Marine Le Pen en entrevue avec Anne-Marie Dussault

MarineLePenEnvoyons d’abord des fleurs. Il faut saluer l’initiative et Radio-Canada d’inviter Marine Le Pen à une de ses émissions d’affaires publiques. Même si Anne-Marie Dussault a perdu un temps fou à faire porter la conversation sur le style, la réputation et l’histoire du paternel de la chef du Front national de France, et même s’il y a sûrement eu un débat important dans les murs de Radio-Canada (doit-on la recevoir ou pas?), il demeure que notre télé publique a fait le bon choix en lui permettant de s’adresser aux Québécois à 24-60.

Cela dit, j’attendais vraiment avec impatience le moment où Le Pen allait demander à l’animatrice de parler d’idées.

Lire la suite

Crise des réfugiés: Politique et misère du monde

Réflexion de même: Il n’y a aucun chiffre, aucun nombre de réfugiés, aucune politique d’immigration quelconque, aucune promesse électorale ou autre qui pourrait résoudre ou calmer notre incompréhension et ce que nous ressentons en regardant ces convois d’humains en quête d’une meilleure vie.

Que des politiciens surfent sur ces vagues de marées humaines est absolument abject. Que tous et chacun se transforment en experts en politique internationale en espérant expier son propre malaise et sentiment d’impuissance m’est également incompréhensible.

Lire la suite

Immigration et Charte

SOMSondage intéressant que celui de la maison SOM ce matin qui a sondé les internautes sur leur perception à l’égard des immigrants et de la Charte des « valeurs québécoises ».

En gros:

  • Une forte majorité (67%) croit qu’il « est bon pour le Québec d’avoir plusieurs groupes qui habitent dans la province, chacun avec leurs différences culturelles »,
    • MAIS… une tout aussi forte majorité (67%) ne croit pas qu’il est bon que les immigrants conservent leur culture et leurs coutumes…

Comprenez-y ce que vous pourrez.

Lire la suite

Le tabou du français: réponse à Bock-Côté

BockCote2Bien malgré lui, la réaction de Mathieu Bock-Côté à mon blogue d’hier prouve mon point et le titre de mon article (Immigration: Le tabou du français). S’interroger sur le comportement des organismes officiels de défense de la langue française au Québec est dangereux. Insinuer qu’ils pourraient être en fait, les pires porteurs de ballons et possiblement les mêmes gens qui accéléreraient la « lassitude envers la cause du français » est presque de l’hérésie.

Pire encore, s’interroger sur les effets d’une réglementation linguistique crispée sur la prospérité économique et le potentiel d’attirer du capital humain et privé étranger est également un tabou. N’avons-nous pas tiré des leçons de l’exode de plusieurs Québécois suite aux référendums? N’entendez-vous pas, depuis quelque temps, des voix qui hésitent à s’investir à nouveau, qui songent à restructurer leur vie et leurs entreprises?

Lire la suite