St-Hubert – Bravo et merci, M. Léger

C’est fou comme certains politiciens « nationalistes »  n’ont aucune gêne à s’approprier une entreprise et le succès des entrepreneurs d’ici. Comme le « nous » et le « collectif » prend toujours le dessus. Dans le cas de St-Hubert, le fils du fondateur, M. Léger, n’aurait, selon eux, pas le droit de récolter les fruits du patrimoine familial, et de vendre à des acheteurs de son choix. Il faudrait, il va sans dire, que les acheteurs soient Québécois, probablement de souche; à la limite, ce pourrait être les Québécois eux-mêmes qui, avec leurs impôts, financeraient l’acquisition par le biais de Investissement Québec.

M. Léger, depuis cinq ans, semble-t-il, avait fait des approches au Québec. Il n’a pas trouvé. Pas de relève? Pas confiance? Pas le goût de faire affaire avec Investissement Québec? Avec la Caisse de dépôt? Ça se peut, tsé…

Bref, il a décidé de vendre son entreprise à Cara, une entreprise publique ontarienne parce qu’il croit que les valeurs des 2 compagnies se ressemblent et qu’il croit que St-Hubert pourra se développer encore davantage. À entendre les spécialistes de l’industrie agroalimentaire, il semble que le potentiel est là et que ce qui semble déprimer les deux chefs PKP et Legault, soit au contraire, une très bonne nouvelle pour St-Hubert, ses usines et ses employés.

M. Léger a-t-il le droit de disposer de son entreprise? Selon PKP, « St-Hubert est pratiquement un espace culturel. C’est notre MacDonald à nous autres!« . Elle est bonne, non? Un espace « culturel »… Ben oui. C’est sûr. Moi aussi, j’ai de très beaux souvenirs d’être allée manger chez St-Hubert. Le vrai en plus! Celui de la rue St-Hubert! C’était une grande sortie.

Mais non. St-Hubert n’est pas à nous. Il n’appartient pas à la grande « collectivité québécoise ». St-Hubert est le fruit de l’imagination d’un créateur, des risques et des investissements d’une famille québécoise. L’entreprise est À EUX. Pas à vous. Pas à moi. Pas au Québec. C’était une entreprise familiale privée.

Le PQ et la CAQ se désolent de ça aujourd’hui, réflexe nationaliste totalement inapproprié. S’il y a de quoi qui nuit à la CAQ, c’est bien ça. Sérieusement, elle aurait vraiment avantage à repenser sa vision économique. Trop péquiste. Pas assez « libérale ». « Libérale » dans le sens d’encourager la propriété des entreprises par des individus ou des sociétés privées. Il y a des limites à vouloir tout faire acheter par Investissement Québec. Et puis, pour eux, les transactions d’acquisition seraient acceptables que dans un sens. Quand ce sont des Québécois qui achètent à l’étranger, ça, c’est correct.

Or, Dominique Anglade du PLQ nous apprend ceci:

  • Depuis 2010, 258 entreprises ont été achetées à l’étranger par des entreprises québécoises. La moyenne des transactions est autour des 500 millions $.
  • Depuis 2010, 85 entreprises québécoises achetées par l’étranger. Moyenne des transactions? 400 millions $
  • Message? Les entreprises québécoises seraient plus des prédateurs que des proies.

Ce serait peut-être le temps d’ajuster les discours des nationalos, non? Y a-t-il matière ici à être déprimé tant que ça?

On peut se poser beaucoup de questions lorsqu’on observe qu’une entreprise québécoise d’importance ne trouve pas preneur au Québec. Une population vieillissante a moins le goût du risque peut-être? Au Québec, la fiscalité, la réglementation, le haut taux de syndicalisation n’aident sûrement pas. Et puis, avons-nous une culture politique et sociale qui est si « friendly » que ça envers les entrepreneurs? Voyez la réaction des gens qui réussissent ou qui vendent le fruit des efforts de toute une vie! On les blâme presque. Rappelons-nous de Guy Laliberté et du Cirque du Soleil.

Alors qu’on devrait les remercier. Ces gens-là ont fait travailler des milliers de personnes. Ont fait vivre des familles entières. Ont assumé tous les risques. Ont vécu le calvaire de négocier des conventions collectives avec des représentants syndicaux. Ont été inondé de réglementation pour répondre aux besoins des bureaucrates gouvernementaux. Ont contribué au fonds des services de santé, aux congés parentaux et à nos « généreux programmes ».

Alors merci et bravo, M. Léger. C’est ça qu’on devrait entendre de la bouche des politiciens. Et puis, puisque vous avez l’air en pleine forme, je vous souhaite de réaliser encore d’autres rêves. Gâtez-vous! Et tout le mérite vous revient.

31 réflexions sur “St-Hubert – Bravo et merci, M. Léger

    • Je suis entièrement d’accord avec vous et Mess. Legault et Péladeau font ce genre de commentaires que pour se faire un bagage politique. Avons nous penser ce que paiera en impôt la famille Léger pour la vente de St-Hubert? Bravo encore et encore.
      Marcel-D. Bousquet

  1. Bravo… en plus de leur discours nombrilisme, les ¨nationalos » oublient que St-Hubert reste au Canada avec Cara… mais pour eux ce n’est pas encore assez !

  2. Johanne,

    Les entreprises achetées à l’extérieur ne compensent pas toujours pour celles qui sont vendues ici, les bénéfices et les impôts prélevés ne sont pas toujours rapatriés au Québec…

    Pour le reste je ne suis pas surpris par PKP qui lui avait moins de soucis, quand il a vendu Nurun, 1500 personnes et des brevets, siège social au Québec, de la haute technologie, à Publicis, une entreprise française….Ne faite pas ce que je fais…

    Legault qu’en dire, il semble engager dans une course sans fin pour savoir qui de lui ou de PKP est le plus nationaleux, voilà la fierté (un terme galvaudé…) réfugiée dans le pilon de poulet et la sauce brune, ce serait drôle si ce n’était accablant. Et que dire de sa proposition pathétique de veille pour surveiller les ventes de joyaux…ou ceux que l’on classe comme tels.

    Des mentalités d’assiégés qui devraient plutôt s’inquiéter du fait que les investisseurs ne viennent plus ici. Junior a été parader hier pour vilipender le fait que le gouvernement du Québec n’accompagnait pas les minières…lire subventionnait sans retenue…Une question me brûle les lèvres…Avec quel argent ? Nous avons eu le droit au couplet sur le mythique volet de la deuxième et troisième transformation, j’avais l’impression d’entendre Landry…

    Je pense à CGI, dont les fondateurs ne sont plus très jeunes, qui a vraiment acheté des entreprises partout dans le monde et que personne mais vraiment personne ne peut acheter au Québec, voire au Canada, avec une capitalisation boursière de près de 20 milliards de $. Le prochain drame ?

  3. L’entreprise St-Hubert appartenait à monsieur Léger et non pas au Québec.Eh oui! l’entreprise privé ça existe encore au Québec.
    Des réactions comme celle de Legault, ça enlève le goût de voter pour la CAQ.
    M. Maronani vous faites ma journée. Des commentaires comme celui-là j’en lirais des tonnes.

  4. Merci Joanne pour cet excellent commentaire concernant la vente de la chaîne des restaurants St-Hubert ! Mon père à travaillé pour Mr Roger Léger père et son épouse Hélène comme livreur à leur premier restaurant sur la rue St-Hubert dans les années 60 jusqu’à son décès en 1961 , j’avais alors 16 ans et j’ai de nombreux souvenirs de cette époque. Oui c’est un joyau québécois mais c’est une entreprise familiale privé et les propriétaires ont tellement travaillé toute leur vie de père en fils qu’il n’ont pas de compte à rendre à personne et ils peuvent le vendre à qui ils veulent, c’est leur droit et c’est tout… Quand j’entends les commentaires de PKP et du chroniqueur des finance à TVA ( j’oubli son nom tellement je suis fâché ) çà me met en joualvère. Je continuerai à manger du St-Hubert comme avant et l’Ontario n’est pas notre ennemi sauf pour certains séparatistes. J’ai habité en Ontario dans mon enfance et je n’ai pas de séquelle psychologique 🤔 Pourquoi les PKP et cie montent toujours aux barricades à chaque fois qu’une entreprise québécoise privée décide de vendre son entreprise si ce n’est que pour essayer de nous faire croire qu’ils ont à coeur le Québec, c’est de la foutaise.

  5. Bien content que St-Hubert soit vendu à des ontariens. Comme ça on sera à l’abri des quêteux de subventions.

    En passant, semble que Hamad est le dernier libéral en liste à se faire pogner. J’ai jamais compris pourquoi ce gars là était si populaire à Québec. Un bon donneur de subventions il faut croire. Il y a une couple d’animateurs de radio qui vont devoir faire leur mea culpa… Encore une fois!

    •  »Bien content que St-Hubert soit vendu à des ontariens. Comme ça on sera à l’abri des quêteux de subventions. » – C’est faux et vous êtes dans l’erreur.

      N’importe qu’elle enteprise qui a un secteur d’activité en place au Québec peut recevoir des subventions d’un gouvernement. Elle peut être américaine, Canadienne, Francaise, suédoise etc…

  6. Johanne
    Je crois sincèrement que M. Léger est libre de faire ce qu’il veut avec son entreprise, et
    moi ça ne m’empêchera pas d’aller manger chez St-Hubert. Je n’en reviens pas de voir
    la réaction de PKP et Legault, c’est là qu’on se rend compte que la politique est pourrie. Je
    ne crois pas que PKP aimerait que les québécois décident pour lui quand on connait son
    caractère bouillant.

    Claire

  7. Vous avez entièrement raison Madame mais vous savez, il y en a toujours un dans le tas qui est indigné pour tout et pour rien. Bref c’est son commerce, son argent et il a le droit d’en disposer à sa guise sans rendre de compte à quiconque.

  8. Ça fait un bout de temps que je n’ai pas laissé de commentaire ici, bien que je venais lire le blogue à l’occasion avec beaucoup d’intérêt car madame Marcotte ajoute au débat Québécois un opinion qui sort de la pensée unique du Québec médiatique et ce sujet de la vente de St-Hubert m’interpelle car je m’explique :

    Dans le cas de St-Hubert, c’est une vraie entreprise privée qui a créer beaucoup d’emploi au Québec et donc le proprio fondateur a bien le droit de la vendre car c’est sa création.

    Voilà une entreprise qui n’a pas reçu des tonnes de subventions. Ce qui fâche les Québécois, c’est des entreprises qui sont souvent super subventionnées qui comme GM à Ste-Thèrèse a eu des avantages du gouvernement et ferme l’usine après quelques années et le gouvernement est perdant. Bombardier qui reçoit d’énormes subventions et a des usines à l’extérieur du Canada alors qu’avec toute l’aide que cette compagnie a eu, elle devrait être une société d’état bien à nous car on l’a payé une couple de fois. Une entente de nono fait par le gouvernement Couillard récemment où la famille Bombardier-Beaudoin est morte de rire.

    Donc, c’est la conséquence de politique trop interventionniste qui nous amènent à vouloir freiner la vente d’entreprises qu’on a financer avec nos taxes.

    L’histoire de St-Hubert mérite notre respect car c’est une belle entreprise d’ici qui va continuer de nous servir du bon poulet en faisant travailler plein de Québécois. J’espère que le siège social va rester ici mais on verra.

    Pour la CAQ, je suis d’accord avec Antitribu que son programme est trop interventionniste mais je pense que la CAQ est le moins pire des partis actuellement sur le plan économique et fiscal car il propose aussi beaucoup des idées de l’ADQ qui était un parti centre-droite.

    Le débat devra se faire sur le niveau d’intervention et de subvention au Québec car malgré toute l’aide gouvernementale les entreprises sont vendus pareils, ce qui démontre que ça ne donne rien et ne crée pas assez de richesse comme formule.

  9. Nationaliser le poulet… Sacram…!!!

    On se croirait au Venezuela ou en Corée-du-Nord avec nos deux Kim Jong-un de salon. Ni l’un ni l’autre, SURTOUT PKP n’ont de leçon à donner à Monsieur Léger. Surtout PKP!!! Son « track record » est tellement misérable et miteux qu’il ferait passer n’importe quel illettré économique pour un génie de la finance.

    On est maintenant en mesure de voir à quel point l’opposition au Québec est devenue bête et bornée. On s’oppose à tout, même à un marché conclu entre des adultes vaccinés et consentants et avec qui le gouvernement n’a aucun lien d’autorité. AUCUN!

    On s’oppose pour le fun de s’opposer en espérant que ça nous rapportera des votes plus tard et nous savons tous que ces nationaleux bornés feraient exactement ce que font les Libéraux dans un tel cas, c’est à dire, RIEN. Et c’est très bien ainsi.

    P.S.: Monsieur Maronani, vous faites ma journée et même ma semaine!

  10. M. Léger a le droit de faire ce qu’il veut avec sa compagnie, ça je suis d’accord. Je ne me réjouis cependant pas que cette compagnie soit achetée par quelqu’un de l’extérieur du Québec. Non, ce n’est pas la place du gouvt d’acheter des compagnies et les faire administrer par des ronds de cuir. On sait ce qui arrive avec la gestion de certains fonctionnaires.. Je ne comprends pas que des gens se réjouissent de voir nos compagnies devenir des centres administratifs, POUR LA FORME. Si vous voulez mon avis, vous vivez dans la mauvaise place. Je ne porte aucun blâme ici mais j’ai beaucoup de difficultés à comrendre..Dans un cas comme celui-ci, il n’y a rien à faire….mais je ne m’en réjouis pas….Bientôt il ne nous restera qu’Hydro-Québec, dont les gestionnaires sont compétents, mais qui doivent obéir aux humeurs politiques des gouvernements en place. Souvenons-nous des éoliennes qui nous coûtent plus cher pour produire un KW d’électricité que le prix que nous recevons à le vendre.

    Quant aux Sièges Sociaux qui supposément demeurent ici; c’est de la foutaise pour nous faire mieux avaler la pilule. Où le Siège Social de Provigo est-il rendu??? Même chose pour ALCAN.

    Quelqu’un sait-il où je pourrais trouver les chiffres officiels des acquisitions extérieures par des compagnies Québecoises depuis 2010?. Je trouve que le chiffre de 258 compagnies pour une moyenne de 500 millions de dollars est très haut….On parle ici de 128 milliards de dollars et on ne cesse de nous dire que nous n’avons pas les moyens de nos ambitions???.

  11.  » Québec, la fiscalité, la réglementation, le haut taux de syndicalisation n’aident sûrement pas.  »

    On a juste à voir ce qui s’est passé avec le lock-out des employés de garage au Saguenay Lac St-Jean. 3 années dans la rue . Le syndicat extrémiste CSD a entraîné ses membre dans une course vers le fonds (race to the bottom) . Je vous fais grâce des détails. Même Wal Mart est sorti de Jonquière.

    Le rêve du Québécois typique de nos jours: faire comme Mélanie Joly, se trouver une planque gouvernementale.

    Lors du dernier dîner de famille, j’ai compté:

    1 entrepreneur, mon frère qui passe régulièrement à Arcand et TVA pour les commentaires sur les terroristes

    1 neveu au privé + moi

    Le reste: tous au gouvernement ou retraité du gouvernement.

    Alors PKP et Legault peuvent bien jacasser et caqueter autant qu’ils le veulent; c’est cela le modèle Québécois

  12. BRAVO, je vous félicite pour vos chroniques, vous écrivez tellement bien et avez entièrement raison sur toute la ligne. Rien à ajouté.

  13. Votre message est doux à mon coeur et il me rassure sur le fait qu’il y a des gens qui voient et qui comprennent bien les choses. La famille Léger a sue pendant plus de 65 ans travailler à bâtir une fabuleuse entreprise basé sur des valeurs humaines hors du commun. Le mot le plus souvent utilisé pour identifier les membres franchisés , employés, gestionnaires du réseau est  »Famille ». Le soucis de toujours évoluer, grandir a continuellement été fait en priorisant les valeurs de base de M et Mme René Léger c’est à dire le bien être du client et de tous ces employés partenaires, la qualité et le service à la clientèle. Pour moi ils sont avant tout des gens de coeur, des passionnées qui ont marqué l’histoire du Québec. Étant moi même membre de la magnifique famille St-Hubert depuis plus de 22 ans mon sentiment lors de l’annonce de la vente en était un de fierté! Je suis heureuse que M. Léger ait fait un choix logique et sensé pour assurer notre continuité! Rien de mieux qu’une entreprise de restauration pour en acheter une autre! Mais au delà de ceci il y a aussi mon sentiment de soulagement et de joie que j’éprouve pour M. Jean-Pierre Léger. Il mérite vraiment de prendre une belle pause afin de profiter de la vie. Pour moi il est un leader exemplaire et je continuerai à travailler avec les mêmes valeurs qu’il m’a si bien transmis. Je lui souhaite pleins de belles années à venir!

  14. J’en ai tellement marre de cette récupération politique minable et incessante de la part de toute la classe politique. Il faut tu que la machine soit detraquée pas a peu près pour qu’ils deviennent tous des imbéciles une fois élus. Aucun d’entre ne croient ce qu’ils affirment. Il est là le problème. Le maudit système qui les rends tous fous. Qui les forçent a mentir, a corrompre et quoi encore. Ce sont pour la plupart des gens intelligents et instruis qui gèrent leur vie personelle avec succès. Tout le contraire de ce qu’ils font une fois élus. C’est le système qui est malade et qu’il faut soigner avant qu’on crèvent tous.

  15. Très beaux texte. Je suis livreur chez St-Hubert depuis 20 ans, alors moi aussi je veux remercier M. Léger de m’avoir permis avec mon emploi de m’acheter une maison, une voiture et tout ce que je possède et je dit bienvenue à Cara. Pour la vente ça ne regarde personne d’autre que le propriétaire de l’entreprise. Qu’est-ce qui va se passer avec notre restaurant je ne sais pas, mais de toute façon, ça fait presque 10 ans qu’on nous dit que notre restaurant n’est pas rentable et il n’est toujours pas fermé. Peut-être que la nouvelle compagnie va injecter des millions dans notre restaurant et que je ferai de la livraison en Tesla dans les prochains mois, je ne sais pas, l’avenir nous le dira. Moi je suis de nature positive alors même s’il décidait de le fermer dans les prochains mois, je profiterai de mon chômage pour être avec mon garçon pendant 1 an et la vie continuera. J’aimerais bien par contre qu’une compagnie étrangère achète le PQ et la CAQ pour les faire disparaître du Québec, me semble que ca ferait du bien. Merci M. Léger, je suis très heureux d’avoir travaillé pour vous toute ces années et je vous souhaite une belle retraite bien méritée.

  16. Sur un autre sujet, avez-vous entendu Coiteux défendre le régistre des armes à feu? Totalement converti au gouvernemaman le gars.

  17. Selon le descriptif, cette attitude se rapproche beaucoup du genre de positions soutenues par Québec Solidaire. Pourtant, l’État partout; liberté nulle part.

    Cela me rappelle aussi un sondage des dernières années au Québec, selon lequel une majorité des personnes sondées ne croyaient pas en l’apport utile des entreprises privées dans notre économie (personnes sondées = Montréal ou autre ??). J’aimerais retrouver ce sondage réalisé au Québec dont les résultats étaient très inquiétants pour l’avenir.

    Enfin, c’est toujours facile d’être généreux avec l’argent des autres. Le socialisme et le communisme ont beaucoup plus d’adeptes que nous pensons. Je crois personnellement que nous sommes dans un socialisme émergent. La surprise risque d’être aussi grande que de voir émerger en quelques jours une résidence fabriquée en modules et s’assemblant à une vitesse folle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s