L’échangeur Turcot : Tout le monde s’emmêle!

Le débat autour de l’échangeur Turcot est absolument fascinant. D’un côté, la Ville de Montréal, les écolos, la Direction de la santé publique de Montréal et le Parti québécois; de l’autre, le ministère des Transports et des camionneurs qui s’exaspèrent des délais et du manque de fluidité du réseau routier.

D’un côté, des beaux dessins et un rêve; de l’autre, un projet annoncé en 2007 et dont les coûts sont passés de 1,5 à 2,5 milliards de dollars pour répondre aux souhaits du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement du  (BAPE).

Le coût du projet montréalais? On ne le connaît pas. Les effets sur l’échéancier? On ne les connaît pas. Mais le maire se préoccupe de l’avenir de la planète et il faut diminuer les gaz à effet de serre. Quant à la chef de l’opposition, Madame Harel, elle dit que le projet du ministère « va créer du désordre social important ». J’ai peur…

Il semble donc que les élus montréalais sont parvenus à un « consensus », et s’il y a consensus, cela doit être crédible, non? Le projet séduit les groupes communautaires et écologistes. Batinsse! Y’a tu de quoi de plus beau que ça? Et puis, il suffit de qualifier le projet de « vert » et de se convaincre que les gens renonceront à prendre leur voiture, et le tour est joué.

Mais ce qui est fascinant est de voir les gens se pâmer devant un dessin. Car c’est bien de cela qu’il s’agit: des beaux dessins. Les coûts? Les échéanciers? Pas de réponse du maire. La ministre Boulet parle de 6 milliards$ et d’un report de l’échéancier à 2022 pour le projet montréalais (au lieu de 2017)!

Je ne suis pas en mesure de juger de la valeur des projets du MTQ et montréalais. Ce que je sais, par contre, c’est qu’il y a définitivement trop de monde qui s’en mêle.

Est-ce que le projet montréalais fait rêver? Sûrement. Est-ce un projet d’avenir? Peut-être. Est-ce que le ministère des Transports mérite notre confiance? Peut-être pas. On a l’expérience des dépassements de coûts.

Mais la véritable question qui se pose au Québec est la suivante: A-t-on les moyens de s’offrir ce projet? Et la réponse est non. A-t-on les moyens de ralentir l’économie de la métropole? La réponse est non.

En ce sens, j’encourage la ministre des Transports, Julie Boulet, à tenir bon. C’est bien dommage, mais on a les rêves qu’on peut se permettre.

35 réflexions sur “L’échangeur Turcot : Tout le monde s’emmêle!

  1. Bien dit Joanne.

    A propos:

    « La ministre Boulet parle de 6 milliards$ et d’un report de l’échéancier à 2022 pour le projet montréalais (au lieu de 2017)! »

    Y a t’il quelqu’un qui peut me dire combien de zéros il y a dans un milliard.

    Je ne peux pas compter jusque là. Jusqu’à présent il n’y a pas une personne qui est capable de me donner une réponse.

    Serait ce:

    $1,000,000,000.
    ou

    $1,000,000,000,000.

    Je pense qu’il serait mieux d’améliorer les transports en commun avec tout cet argent. Les gens deviennent de plus en plus ecolos…et prendront surement le métro si il est a proximité.

  2. Moi quand je vois les écolos en pavoison, le principe de précaution devient mon rempart car je deviens suspicieux.

    Éliminer les autos c’est une idéologie qui se heurte à la nature humaine et au progrès technologique. Qu’elles soient actionnées au pétrole, à l’éthanol, à l’hydrogène, au gaz naturel ou à l’électricité, il faudra toujours des voies de circulation suffisamntes à moins de vouloir diminuer le nombre d’humains résidants dans la région métropolitaine.

    Puisd après ces infrastructirs, s’il n’y a pas de méchants utilisateurs d’énergie fossile, où prendraient ils les milliards pour faire ces routes nécessaires ? Quel genre de taxes faudrait il inventer pour compenser la perte de revenus du pétrole ???

    Quand on rêve les yeux ouvert et en vert, on paye toujours plus cher…

  3. Les blogs que nous avons la chance d’avoir et d’échanger respectueusement sur une foule de sujets ne sont pas des produit pour faire des attaques.

    Attaquez un écolo ne donne absolument rien. Je partage sa réflexion.

    Que pourrions-nous effectivement faire avec 6 milliards de dollars (12 si le gouvernement mène ce dossier, haha), pour transporter les gens dans la métropole.

    Je vous parie qu’on demande à 200 citoyens motivés(sociologue, architecte, artiste, économiste, enseignant, courrieriste, cyclistes, chauffeur de taxi, etc.) de se pencher sur les scénarios pour cet échangeur, que l’on obtiendrais des idées très intéressantes.

    Si Robert Lepage avait annoncé dans les journaux qu’il prévoyait se servir des silos de la Bungee pour sa fantastique oeuvre (Le moulin à images, il y aurait eu des centaines de personnes qui l’aurait critiquer, et le projet aurait probablement avorter.

    Pensons au Casino de MTL qui voulait s’associé au Cirque du soleil. Avez-vous penser si il était opérationnel ce casino, et qu’une production sur Michael Jackson y serait présenter ?

    Batince, je fais du Régis Labeaume, haha

    • @Jacques: Je pense que les écolos pourraient se pencher sur des projets qui revitalisent la nature, qui donnent accès aux cours d’eau, qui améliorent les espaces verts.

      Que les écolos se pâment devant des projets qui développent des espaces de vie sous le béton, ça, c’est assez renversant. Fabriquer des espaces sportifs sous des viaducs, avec le bruit au-dessus, il faut y croire!

      Au fait, ça prend peut-être juste des montréalais pour trouver qu’il s’agit ici d’une grande vision d’avenir.

  4. Eh bien moi je suis une indélogeable urbaine qui a décidé d’élever ses enfants en plein coeur de Montréal!

    Vous ne pouvez pas savoir, Mme Marcotte, comme j’ai mal à ma ville depuis quelques années. Et cette affaire de l’échangeur Turcot est pour moi un symbole de l’immobilisme de notre ville, de notre romantisme vert complètement déconnecté de la réalité. Il me semble que le développemement d’une ville est étroitement associé à la qualité de ces infrastructures. Ça ne se peut juste pas qu’on ne soit même plus capable de s’entendre sur une affaire aussi urgente et importante.

    Personnellement, j’opterais pour une solution pas trop coûteuse et pas trop longue à réaliser et qui ferait la job. La job, c’est pas compliqué: c’est d’assurer la fluidité du traffic, bordel!! Des espaces verts, on en fera là où ça fait du sens. Le design, c’est ben beau mais encore faut-il avoir les moyens de se le payer.

    Quand j’ai vu hier le reportage à TVA qui faisait l’éloge du patrimoine architectural des maisons se trouvant à l’ombre du viaduc, les 2 bras me sont tombés!! On aime-tu ça la pauvreté accotée sur la misère. Que c’est beau et charmant!…

    Une chance qu’on n’a pas toujours eu cette vision. Sinon, le pont Jacques Cartier n’existerait pas, le quartier malfamé du Red Light serait toujours là etc…

    A quand la préservation de notre patrimoine architectural de nos projets avortés? Le chantier du CHUM, l’ilôt voyageur. Bientôt, des voix s’élèveront pour qu’on préserve ses splendeurs. Eille, c’est beau ça! Pas touche! Ça représente notre histoire, notre société!

    Ouais, une belle société d’éteignoirs dans toute sa splendeur.

    Je vous jure qu’on est servi de candidats à la mairie de Montréal! Le gourou Bergeron, digne représentant de l’équivalent de Québec Solidaire au municipal, la charmeuse Harel, digne représentante du monde syndical et notre maire Tremblay, mou et manipulable, digne représentant d’un parti qui accumulent pots-de-vin et traffic d’influence .

    Bon. Je vais arrêter là…S’cusez pour le défoulement!

    De grâce, ne croyez pas que nous, montréalais, sommes tous des adeptes des grandes visions d’avenir à la Richard Bergeron. Mais il faut comprendre que son parti reçoit beaucoup d’écoute des citoyens car il offre cette image de pureté, de vouloir faire le ménage. C’est juste qu’il est complètement déconnecté de la réalité avec son aversion des véhicules motorisés, entre autres choses.

    • Merci Isabelle pour cet éclairage. Je constate comme vous que tout est devenu sacré: même préserver la pauvreté. 160 logements, vous y pensez? Est-ce que les dédommager avec équité et respect ne serait pas à l’avantage de tout le monde? Trop simple, sans doute.

      Nous sommes effectivement à l’ère de l’anti-développement, l’anti-économie. Et ne vous en faites pas: les régions réagissent de la même façon lorsqu’arrive un projet de développement économique.

  5. Tout à fait d’accord avec vous!

    En fait, les gens ne sont pas fous. Et parmis ceux qui sont menacés d’expropriation, il s’en trouve qui flairent déjà la bonne affaire.

    Ceux là feront valoir tout leur passé, leur vie qui s’est passée dans ce pittoresque et irremplaçable quartier. Les groupes de pression vont venir pleurer avec eux, les artistes vont se mettre de la partie.

    Radio-Canada va faire de beaux et touchants reportages pour le bon peuple… (oupse! le mot peuple ne convient pas ici car ce sont les radios de Québec qui sont populistes), euh… disons le bon …citoyen qui sera tout émotionné et attristé.

    Tout ça va contribuer à faire monter les enchères à souhait lorsqu’on va se négocier un beau dédommagement…

    On connaît la chanson!

  6. Remarque marginale. Mme Marcotte écrit « Ce que je sais, par contre, c’est qu’il y a définitivement trop de monde qui s’en mêle. » Ici, « définitivement » est un anglicisme. En français, définitivement signifie « pour toujours ». Il est parti définitivement, Je me suis débarassé de ce vieux véhicule définitivement. On devrait écrire et dire il y a assurément trop de monde, il y a sûrement trop de monde, il y a certainement trop de monde qui s’en mêle. De toute évidence, il y a trop de monde qui s’en mêle, etc.
    Bonne journée.

    • @Julien

      Tu dis: “définitivement” est un anglicisme.

      Plllleeease pas de police de la langue.

    • @Julien

      Don’t be inquiète Julien, je suis sur que Joanne corrigera ce léger anglicisme qui te dérange tant. Par contre il serait aussi intéressant de ta part de connaître ton opinion sur le sujet.

  7. Je suis de centre-gauche et separatiste…donc un de vos ennemis et j’ai entendu quelques trucs qui me laissent songeur.

    Le nouveau projet de Tremblay est de la merde…c’est trop long a realiser…coute trop cher et 2 voies au lieu de 3 pour les vehicules…a trop vouloir nous enfoncer dans le cul le transport en commun ca le rendras pas plus attrayant…SI le transport en commun est Fiable et Disponible et Efficace les gens vont le prendre sont pas cons…c’est pas tous les gens qui travaillent au centre ville a pousser des crayons…je suis dans la construction et j’ai grosso modo 500 lbs d’outils a transporter…l’autobus pour moi serais pas l’ideal

    Y’as des rumeurs que Denis Coderre et Andre Boisclair songent a la mairie de Montreal….Evidemment si les 2 se presentent j’opterais pour Boisclair instinctivement…Mais si Coderre que je deteste autant que Dick Cheney a plus de sens que les autres…je voterais pour Coderre….Montreal a besoin de se reveiller et doit redevenir une ville ou ca bouge…Oui on doit faire des etudes et planifier avant d’agir mais criss presentement c’est juste ca qu’on fait…des etudes.

    • On ne fait que des études car les firmes qui les font sont trèèèèèèès proches des partis au pouvoir. Donc ralentir un projet quand ceux qui y travaillent reçoivent 125$ de l’heure par tête de pipe, c’est, comment dirais-je… payant?

  8. Les villes étant des bibittes du gouvernement je pense que la première chose à faire est de mettre la ville sous tutelle. Une équipe chevronnée d’administrateurs, d’architectes, d’ingénieurs civiles, d’urbanismes et de financiers devraient mettre sur pied un plan intégré de mise à niveau des infrastructures et de développement économique de Montréal. .Il me semble qu’il n’y a pas de plan d’action global pour la ville. Impossible de savoir qui décide dans cette ville.
    Le déclin de la métropole est une catastrophe pour l’ensemble du Québec. Montréal est devenu pour le Québec ce que l’Irak est pour les américains, un gouffre financier sans fond.

    J’en appel au talent qu’il y a dans cette ville, je vous en conjure reprenez votre ville en main, impliquez vous faites quelque chose pour freiner cette lamentable déroute. Vous êtes responsable de votre inexplicable indifférence et du choix de ceux qui vous dirigent. Mais aujourd’hui vous êtes sur le point de faire face à la douloureuse réalité de votre négligence. En fait nous somme tous sur le point d’y faire face…
    bon courage….

  9. @stephane.g
    1. Vous n’êtes pas mon ennemi. Ce sont les idées de centre-gauche et le modèle québécois que je combats.
    2. Consolez-vous. Ce n’est pas juste Montréal qui fait des études et des rapports. C’est tout le Québec.
    3. Je vous souhaite un maire dynamique. Vous en avez bien besoin. Le bug, par contre, c’est que les élections viennent de se produire et vous en avez pour un bout de temps avec M. Tremblay.
    Désolée!

  10. Au lieu de confier ce projet aux parrains du béton et de l’asphalte du Québec, le MTQ devrait se tourner vers les chinois, d’ailleurs le projet de la Ville de Montréal ressemble beaucoup à celui de Shanghai. Au lieu de parler des coûts se chiffrant en milliards de dollars, peut-être on pourrait les réduire à moins de 100 millions.

    L’indépendance du Québec, même à ce niveau, ne pourrait pas faire de tort.

    • @ Astidastineux

      Et dites moi donc cher Astidastineux…comment l’indépendance, nous aiderait elle avec les projets coûteux de notre chère heureuse province très « pauvre »… la plus endetée du Canada et la 5eme la plus endettée de la planete apres la Grece (lu et entendu) . …sans (compter les zéros) les $8,600,000,000.00 que nous reçevons des provinces riches du Canada.

      Je suis toujours épatée de savoir que les séparatistes ne savent pas que nous somme des serieux dépendandistes… et çela dit…nous continuons à perdre notre temps à se chicaner pour vouloir se sépare d’un des meilleurs pays au mond, au lieu de se servir de ce précieux temps pour avancer au lieu de reculer.

      J’attend avec impatience votre réponse.

  11. Manifestement, Gérald Tremblay souffre du syndrôme « WANNA BE ». He wanna be Jean Drapeau, un maire mégalomane qui nous a doté du Métro, de l’Expo, des Expos, des Olympiques, de De Gaulle, des Floralies, du premier GP, etc, etc…
    Comme Gérald est incontestablement vaniteux, cela provoque en lui une vision de son énorme JE, comme digne successeur de Drapeau. Pour se convaincre d’avantage de sa « mission », il se dit : « depuis Drapeau, il a eu Doré et Bourque, mais ces derniers n’ont rien offert à leur ville…eh bien moi je vais redonner à ma ville de l’envergure et l’histoire retiendra mon oeuvre comme celle de Drapeau ».
    Seulement Drapeau avait eu la chance de travailler avec des coffres pleins grâce à la gestion du « vivre selon ses moyens » de l’Union Nationale pendant 20 ans, toi Gérald tu a les mêmes ambitions mais tes coffres son vides parce que depuis la Révolution Tranquille, la province ne vit plus selon ses moyens pour entretenir ce modèle.
    La dette du Québec : 200 MILLIARDS Gérald…
    Mais cela ne te freine pas car tu es de ceux qui croient fermement qu’il y toujours de l’argent dans les poches des con tribuables et particulièrement des automobilistes. Derrière ta noble cause de l’environnement tu détestes les automobilistes. Par contre, tu ne détestes pas syphoner les propriétaires d’autos en leur flanquant des parcomètres de plus en plus gourmands partout dans ta ville durant des heures de plus en plus élargies et ce, même si les commercants de ta ville (ceux qui te payent d’importantes taxes) te demandent de faire preuve d’un peu plus d’indulgence. Tu ne lésines pas à mettre de la pression sur ta police municipale pour inventer des infractions communément appelés « pièges à tickets » afin d’encore un fois syphoner au nom de la sécurité les dangeureux criminels du volant. Tu aimes promettre en guise de remerciement sans doute, des péages sur les ponts à ceux qui viendront dépenser dans ta ville. Tu perçois une taxe dite verte additionnelle à une taxe dite verte mais provinciale sur l’essence. Quelle originalité les taxes, ça vient te toi au fait?
    Cette fois, tu veux un échangeur Turcot 6 fois plus cher que le Stade Olympique à Drapeau tout en t’assurant de restreindre une fois de plus tes ennemis les automobilistes en limitant le futur fluide de circulation même si ce sont eux (les automobilistes) entre autres qui paieront majoritairement ton « Turcot vert ». Vraiment Gérald, t’as pas froid aux yeux! Manifestement tu te fou des contribuables et assurément tu ne te tape pas cet échangeur matins et soirs pour délirer de la sorte. C’est facile dépenser l’argent des autres et c’est pas donné à tout le monde de travailler à deux pas de son boulot comme toi.
    Oh bien sûr tu souhaites notre bien en promettant des alternatives comme ton tramway qui n’existe pas, ton transport en commun syndiqué qui nous fait une grève aux deux ans, ton train de banlieue crotté et en retard 1 fois sur 2, tes Bixis à -20 sous zéro…
    Personne ne te demande d’être Drapeau, si tu te contentais de boucher tes nids de poules qui ressemblent parfois à des cratères, de re-peinturer tes lignes sur l’alsphate qu’on ne voit plus, de faire travailler tes cols bleus syndiqués à ramasser les papiers, d’ouvrir les piscines avant le 24 juin si la chaleur le permet, de redonner un visage français à cette ville, de simplement te contenter de gérer Montréal selon les moyens des contribuables.
    Enfin si cela peut te flatter Gérald, avec ta vision t’aurait été un grand maire…à Moscou au temps de l’URSS.

    • En plein dans le mille Nicolas !!! Les politiciens sont vraiment des cons déconnectés de la réalité de leurs con citoyens !

  12. @ Robert Gendron

    Mettre Montréal en tutelle…on va y arriver si ça continue comme ça.

    Vous avez bien raison aussi quand vous dites qu’il n’y a pas moyen de savoir qui décide dans cette ville. La ville compte 19 arrondissements donc 19 maires d’arrondissements en plus de 45 conseillers municipaux. Les maires ont beaucoup de pouvoir et ces arrondissements sont maintenant considérés comme des entités indépendantes.

    Aucun des trois candidats à la mairie n’avait suggéré d’enlever ce statut de maire d’arrondissement. Aucun n’avait suggéré de réduire le nombre de conseillers à l’Hôtel de Ville (que certains trouvent très élevé par rapport à Boston, une ville comparable à la nôtre).

    Pourtant, une candidate à la mairie l’a fait. Il s’agissait de Louise…pas Louise Harel (bien sûr!) mais Louise O’Sullivan, une ancienne membre du parti de Gérald Tremblay. On n’a très peu parlé d’elle lors des dernières élections municipales. J’ai du aller voir son site web pour être certaine qu’elle se présentait car j’avais rapidement entendu la possibilité d’une quatrième voie dans les chroniques de M. Lapierre à l’émission de Paul Arcand.

    Elle n’a pas été invité à Tout le monde en Parle et très peu de journalistes ont parlé d’elle. Je me souviens d’un article de Mme Ouimet de la Presse où une brève et condescendante mention à son sujet avait été faite.

    Je ne connais pas bien cette femme et son parti (Montréal Ville-Marie) mais j’aimais son idée de réduire la taille des élus à l’Hotel de Ville. Comme je ne pouvais supporter les 3 autres, je fais partie du maigre 4% qui a voté pour elle.

    Alors quand vous en appelez au gens de talent qui existe dans cette ville et que vous souhaitez qu’ils s’impliquent…eh bien je pense à elle et je trouve dommage qu’elle ait eu un si maigre « score ».

    Que voulez-vous, c’est la démocratie.

  13. @ Isabelle:

    Ce n’est pas en centralisant encore plus la gestion de cette ville ingouvernable, qu’on va régler le problème.

    La seule solution viable? La défusion du centre du restant de la ville.

    Partout où il y a eu des fusions de grandes villes au Canada, le résultat fut le même:

    -hausse des salaires (merci aux syndicats puissants des anciennes villes centres)

    -hausse de la dette

    -hausse vertigineuse de la bureaucratie inefficace

    La dette de la ville de Montréal est rendue a combien?
    La savez-vous? Je crois que c’est environ
    6 000 000 000 $ (milliards)

    Et les taxes elles ? Vraiment trop élevées et elles vont monter encore avec le trou de 400 000 000$ (millions) de l’année prochaine.

    Bon et maintenant comparez ça avec la gestion d’une ville comme Pointe-Claire, Montréal-Nord, ou d’un arrondissement comme Rosement ou Ahuntsic…

    Voila, le problème c’est que les idéologues étatistes aiment les grosses structures, comme en ex-URSS, même si cela ne fonctionne JAMAIS et ne fontionnera jamais.

    Savez-vous que Montréal a envrion 2x trop de fontionnaires ?
    Savez-vous que Montréal touche a des domaines qui n’ont rien a voir avec la gestion d’une ville? Meme d’une ville de cette envergure?

    Bon, voila. Je crois qu’il faut arrêter d’écouter les ‘grands’ noms et recommencer à réfléchir par nous-mêmes.

    Montréal-centre nuit au restant de la ville, donc aux autres arrondissement (qui n’ont pas les mêmes besoins), et les arrondisements nuisent au développement du centre (Ville-Marie).

    Une mise sous tutelle de Montréal serait bien. Ensuite, une défusion en de petites entités et toute la région va en profiter. Ensuite une reconfiguration des responsabilités des entités qui gèrent la grande région de Montréal, serait vraiment nécessaire. Là aussi, c’est un vrai fouilli. Une partie de la Montégérie, de la Rive-nord et toute la ville de Laval, devraient faire parti de la même région administrative et ce, au niveau provincial (comme c’est le cas pour toutes les autres grandes agglomératations du Québec). Le gestion et la coordination (région de Montréal + provincial) du transport, des parcs régionaux (où est la ceinture verte de Montréal, comme c’est la cas pour Ottawa et Toronto?), de la promotion touristique au niveau internationale, etc, seraient grandement facilités.

    L’idéal serait d’effacer la dette de toutes ces nouvelles entités (de l’ile de Montréal), et d’interdire de nouveaux emprunts. Donc bonjour baisse des taxes, bonjour croissance économique, et bonjour petite bureaucratie efficace.

    Un autre chose qui serait vraiment fantastique serait d’abolir la formule Rand ou de carrément interdire la syndicalisation des employés municipaux, déjà choyés.

    -Seb

  14. @ Renée Houde
    Ma remarque s’adressait en tout premier lieu à Mme Marcotte. Libre à vous de détester le français correct. Vous avez toute liberté de publier des commentaires remplis de fautes de français. Personne ne vous en empêche, surtout pas moi.

    • C’est dommage que certains blogueurs croient tout savoir, c’est même envahissant et dérangeant.

  15. @ seb

    vos idées sont intéressantes!

    Pour moi, ce qui compte serait de diminuer la taille de la structure municipale.

    Je ne tiens pas au concept de fusion. Fusion, défusion…ont créé confusion. Le titre du billet de Mme Marcotte s’applique bien à notre ville: Montréal est tout mêlée et emmêlée dans sa structure.

    Et pour terminer, c’est intéressant de voir ce que le parti de Mme Louise O’Sullivan proposait pour l’échangeur Turcot: elle privilégiait l’alternative du MTQ, à savoir une structure au niveau du sol pour des raisons d’économie et de sécurité.

    http://partimontrealvillemarie.ca/images/stories/pdf/Équipe%20Louise%20O'Sullivan%20-%20Mémoire%20Échangeur%20Turcot.pdf

    • @Astidastineu

      C’est dommage que certains blogueurs croient tout savoir, c’est même envahissant et dérangeant. Le positif attire le positif et malheureusement le contraire est aussi vrai.

  16. @ Isabelle:

    Oui madame O’Sullivan veut une échangeur au sol, comme moi et comme la majorité des habitants et compagnies de la région de Montréal…

    L’idéal selon moi, serait de privatiser la 20/720 et la 15 (au sud de la 20) et d’enfouir l’autoroute. Oui le prix du péage serait cher, mais selon moi, cela serait quand même même mieux pour tous: utilisateurs-payeurs, CONTRIBUABLES QUÉBÉCOIS, résidents (qui auraient accès à un parc) et la pollution serait diminuée.

    Pour madame O’sullivan, elle dit aussi ceci:

    ‘Avec son parti Montréal Ville-Marie, Louise O’Sullivan propose du sang neuf et préconise un vrai changement de gouvernance en réduisant de 50% le nombre d’élus dans les arrondissements, afin de recentrer la prise de décision et d’optimiser la gestion de Montréal. Il s’agit de faire passer de 105 à 52 le nombre de conseillers municipaux et de supprimer les maires d’arrondissement qui seraient remplacés par des présidents du Conseil d’arrondissement, comme autrefois. Cette réduction favorisera l’émergence d’un véritable leadership pour le maire de Montréal qui pourra conduire une politique plus efficace dans les domaines aussi variés que les services urbains ou les logements sociaux. Louise O’Sullivan s’engage, une fois élue, à demander au gouvernement provincial d’opérer cette réforme’

    Et moi je dis que c’est justement les structures de Montréal qui sont à l’origine d’une bonne partie de son déclin. Et si la ville-centre était défuisonnée du restant de la région, tous les dossiers d’importances (comme Turcot), ne seraient plus entre les mains de ces idéologues dépensiers, syndicalistes, qui aiment les grosses bureaucraties inefficaces.

    Dites-moi, pensez-vous vraiment qu’en centralisant encore plus Montréal (comme le veut O’Sullivan), que la bureaucratie, les taxes et la dette, diminueront ?

  17. @Seb

    Tout ce que je peux dire c’est ceci: quelqu’un qui me propose de diminuer la taille des élus à l’Hotel de ville me fait l’effet de la musique à mes oreilles. De diminuer de 50% les conseiller municipaux, cela me semblait intéressant comme idée.

    Maintenant, je sais que les fusions forcées ont causé bien des grincements de dents et je comprend qu’un résidant de Pointe-Claire (par exemple), n’était pas très chaud à l’idée de se fusionner avec Montréal.

    Si notre ville « bien aimée » avait été en plein essor économique et avait été un modèle de gestion sage et bien avisée, les autres municipalités auraient peut-être embarqué avec plus d’enthousiasme dans le bateau.

    Tout ça pour dire que je comprend parfaitement les réticences. J’aurais sans doute été très réticente moi-même.

    Malgré tout, il me semble que dans un monde idéal, dans le cas où une ville se développe de manière positive, il est souhaitable de se mettre en commun afin de pouvoir prendre des décisions de façon efficace. Mais là, je peux me tromper…

    L’idée me semblait louable mais dans le contexte de Montréal, cela a fait beaucoup de mécontents. D’ailleurs, ces fusions forcées ont contribué à l’élection de M. Charest en 2003!

    J’avoue ne pas connaître tous les enjeux d’un pouvoir central pour Montréal. Justement, c’est d’autant plus dommage que Mme Sullivan n’était pas invitée à « Tout le Monde en parle » aux côtés de M. Bergeron, Mme Harel et M. Tremblay (l’illuminé, la syndicaliste et le corrompu), on aurait peut-être pu avoir un débat sur les implications d’un pouvoir central!

    Bien à vous!

  18. @ Isabelle:

    J’aime bien votre message. Voici mes commentaires qui seront, j’espère, constructifs.

    Je n’ai rien contre la gestion régionale pour des trucs qui affectent ou touchent toute la région. Au contraire. Par exemple, la gestion de tout ce qui touche le transport (des personnes ou des marchandises), ou une éventuelle ceinture verte autour de la région de Montréal, serait confié à la région administrative de la grande région de Montréal (qui n’existe pas en ce moment).

    Svp, donnez-moi 3 exemples néfastes dans un scénario où le centre de Montréal serait défusionné du restant de la région? Pour ma part, je n’en vois pas.

    Et oui selon moi, il y a UNE seule façon d’arriver à diminuer de façon permanente la taille de la bureaucratie de la ville: en coupant le problème à la source. L’occasion fait le larron et même si Madame O’Sullivan (ou une autre personne) arrivait à mieux gérer la ville, quelques années plus tard, nous aurions encore droit à un illuminé, à une syndicaliste ou à un corrompu… et tout serait à recommencer.
    😉

    Je crois vraiment (et il y a plusieurs études sur ce sujet précis), que les structures politiques de Montréal nuisent autant à la région, que les personnes qui travaillent (ou pas), pour en faire une ville vraiment dynamique.

    -Seb

    p.s.
    Turcot n’est que le symptôme de tout ce qui va mal à Montréal (et même au Québec).

    p.p.s
    Que pensez-vous d’un échangeur Turcot et des autoroutes afférentes, 100% privatisés, avec des tunnels séparés pour les camions ?

  19. Wow! Très instructifs, vos liens, et intéressante, la dame O’Sullivan. Ce que je retiens: Il n’y a pas de politiciens au Québec qui puissent nous donner une idée claire de la direction que doit prendre Montréal: le bordel total.

    À surveiller ce qu’auront à nous proposer les partis politiques lors de la prochaine élection québécoise…

  20. Pingback: Le Plan « I  du tandem Couillard-Sabia | «Le blogue de Joanne Marcotte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s