TDAH: Il va où, le 2,3 milliards pour les élèves en difficulté?

TDAHLe socioéconomiste Jean-Claude St-Onge et militant dénonciateur de l’industrie pharmaceutique a récidivé la semaine dernière en lançant son dernier ouvrage TDAH? Pour en finir avec le dopage des enfants.

Mettons de côté pour l’instant le fait que St-Onge qualifie le TDAH (Trouble Déficit de l’attention et de l’hyperactivité), d’une « maladie fictive » et qu’il conteste que le TDAH soit un trouble du cerveau ou encore une maladie génétique et héréditaire. Faisons abstraction également de son profond scepticisme envers les outils de diagnostic (qu’il qualifie de subjectifs et donc, non valables) et de son aversion envers une industrie pharmaceutique dont l’influence auprès des médecins, parents et enseignants est grandissante. Tout cela dit, il demeure que St-Onge soulève une interrogation importante: Y a-t-il surdiagnostic du TDAH au Québec, maintenant champion canadien de la consommation de psychostimulants (ex: Ritalin)?

Lire la suite

Chronique: Rentrée scolaire et effets pervers du syndicalisme dans nos écoles

Ma chronique de ce matin à l’émission Bouchard en parle du FM93,3: pas contente des manifestations autour des écoles, mots d’encouragement au ministre de l’Éducation François Blais, urgence d’accoucher d’une vision de l’école qui encourage l’autonomie des écoles.

Mon blogue sur le sujet.

Au milieu de l’éducation: De grâce, rangez vos macarons!

Chronique du lundi 31 août à Bouchard en parle du FM 93,3 – J’ai probablement été chanceuse. Du temps où j’allais à l’école primaire, le retour à l’école était un beau moment. Qui sera mon professeur? Retrouvailles des amis, cahiers et crayons tout neufs, on retrouve notre classe, nos bureaux, le bruit des casiers, les activités parascolaires.

Le retour à l’école, c’est supposé être le fun!!!

Si on se fie au Téléjournal et à la couverture médiatique de l’événement, ce sera l’horreur: « L’école publique en danger », « Le gouvernement abandonne l’école publique », « On sonne l’alarme », « Une rentrée sous le signe de l’austérité », etc.

Lire la suite

Droit de grève étudiante: Dieu ce qu’on peut être naïf

ManifEtudAinsi, le Journal nous apprend que les recteurs décident de faire de la politique et d’appuyer un droit de grève formel des étudiants. Ces mêmes recteurs qui, à toute question posée sur la provenance de fonds supplémentaires aux universités, ont pour réponse: « Nous, ce qu’on dit, c’est qu’on a besoin de financement supplémentaire. La provenance de ces nouvelles sommes, cela appartient au politique. »

Ces recteurs se gardent bien de suggérer une hausse des droits de scolarité. Après tout, qui sont ces recteurs? D’anciens professeurs non? Élus par des professeurs. En vérité, une cité universitaire, c’est comme un Vatican, un milieu où on partage un certain nombre de croyances dont fait partie la superstition moderne d’appeler « grève » le refus d’un service pour lequel on paie.

Lire la suite