Chronique: Le point de non retour sur les déficits du Québec

Chronique à Maurais Live de ce matin où on échange sur l’atteinte d’un point de non retour sur les déficits et la dette publique du Québec. Réactions également aux commentaires de Michel Arsenault sur le blâme qu’il attribue à la « droite néolibérale », les médias « de droite radicale », etc.

Démonstration que le Québec est bien bien loin de vivre dans un univers néolibéral. Parlons plutôt d’une gauche paléo-syndicale. Tant qu’à nous amuser avec les préfixes…

Lien sur le site de Radio Ego ici.

KPMG et le rendement du Fonds de solidarité de la FTQ: une « joke »?

FondsSolidaritéFTQIl paraît que les représentants du Fonds de solidarité de la FTQ sont en campagne médiatique pour rassurer les épargnants qui y investissent. Suite à la volonté du gouvernement Harper d’éliminer le crédit d’impôt de 15%, il ne restera plus que le Québec à offrir un tel avantage, les autres provinces ayant éliminé cet avantage fiscal depuis un bon moment.

Mais attendez un peu là. Selon Michel Girard, chroniqueur au Journal de Montréal,

«Selon l’analyse de KPMG-SECOR, en ne tenant compte que du crédit d’impôt du Québec de 15%, le Fonds de solidarité FTQ aurait offert un rendement de 8,4% à l’actionnaire qui a investi, grâce à des retenues sur le salaire, le même montant chaque année de 2007 à 2013. Cette performance se situe au-delà de plusieurs indices de marché.»

Le truc? Au rendement réel généré par le Fonds, on a ajouté annuellement le 15% de crédit d’impôt provincial. »

Non mais…

Lire la suite

À Martineau: Commissions scolaires et Fonds de la FTQ

Mon passage à l’émission Franchement Martineau d’aujourd’hui avec Christian Dufour.

Commissions scolaires: L’impressionnant virage du Parti québécois


Déclarations de Pereira à la Commission Charbonneau portant sur les relations incestueuses entre le Fonds de solidarité de la FTQ et le syndicat de la FTQ-Construction

La toute-puissante FTQ

Arsenault« S’il n’y avait pas d’accusations contre des dirigeants du Fonds de solidarité de la FTQ,  c’est qu’on ne voulait pas mettre en péril le bas de laine des Québécois qui est le Fonds de solidarité. »  Voilà ce que s’est fait dire le journaliste Alain Gravel (RDI) par un enquêteur très insatisfait de l’inaction de la Couronne. (Écoutez ceci à partir de 26:00)

Version québécoise du « Too big to fail? » Dans ce cas-ci, « Too big to be prosecuted? »

« Quand on touche à des institutions et à des personnes aussi importantes, y’a le droit, bien sûr, mais il y a aussi toute la question politique et sociale », ajoute-t-il… probablement à son grand déplaisir.

Si ces phrases ne vous donnent pas le frisson, je ne sais pas ce qui pourrait vous troubler.

Lire la suite