6 réflexions sur “CHRONIQUE: Encore trop de tolérance pour la pédophilie

  1. Couillard nuit à son parti… Comme Charest nuisait à son parti ? Quand pas un foutu ministre ou député n’a le courage de faire contrepoids au Chef, le problème c’est le parti lui-même, non ?

    • Non. Votre logique sous-entend qu’il existe un parti parfait. Il n’y a pas de parti parfait qui répond en tous points à nos préférences politiques. Vous l’apprendrez bien lorsque le parti que vous préférez vous décevra de temps à autre.

  2. Tous copains, tous coquins, le silence pour continuer à travailler, à copiner, à profiter du système artistique québécois subventionné. C’est le même système peu importe le milieu dans lequel ces faits se déroule (communautés religieuses par exemple). Ils savaient.

    Du site http://www.mediaqueer.ca/artist/claude-jutra

    His smiles suggest that he has marvellous little secrets, and perhaps that’s why he appears to communicate more readily with kids… his mild little smile and his subtle, cheerfully ironic remarks hint that there are things going on in his head that he’s not quite ready to tell you…

    The posthumous memorial cult was equally symptomatic: journalists who wanted to discuss Jutra’s homosexuality were threatened with lawsuits, and a telefilm bio-project that included scenes of adolescent peergroup sexuality was vetoed. The Cinémathèque québécoise’s memorial booklet, a series of eulogies by heterosexual coworkers and friends, is crammed with odd embroiderings of their confusing discovery that they hadn’t really known him after all:

    WERNER NOLD (Jutra’s frequent editor): Claude was always interested in children; he established with them very privileged relationships. He had succeeded in creating an absolutely special communication with my own children, a relation that I otherwise felt envious of…Claude was always on a diet; he ate Metrecal cookies. One day he arrived with a tube of Swiss sweetened condensed milk: « Well Werner, I’ve found the sperm of the Alps » We put it in coffee, he even had some from the tube to wash down his cookies, a funny diet…. »

    CLAIRE BOYER: Claude adored children. When he came to my place, he would roll on the floor with my children and their dog Lupin. Screams and laughter would fill the house where he would suddenly become the youngest. It was one of the sadnesses of his life not to have any children.

  3. Honte à Mme Lise Payette pour son billet dans « le devoir » qui se porte à la défense de Claude Jutras.
    Elle mélange l’homosexualité et la pédophilie. Honte à elle qui ne pense pas du tout aux victimes qui ont subi l’horreur dans leur sexualité.
    Il est temps pour elle de se retirer dans  » ses appartements » et ne plus en sortir pour donner son opinion. De toute façon, elle est passée date…..
    Mieux vaut se taire que d’écrire des sottises de la sorte. L’amitié ne demande pas d’aller jusque là.
    Et les victimes, ont-elles droit à notre empathie et notre compassion si on s’arrête à penser et réfléchir à ce qu’elles ont enduré? Et les séquelles subies suite à ces comportements vicieux?
    Et si un membre de sa famille avait subi le même sort, réagirait-elle comme elle l’a fait?

    • MAIS si les victimes avaient été des fillettes abusées par des hommes, alors là…son article aurait été…disons…différent pour demeurer poli.

  4. Si le pédophile était un chroniqueur de droite de Québec, il y aurait eu une unanimité des artistes : c’est un dégueulasse. Pas d’amalgame, pas de « oui mais »… juste des dénonciations.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s