Ça suffit, M. Legault!

Monsieur Legault,

Je ne fais pas partie de vos partisans. Et je n’ai aucune confiance en votre gouvernement pour ce qui est de la gestion de la pandémie. Je ne ferai pas l’étalage des nombreuses raisons ici mais la principale est que vous avez voulu, dans les premiers mois de votre mandat, prioriser le nationalisme identitaire, au lieu de prioriser ce qu’il fallait : régler le piètre état du système de santé québécois. Aujourd’hui, nous payons tous pour ça.

Cela dit, je ne m’étale pas davantage sur ces raisons parce que ce soir, il y a plus urgent. Votre gouvernement « spin » qu’il y aura bientôt couvre-feu et confinement. Votre soi-disant cellule de crise, qui par ailleurs, n’a plus aucune crédibilité, a déjà procédé à la fermeture d’entreprises, sans aucune consultation externe ni démocratique. Sachant que pour vous, la solution est un 3e vaccin, vous n’avez même pas encore prévu à temps les ressources pour cette vaccination de masse. Autre échec. Les tests rapides? Votre stratégie est loufoque. Quel gaspillage!

Vous êtes chanceux. Vous parlez « Québécois » comme les gens aiment l’entendre et votre ton paternaliste plaît encore. Les sondages sont encore de votre côté.

Mais ce soir, voyez-vous la goutte qui fera déborder le vase? Sentez-vous le chaos, la confusion, l’exaspération et parfois même la terreur que vos discours engendrent chez les gens les plus sensibles et vulnérables? Les jeunes? Les parents? Les chefs d’entreprises qui ont pratiquement tout perdu? Sentez-vous que ce climat de quasi-terreur que vous produisez, crée un précédent qu’il sera difficile de calmer? N’avez-vous aucune sensibilité ou de sens de l’État? Réalisez-vous qu’à présent, ce soir, l’excès risque davantage d’être l’ennemi du bien?

Ça suffit!

Depuis le début, et bien malgré nous, nous sommes nombreux à comprendre les vraies raisons des mesures sanitaires : sauver le système de santé. Parce que nos gouvernements ont failli. Ils y ont été indifférents. Rien de moins. Ils préfèrent s’improviser entrepreneurs, proposer de nouvelles visions du monde, se monter des bateaux, espérer le vert plus vert, et le bleu encore plus bleu. Parce que vous, vous y êtes indifférent. Vous aimez juger aux résultats. Je me permets de juger aux résultats. Ils n’y sont pas. Ou peut-être êtes-vous impuissant sans vous permettre de l’avouer publiquement. Ce ne serait pas payant électoralement, bien sûr. Oublions ça, alors.

Depuis le début, nous sommes également nombreux à juger de la situation en fonction du nombre d’hospitalisations et de décès. N’était-ce pas ça, la raison de nous couper de toute vie sociale, économique et culturelle? Sauver le système de santé, n’est-ce pas?

Or, pour ces raisons très exactement, les mesures draconiennes de confinement, de couvre-feu et de fermetures ne sont pas justifiées à ce moment-ci. Pas pour sauver le système de santé. Regardez les courbes. Regardez ce qui se vit ailleurs, si vous en êtes capable. Sortez du dôme. Élevez-vous. Comme un homme d’État doit le faire et non plus comme un paternel qui croit encore que sa progéniture est trop jeune et peut-être pas suffisamment éduquée pour comprendre ce qui se passe réellement.

Vous avez effrayé la population à un tel point d’asphyxie. Il vous faut vous secouer et changer de registre.

Maintenant.

Les courbes d’hospitalisations et de décès ne suivent pas la courbe des cas. On le voit bien: Le décompte des cas est moins pertinent qu’il ne l’était. Vous avez une population qui accepte de se faire vacciner, plus que partout ailleurs sur la planète. Des médicaments pour contrer les effets sévères du virus sont sur le point d’apparaître sur le marché. Voilà ce qui pourrait faire sortir les gens et la classe politico-médiatique de leur torpeur.

Alors, ça suffit.

Car la vérité, elle est clairement exprimée par les gens qui écoutent ceux qui savent et qui n’y comprennent plus rien aux prétentions de votre équipe de politiciens et de communicateurs. Et lâchez-nous « la Santé publique ». On le sait maintenant. Elle est plus politisée que jamais.

Le précédent que vous avez créé par votre harcèlement médiatique est dévastateur. Tantôt, va-t-on confiner et interdire l’accès aux centres de personnes âgées parce qu’il y a 2 cas de gastro? On me raconte que c’est déjà le cas. Vous voyez ce que je veux dire? Et l’an prochain, lorsqu’on aura une solution pour traiter ce virus malfaisant, va-t-on confiner lorsqu’il y aura une vague de grippe? Pour « sauver le système de santé »?

Assez!

Ne réalisez-vous pas le précédent que vous créez en recourant trop facilement à des mesures extrêmes et radicales de la sorte ? En utilisant et en jetant continuellement de l’huile sur le feu, même quand on aurait intérêt à présenter l’ensemble des scénarios et non pas seulement les scénarios des plus pessimistes?

Secouez-vous, bon sang! Et cessez de croire que nous sommes encore tous des Québécois soumis et dociles face à une autorité aussi irrationnelle, chaotique et franchement indigne du plus petit d’entre nous. Le catéchèse des conférences de presse? Arrêtez ça.

Enfin, non au confinement. Non à un couvre-feu. Non à la fermeture des commerces.