Négos: C’est assez!

La semaine dernière, les syndicats ont refusé une offre qui représentait 4,23 milliards $, en plus de ne pas inclure les augmentations d’échelons automatiques.

Cette semaine, les grèves tournantes continuent, les traversiers sont immobilisés, les parents doivent se débrouiller pour faire garder leurs enfants, des chirurgies sont annulées, etc.

Après avoir lu cet article, je me prononce: 4,23 milliards $, C’EST ASSEZ, et c’est assez pour toutes sortes de raisons:

  • parce que cela n’inclut pas les augmentations d’échelons automatiques. Qui sait à quoi s’élèvera la masse salariale dans 5 ans? L’article de Michel Girard de ce matin parle de 2 milliards $$$
  • parce qu’ailleurs, dans d’autres provinces qui ont des ratios dette/PIB inférieurs à celui du Québec, on gèle. On coupe. On sa raisonne.
  • parce que la qualité des services n’a RIEN À VOIR avec le salaire des employés.
  • parce que les employés du secteur public sont avantagés de grande façon avec des régimes de retraite qui font l’envie de tout autre contribuable qui travaille dans le privé (sans compter la sécurité d’emploi)
  • parce que le concept de négociation centralisée est pervers, prend en otage les citoyens payeurs d’impôts et de taxes. Archaïque. Injuste. Coûteux.
  • parce que la véritable solution ne semble pas possible: s’en tenir aux véritables missions de l’État et congédier le bois mort (ne me dites pas qu’il n’y en a pas; j’ai déjà travaillé pour le gouvernement). On avait le choix: diminuer le nombre d’employés ou s’organiser pour stabiliser la masse salariale. Là, il semble que les employés du secteur public seront gagnants sur les deux tableaux. Le contribuable, lui, il paiera. Pour le bois mort et pour la hausse de la masse salariale.
  • parce que la population active du Québec diminue en chiffres absolus: il y aura donc moins de travailleurs actifs pour payer un ratio des plus élevés de fonctionnaires/habitant au Québec
  • parce que l’économie canadienne ne va pas bien; on peut parier sans crainte qu’éventuellement, cela aura des effets sur les transferts de péréquation ou même les transferts « sociaux »
  • qu’il serait indécent que le gouvernement du Québec récupère d’une quelconque façon les baisses d’impôts que le gouvernement fédéral accordera à la classe moyenne (même si je suis archi contre l’endettement fédéral qui en résultera).

Quand un gouvernement pense à taxer davantage de toutes sortes de façons malhonnêtes et hypocrites (écotaxe, taxe sur le carbone, taxes sur les comportements) et de faire croire à une réforme fiscale qui ne règlera en rien LE problème structurel (trop d’État, fournisseur unique en toute matière, vieillissement de la population, panier de services trop étendu, etc.), il m’est bien difficile de comprendre que le gouvernement ne peut pas justifier en quoi sa dernière offre est plus que raisonnable.

A-t-il peur d’être poursuivi en cour? Que les syndicats crient au « droit fondamental à la négociation »?

En fait, j’y pense là, 4,23 milliards + 2 milliards $ pour les augmentations automatiques d’échelons? C’est même trop, M. Coiteux. C’était quoi l’idée d’offrir un 2,3% à l’année #5 avant de recevoir une contre-offre du milieu syndical? Finissons-en et passons aux choses sérieuses. Une conférence de presse au plus vite et je vous garantis que l’opinion publique sera ravie d’en finir. S’il y a quelque chose qui pourrait surprendre, c’est qu’elle risque de trouver que c’est trop généreux.

P.S. C’est quoi qui est long de même, Monsieur Blais, en ce qui concerne votre projet de loi sur les écoles? Il est grand temps de passer à des choses un peu plus encourageantes, non? Est-ce qu’on vous a dit d’attendre que les négos soient réglées? Attend-on le prochain remaniement ministériel? M. Couillard: ne pensez-vous pas qu’il serait intéressant de terminer la session sur une note d’espoir? Réglez ça, bon sang!

OffreCoiteux

36 réflexions sur “Négos: C’est assez!

  1. Il est temps d’en finir avec ces syndicats exploiteurs, il est facilement compréhensible que les syndiqués désirent améliorer leur sort d’autant plus qu’ils se font manipulés par la propagande syndicale qui réfute toute objection et qui véhicule de fausses vérités.

  2. On oublie que tous les coûts reliés aux conventions collectives, dont les négos. sont payés par l’employeur. Alors pourquoi céder: confortable les hôtels!!!

    • Exact! Il ne faut plus payer les employés, ces exploiteurs pervers! Imaginez un peu! Être payé correctement pour travailler! DINGUE!

  3. A-t-il peur d’être poursuivi en cour?

    Les syndicats, avec Marc Ranger en tête, lorgnent dans la direction de la Colombie Britannique ou une décision de la cours suprême a été défavorable au gouvernement pour les employés de la santé, affirmant qu’ils ne négociaient de bonne foi et qu’ils contrevenaient à la charte des droits et libertés.

     »By Michael Lynk

    This past June, the Supreme Court of Canada did something that it rarely does: expressly overrule one of its judicial precedents, acknowledge that its prior analysis was wrong, and begin to rebuild its legal foundations anew. Such a volte-face by the court is even rarer for cases under the Charter of Rights and Freedoms. Yet all of this happened in B.C. Health Services.1

    In its path-breaking decision, the Court ruled the British Columbia government had breached the Charter rights of healthcare and social service employees when it invalidated a range of substantial workplace protections won by their unions during previous rounds of collective bargaining. With the decision, the Court reversed 20 years of Charter jurisprudence on workplace associational rights and set the Constitution on a new course. »

    On l’oublie , mais c’est exactement là que les syndicats veulent rabattre le Gouvernement, comme on le fait àa la chasse quand on a des rabatteurs pour le gibier. C’est pour cette raison qu’il n’y a pas de loi spéciale rapide. De plus, les juges sont en conflit d’intérêt, étant eux-mêmes des employés de l’État grassement payés avec des avantages incroyables.

    • La différence, c’est que le gouvernement de la Colombie-Britannique a déchiré le contrat négocié. Dans ce cas-ci présent, le contrat est échu depuis mars, alors le Gouvernement peut faire ce qu’il veut.

  4. Vos arguments sur papier sont imparables…si vs étiez aussi mordants pour les autorités et leurs tours de passe-passe…moi dans ma classe ce n’es pas qu’une question de $ mais de climat de travail sain……
    On devra dire aux futurs enseignants (avant leur inscription) qu’ils n’auront aucune considération, aucun échappatoires fiscaux eux , une santé + que précaire tout comme leur retraite d’ailleurs…Que pour un même nombres d’années d’études ils peuvent vivre mieux… et finalement remettre l’éducation et les soins médicaux aux gens dits de vocation c’est à dire les élus de Dieu! C’est curieux comme c’est souvent aux m^mes que l’on lance la pierre…Bon vent… J’aurai 55 ans et devrai prendre ma retraite forcé de 28000$ par année avant impot (avec 20% de pénalité car dans 5 ans la pénalité sera presque le double0…. Si je frisse le seuil de la pauvreté, est-ce que c’est correct pour vs autres? J’abuse pas trop?

  5. Il y a de quoi être inquiet pour la suite des choses. La démission des politiciens élus face au pouvoir syndical a de quoi alimenter le cynisme. Quoi de mieux pour tuer l’ambition?

    Existe-t-il encore quelqu’un au Canada et au Québec pour sonner la fin de la récréation? Allons, M. Coiteux! On a voté pour ça!

    La responsabilité individuelle a mauvaise presse.. Le partage à saveur gauchiste est tout sauf solidaire.. La loi du moindre effort désavoue la noblesse du travail. Et la richesse est suspecte.

    On vit dans un régime capitaliste.. Et on crache sur la réussite de ceux qui à force de talent et de labeur ont atteint le rang des créateurs d’emplois

    Serait-ce que l’appauvrissement généralisée du Québec serait plus supportable en raison de l’image pas très reluisante que la réussite individuelle renvoie aux accros aux mamelles de l’État?

    Les syndiqués qui se laisseraient manipuler par la propagande syndicale? Je regrette mais je n’achète pas.

    Et si c’était que les syndiqués y trouvent trop leur compte pour se dissocier du discours syndical? La lettre ouverte d’une enseignante qui a osé le faire est l’exception qui confirme la règle.

    Il est complètement indéfendable de justifier les grèves dans les services publics. C’est l’argent des contribuables qui absorbent les coûts énormes de ces jours de grève .Assez! c’est assez!

    Alors, M. Coiteux, une loi spéciale au plus sacrant!. le résultat des partielles devrait vous donner le courage d’agir..

    • On a voté pour ça! Pas moi en tout cas. Je vous avais pourtant prévenu que les libéraux étaient des poules mouillées! Le fameux trio économique! On voit ce que ça donne.

    • Vous me faites rire avec vos  »c’Est l’argent des contribuables qui absorbent les coûts de la grève » alors que ce sont NOUS, les enseignants qui faisons le choix d’être coupé sur notre salaire…

      Il faut être loin des assemblés syndicales, mais surtout et je dis bien SURTOUT loin des classes du primaire (ou secondaire) pour ne pas réaliser le recul que nous vivons en éducation au Québec…

      Tous, avons le droit de se battre pour un salaire équitable au coût de la vie, tout enseignant a aussi le droit de vouloir la réussite pour ses élèves mais surtout. les outils pour y parvenir…

      Facile de critiquer et de juger lorsqu’on a pas les pieds dans une école…

      Jean-François

    • Lâchez-moi le  » on a pas voté pour ça »
      Le gouvernement a les mains attachées, il coupe donc ou c’est possible parce qu’il est pris avec un coût salarial qu’il ne peut réduire
      Pour accélérer les choses, et peut-être ne plus avoir à faire face à des grèves qui prennet nos enfants en otage, accepteriez-vous, chers syndiqués, que l’on abolisse la formule Rand (syndicalisation obligatoire lorsque 50% +1) et que l’on abolisse la loi ou l’article qui dit que l’on ne peut congédier un fonctionnaire?
      Combien y-a t’il eu de fonctionnaires congédiés depuis 30 ans?
      Vous avez, comme moi, trop de doigts d’une seule main pour le compter…
      Avez-vous vraiment besoin d’être syndiqués pour travailler?
      Bien des compagnies privées s’en tirent fort bien sans syndicats et les employés ne s’en plaignent pas…
      Allez, on est plus dans les années 50 alors que le niveau  »d’ignorance » des travailleurs de l’époque était loin d’être ce qu’il est des gens d’aujourd’hui. On est beaucoup plus au courant de nos droits. Oui dans les années 50 c’était nécessaire car l’abus était trop mais là, on est presqu’en 2016!!!
      Enlevons les commissions scolaires et vous trouverez tout l’argent qu’il faut pour les aides spécialisés pour nos enfants
      Allez, au travail…
      D’ailleurs, c’est ce que je dois aller faire maintenant, pour pouvoir continuer de cotiser à vos retraites!

  6. Non, ce n’est pas assez… C’est trop!! Coiteux ne s’attaque même pas aux problèmes fondamentaux (sécurité d’emploi, fonds de pension à prestations déterminées, etc.). Il est en train d’acheter un réglement sur le dos des contribuables en allongeant les milliards. Même pas capable de mettre ses culottes pour arrêter ces grèves sauvages.

    En passant, je comprends pas vous mettez la faute sur Blais. C’est Coiteux le responsable.

  7. Attention… Vous parlez beaucoup d’argent, de salaire, de grève… Oui, on parle de l’argent des contribuables. N’oublions pas que tous ces enseignants qui ont voté pour la grève font aussi partie des contribuables et ils contribuent justement beaucoup en se privant de salaire, parfois en double quand on parle d’un couple d’enseignants, lors de cette grève.

    Ce qui m’inquiète le plus, ce sont les conditions médiocres dans lesquelles mes enfants apprendront quand ils arriveront à l’école. Tout d’abord, leur école a parfois l’air d’être sur le point de s’écrouler (commentaire de mon garçon de 4 ans quand il est entré dans le gymnase d’une école dernièrement…). Mais le pire, c’est que dans certaines classes, je me demande comment l’enseignant arrive à enseigner! Pourtant, c’est pour ça qu’il est payé… Aujourd’hui, il faudrait un double baccalauréat pour être préparé à enseigner au primaire: éducation préscolaire primaire et éducation spécialisée. Ensuite, nous nous plaindrons de devoir payer un congé de maladie à l’enseignant en épuisement professionnel…

    En bout de ligne, il n’y a pas que l’enseignant qui est épuisé, les élèves aussi!!!
    Nous oublions les enfants à force de parler d’argent. Ce sont eux notre avenir! Nous les négligeons en offrant des conditions d’enseignement pareilles! Ils n’ont pas leur mot à dire dans ces négociations, mais c’est LEUR éducation qui est en jeu…

    Je n’ai certainement pas toutes les connaissances que vous avez en ce qui concerne la politique, mais je peux vous dire que ce que j’observe sur le terrain, ce n’est pas toujours très beau à voir. Il faut faire quelque chose.

  8. on a ce qu’on mérite, dans la course au élections c’est le mauvais cheval qui a gagné désolé pour vous autres les amis, deux ans encore.

  9. Le niveau de jalousie des gens est incroyable. Je susi employé dans le privé, sans fonds de pension, mais je ne suis pas jaloux. Je suis heureux pour eux.
    Et je ne souhaite pas voir leur pouvoir d’achat diminuer, parce que si leur pouvoir d’achat diminue,le nôtre aussi diminuera.
    Et , je veux les meilleurs comme fonctionnaires. Or depuis 30 ans , si on ne considère que les salaires l’avantage des employés du gouvernement du Québec pour un emploi comparable dans le privé a pratiquement disparu.
    Pour le salaire, c,est maintenant mieux dans le privé . Et avec les changements au régime de pension , le léger avantage que les employés de l’État Québécois avaient sur le privé va pratiquement disparaitre.
    Lorsque j’étais étudiant universitaire , dans les années 70, nous voulions tous devenir employé de l’État Québécois. C,était payant.
    Aucun étudiant que je connais aujourd’hui ne veux travailler pour l’État. Pourquoi ? 2 raisons. Ce n’est pas assez payant. Et l’employeur méprise ses employés.

    Et , à force de traiter comme des eaux usées les enseignants, combien de temps avant que les jeunes ensiegnants réalisent qu’ils seront mieux payés et plus appréciés en Ontario ?
    Combien de nos ingénieurs voudront travailler pour l’État quand ils gagneront beaucoup moins qu’au privé .
    Si j’étais étudiant universitaire aujourd’hui, je fuierais la fonction publique comme la peste. Cet employeur méprisant, condescendant qi n’a aucun bon mot pour ses employés me rebuterais . Je suis TRÈS heureux de ne pas être fonctionnaire provincial. La haine que les Québécois et le gouvernement montrent aux employés qui les servent m’auraient rendu malade.
    Si on n’avait cessé de couper les impôts des riches et des compagnies, si on n’avait pas ignoré l’évasion fiscale, on n’en serais pas là
    Si le gouvernement s’était attaqué à la paperasserie , si on avait transformé notre fonction publique en fonction publique du 21 ièem siècle au lieu de nous conserver une bureaucratie du 19 ième siècle. Si on avait combattu la corruption…
    Un seul exemple, Le problème des médecins de famille. De réforme en réforme , on fait de plus en plus de l’hôpital le centre du système. En France, en Scandinavie , ou tu peux avoir un rendez-vous avec un médecin en quelques heures, c’est le cabinet du généraliste qui est au coeur du système. L’hôpital, c’est le dernier recours, quand tout le reste échoue.
    Cessez donc de mépriser ceux qui vous servent, dans des conditions de plus en plus intolérables. Le gouvernement Québécoia, comme employeur, fait passer Wal-Mart comme un employeur modèle.

    • M.Poirier, en vous lisant on dirait que vous vivez dans une autre planète. Pour comparer les salaires du secteur public aux salaires du secteur privé, il faut vous assurer de mettre tout dans le panier:
      – nombre d’heures par semaine
      – nombre de vacances payées par année
      – nombre de jours de maladie par année
      – coût et étendue d’assurance collective
      – fond de pension
      – autres avantages (ex. Cotisation REER)
      – sécurité d’emploi versus niveau du stress
      Tout cela vient de la capacité de payer de ceux et celles, qui ne bénéficient aucunement des mêmes avantages.

      L’exemple du médecin généraliste en France n’est aucunement en faveur de votre commentaire. Les médecins de famille en France sont beaucoup moins payés que les médecins généralistes de Québec, et cela ne les empêche pas d’être bien plus disponibles et plus accessibles que leurs confrères au Québec, qui d’ailleurs se plaignaient aussi d’être très chargés. De manière générale, en France, les fonctionnaires sont moins bien rémunérés qu’au privé. Et, tout le monde s’entend qu’ils ont en échange la sécurité de l’emploi.

      Bref, il faut comparer pommes et pommes!

    • Bon matin,
      Si vs voulez comparer avec la France il faut aussi dire qu’ils ont le + grand nombre de jours fériés, qu’ils ont du pouvoir sur le type d’élève dans leur classe, le respect de leur concitoyens et l’appui des autres…Solidarité a un vrai sens par là-bas…Mon mari est Lyonnais. il pourrait argumenter longtemps avec vos drôles de comparaisons…J’ai enseigné en Suisse et on parle vraiment pas du même vécu je peux vs l’assurer…Bonne journée!

  10. Ronald Poirier beaucoup de chiffres.cela représente environ 32$ par semaine de hausse avant impôt et pour 40 hrs de travail.pourquoi ne pas mentionner cela et non seulement le montant de 7547$.pensez vous que le cout de la vie ne vas pas augmenter d’ici 5 ans.hydro nous ammene des hausses a chaque année entre 3 et 6 %.sans parler de tous le reste.0.80 ¢ de l.heure.

  11. C`est même trop. On est la province la plus endettée avec le fardeau fiscal le plus lourd.

    Le gouvernement(ministère, député), ses sociétés d`états, agences, organismes, plusieurs doivent être abolis ou privatisé.

    Couillard ressemble de plus en plus à Charest.

  12. Hugo Breton, vous nous aviez dit que les Libéraux étaient des poules mouillées?

    Ainsi vous croyez vraiment qu’on serait en meilleure position si on vous avait écouté??

    Si la région de Québec avait voté CAQ, c’est Marois qui reprenait le pouvoir minoritaire. Ce gouvernement qui avait conduit en 18 mois à une décote du Québec…

    Ce gouvernement obsédé par son option souverainiste aurait fait mieux que les Libéraux?
    La cote du Québec avec les Libéraux a été revue à la hausse.

    Et la CAQ? François Legault n’a su faire montre que d’opportunisme depuis les deux dernières années. Une vraie girouette.. On aurait vraiment bien été servi!!

    Le scénario dont vous fantasmiez, soit un PQ minoritaire et une CAQ opposition officielle, deux partis qui s’entendent comme larrons en foire et qui font de la constitution leur priorité, aurait été la solution pour assainir les finances publiques??? .

    Moi ce que j’applaudis dans les dernières élections provinciales et fédérales, c’est l’élection de gouvernements majoritaires.

    Malgré des attentes très peu élevées on aura au moins cessé de dilapider davantage l’argent des contribuables dans des élections aux deux ans. Ras-le-bol des campagnes électorales

    Et juste à lire certains commentaires qui témoignent du déni des employés de l’État sur leur « présumé » traitement privilégié, dites-vous une chose, ni le PQ ni la CAQ interventionnistes ne réussirait à dégraisser l’État.

    L’esprit de sacrifice n’existe pas dans cette province dont les citoyens prennent pour acquis les programmes chromés dont on n’a plus les moyens.

    Il n’y a pas assez de riches au Québec… comme le dit Joanne, attendez voir quand notre Justin Nationale, ce roi des déficits en devenir, aura réussi à appauvrir les provinces qui nous versent la péréquation.

    On a les politiciens qu’on mérite.. Il est temps de cesser de trouver les solutions à l’extérieur de nous, c’est notre mentalité de quêteux qu’il faut changer.

    ,

    • Toujours aussi obnibulée par le pq! Pour moi, pq et plq, c’est la même chose. La seule différence est que le pq dit ouvertement qu’il sera gouvernemaman alors que les libéraux le cache. Il aurait au moins fallu donner une chance à la caq de gouverner une fois. Maintenant, il est trop tard, la caq a trop perdu de joueurs. Les radios de Québec auront été les fossoyeurs de la caq.

      Coiteux vient encore de plier devant les syndicaleux. Il n’exigera pas le remboursement des salaires versés en trop.

  13. Hugo, les radios de Québec auront été les fossoyeurs de la CAQ?

    Les Libéraux ont remporté 70 comtés, cela en prenait 63 pour être majoritaires.

    Dans la région de Québec le PLQ a remporté 4 comtés caquistes sur 9..

    Si ces 4 comtés étaient restés caquistes, le PLQ aurait remporté 66 comtés, donc toujours majoritaires.

    Et la CAQ serait passée de 22 à 26, donc toujours deuxième opposition officielle…

    La CAQ a été son propre fossoyeur. En raison des décisions revanchardes de son chef.

    La région de Québec aurait été récupérable. La défection de Gérard Delteil de son poste de leader parlementaire a été une erreur monumentale..

    Et la vague de départ qui s’ensuivit les Duchesneau, Dubé, Anglade peut s’interpréter comme un désaveu de François Legault.

    La région de Québec adéquiste a su reconnaître l’imposture qu’aura été la CAQ..

  14. J’ajoute que je suis d’accord quand vous dites que PLQ et PQ c’est la même chose mis à part un élément important: l’indépendance.

    Le déclin économique serait précipité a vitesse grand V avec le PQ..

  15. Mme Jacynthe Charbonneau j’aimerais comprendre:
    – une retraite forcée?
    – pour le montant de votre retraite: vous avez COMBIEN D’ANNÉES DE COTISATION ou de participation (vous et votre employeur) à votre régime de retraite comme enseignante? Vous avez peut-être un autre régime de retraite pour un autre travail?

    • Bien le bonsoir,
      J’aurais atteint mes 35 ans de service à 61 ans et des poussières si …J’ai racheté mes premières années (2) et n’ai pu « cumuler » lors de la naissance de mes deux premiers enfants….Si le programme de pré-retraite que j’ai signé était respecté( tel quel) j’aurais eu une pénalité raisonnable de deux ans, soit 8% (2 X4%)…et une retraite convenable.
      (J’ai obtenu une permanence à 36 ans après plusieurs années de temps partiel)
      Mais comme on veut doubler la dite pénalité et repousser à 62 ans l’age minimal avant d’avoir droit « d’accéder  » à la pension…et en « doublant la mise de fond » (le 50% de l’état ns étant refilé) dès 2017…Pour résumer: 20% de pénalité si je me retire en 2016…et comme je dois quitter à la fin de mon terme (programme pré-retraite sur 5 ans) soit en 2220 à l’age de 58 ans…la pénalité sera alors de 21%!? (3 X 7%) …Bref , c’est à suivre…Merci de prendre le temps!

  16. M. Coiteux est pris pour négocier un faux problème. Les empooyés de secteur public ne sont pas surpayés; le vrai problème est qu’il y en a trop et ce dilemme ne semble pas avoir été adressé…..Je crois que la CAQ l’aurait adressé…..contrairement à ce qui se fait présentement. Beaucoup de temps perdu pour adresser un faux problème……

  17. Le problème c’est qu’on ne peut congédier un employé du secteur public.. On ferme un département et on relocalise l’employé ailleurs..

    Ce problème est connu des gouvernements..

    Et quand on ose signaler l’urgence de revoir les conventions collectives, le tollé soulevé par ces professionnels de l’intimidation fait plier à tous coups les gouvernements.

    On a laissé pendant trop longtemps les syndicats étendre leurs tentacules.. L’ajout de tous nouveaux programmes les fat saliver.

    La CAQ aurait pu faire mieux? Il faut cesser de plancher sur ce qui n’a pas eu lieu.. On ne peut agir que sur ceux qui aujourd’hui détiennent le pouvoir.

    Les syndicats accusent justement les Libéraux de s’être approprié le programme de la CAQ ..On les compare à Harper,Thatcher et Harris…

    Et ça marche! Sinon pourquoi la droite ne réussit-elle pas à percer au Québec? Les résultats des dernières élections dressent le portrait d’un Québec gauchiste socialiste.

    La CAQ a édulcoré sa vision de droite… et ceux qui comme moi avaient cru y voir une alternative aux deux vieux partis en sont sortis désabusés.

    La droite est orpheline.. notre influence s’en retrouve d’autant réduite..

    La seule consolation qui nous restera si la tendance à l’endettement s’accentue, c’est qu’on pourra dire devant le désastre économique qui se dessine: « On vous l’avait dit et vous avez choisi de faire la sourde oreille…. »

  18. Non, c’est vraiment pas bon ces négociations car en fin de compte le Peuple va encore payer pour la classe favorisée des fonctionnaires. C’est inquiétant à la fin car malgré les discours d’austérité, le gouvernement continue de nourrir la bête et cela inclus aussi le placement risqué dans la CSeries.

  19. Oui, une loi spéciale au plus vite et que cessent toutes ces parades de syndiqués et de chefs syndicaux criards qui ne pensent qu’à hausser les salaires pour obtenir davantage de cotisations afin de remplir leurs coffres.
    Quel est le coût pour les parents obligés de rester à la maison avec leurs enfants, ces parents qui perdent des journées de travail?
    Quel sera le coût à venir pour les contribuables déjà surtaxés?
    Que le gouvernement mette ses culottes et agisse le plus rapidement possible. Ça a assez duré, cette foire!
    Comme payeur de taxes, on est archi-tanné de ce climat de chialage, de peur, de morosité et de négativisme. Si on mettait autant d’énergie à trouver des solutions qu’on en met à crier et se plaindre, on réglerait des problèmes.
    Comme des enfants gâtés, on tape du pied pour obtenir ce qu’on désire même si c’est exagéré et qu’on ne peut pas leur donner. Aucune explication possible!!!!!
    Il devrait être interdit de faire des grèves dans les services publics comme en éducation et en santé. Qui sont les plus pénalisés dans ces grèves? Ici, ce sont les enfants qui ne méritent pas d’ętre privés de leur droit à l’éducation. C’est scandaleux! Le temps perdu ne reviendra plus.
    Qu’on fasse le ménage dans les commissions scolaires et qu’on enlève des cadres et leur personnel sûrement encore trop nombreux et que cet argent soit donné dans les écoles. Un grand ménage s’impose et c’est urgent!
    On a tellement gaspillé dans ces commissions scolaires par le passé par des weekends payés dans des hôtels dispendieux pour soi-disant des formations ou préparations camouflées de vacances à nos frais.

  20. Si les conditions étaient si mauvaises dans le public, on verrait un exode vers le privé. Or, c’est loin d’être le cas et on voit même des postes pour lesquels il y a des centaines d’applicants. Ces gens savent très bien qu’ils ne retrouveront jamais ailleurs des conditions qui s’approchent des conditions des employés de l’état. Travailler pour le gourvernement, c’est gagner le jackpot « gagnant à vie ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s