut croire que la politique d’Harper est efficace.

    Les pelleteux de nuages, qui s’autoproclament porteurs de la vertu, alors qu’ils mordent à belles dans le confort capitaliste occidental, pensent que l’argent pousse dans les arbres .

    Des rêveurs, nuls en économie, qui sont les premiers à rouspéter quand le gouvernement maman ose faire des coupures dans leurs programmes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s